Extension Factory Builder
29/08/2012 à 09:24
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les candidats républicains en meeting en Virginie, le 12 août. Les candidats républicains en meeting en Virginie, le 12 août. © AFP

Toujours devancé par Barack Obama dans les sondages, Mitt Romney, officiellement intronisé par le parti républicain mardi 28 août, a choisi comme colistier l'ultraconservateur Paul Ryan. Pas sûr que cela suffise pour l'emporter en novembre.

En choisissant Paul D. Ryan comme colistier pour la présidentielle du mois de novembre, Mitt Romney, que le parti républicain a officiellement intronisé mardi 28 août, n'a pas fait dans la dentelle. Héros du Tea Party, Ryan, 42 ans, souhaite en effet démanteler tout ce qui reste de l'État-providence américain : Medicare (l'assurance santé des Américains les plus âgés), le programme d'aide alimentaire aux plus démunis (food stamps) et, bien sûr, l'assurance santé universelle, si difficilement mise en place par le président Barack Obama. Baptisé « Feuille de route pour l'avenir de l'Amérique », son plan prévoit la bagatelle de 4 000 milliards de dollars (plus de 3 200 milliards d'euros) de coupes budgétaires au cours de la prochaine décennie, assorties d'importants allégements fiscaux pour les Américains les plus riches. De quoi en effet changer le pays en profondeur !

Le budget fédéral est l'obsession de ce représentant du Wisconsin nourri aux idées ultralibérales de Friedrich Hayek et de Milton Friedman. Élu à l'âge de 28 ans pour le premier de ses sept mandats, il devient en janvier 2011 président de la commission budgétaire de la Chambre des représentants. L'été dernier, il n'hésite pas à mettre le gouvernement au bord de la banqueroute lors du conflit sur le relèvement du plafond de la dette, et s'oppose déjà farouchement à toute augmentation des impôts des plus fortunés.

Conservateur

Pourtant, curieusement, Ryan n'a pas toujours été convaincu que, pour paraphraser Ronald Reagan, « le gouvernement est le problème, non la solution ». Orphelin de père à 16 ans, il a bénéficié de subsides de la sécurité sociale pour pouvoir étudier à l'université dans l'Ohio. Et, à la différence de Romney, il a voté pour le plan sauvetage de l'industrie automobile lancé par Obama. En 2008, il a même admis, du bout des lèvres, avoir sollicité l'une des aides prévues par le « paquet » de mesures gouvernementales destinées à relancer l'économie.

Travailleur acharné - à Washington, il dort souvent dans son bureau -, Ryan est aussi conservateur sur le plan des moeurs que sur celui de l'économie. Catholique, marié à une avocate fiscaliste et père de trois enfants, il est opposé à l'avortement, même en cas de viol et d'inceste. Pour le reste, son programme relève de l'ultraconservatisme de la plus stricte obédience : opposition au mariage gay, renforcement du droit de port d'armes (la chasse est son grand hobby), etc.

Le choix de Ryan - qui, on l'a compris, est une personnalité très « clivante » - n'est, pour Romney, pas sans risque. Dans un premier temps, il a dynamisé la base conservatrice du Parti républicain et entraîné un afflux de dons. Mais le soufflé est semble-t-il déjà retombé. La cote de popularité de Ryan ne dépasse pas 50 % d'opinions favorables, tandis que Romney ne grappille qu'un petit point dans les sondages face à Obama. D'ordinaire, l'annonce de la désignation d'un colistier se traduit par un bond de plusieurs points.

Électriser les foules républicaines

Il faut dire que le démantèlement de Medicare, même si Ryan se défend aujourd'hui de vouloir y procéder, est de nature à effrayer les électeurs les plus âgés, notamment dans l'État stratégique de la Floride. Quant aux convictions sociales du colistier, on peut sans doute rêver mieux pour séduire les femmes et les indépendants ! Surtout, depuis l'annonce de sa désignation, les questions budgétaires sont revenues au premier plan. Le président sortant, dont le talon d'Achille est l'économie, ne va sûrement pas s'en plaindre.

Toujours distancé dans les sondages par Obama, Romney, pour tenter d'inverser la tendance, a donc choisi de mettre le cap à droite et de parier sur la seule mobilisation de l'électorat républicain (selon un article du New York Times, moins de 5 % de celui-ci serait encore indécis). Pour électriser les foules républicaines - dans l'ensemble plutôt blanches, masculines et vieillissantes -, Paul Ryan est sûrement le colistier idéal. Pour l'emporter au mois de novembre, c'est une autre histoire.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
Mujedo - 29/08/2012 à 15h:08

Tous les coups sont permis et que la democratie triomphe[...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

International

États-Unis : le couple Obama parle de son expérience du racisme

États-Unis : le couple Obama parle de son expérience du racisme

Dans un entretien publié mercredi sur le site du magazine "People", le président américain, Barack Obama, et son épouse, ont révélé quelques actes de racisme ordinaire don[...]

États-Unis : 70 ans après son exécution, un Africain-Américain de 14 ans innocenté

Une juge de Caroline du Sud vient d'annuler la condamnation à mort de George Stinney, un afro-américain de 14 ans exécuté le 16 juin 1944 dans une prison de Columbia pour le meurtre supposé de[...]

Irak : gros revers pour l'État islamique

Plusieurs chefs du groupe État islamique en Irak ont été tués récemment dans des frappes aériennes américaines dans le nord de l'Irak, où des combattants kurdes ont[...]

Diaspora : Consuelo Cruz Arboleda, Africaine-Sud-Américaine

Depuis presque dix ans, cette Colombienne installée à Madrid coordonne le groupe afro-socialiste au sein du Parti socialiste ouvrier espagnol.[...]

États-Unis : torture sans limites pendant la présidence de George W. Bush

Durant la présidence de George W. Bush, sous couvert de guerre contre le terrorisme, la CIA a eu recours à la torture. Avec une cruauté sans bornes, selon un rapport accablant du Sénat[...]

Benjamin Stora : "La France peine à se voir comme une nation construite par ses migrants"

Entretien avec le patron de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, l'historien français Benjamin Stora.[...]

Oubliez le McDo, à Paris, les fast-foods africains passent à l'offensive !

En quelques années, le marché de la restauration rapide en France a vu venir de nouveaux acteurs, les fast-foods africains. Malgré la frilosité des banques à les aider, certains ont réussi[...]

Démocratie et torture

Très mauvaise fin d'année pour le dogme selon lequel "la démocratie est le stade suprême du développement politique". On nous a tant de fois assuré que c'est le[...]

États-Unis : Hillary Clinton, future présidente ?

L'épouse de Bill Clinton n'est pas encore candidate à la présidentielle de 2016, mais nul doute qu'elle le sera bientôt. Sera-t-elle la première femme à accéder à la[...]

Algérie : au Val-de-Grâce, un Bouteflika peut-il en cacher un autre ?

La santé d'Abdelaziz Bouteflika a une nouvelle fois fait parler d'elle mardi. Selon des médias algériens, le président algérien aurait été hospitalisé une nouvelle fois au[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers