Extension Factory Builder
28/08/2012 à 09:26
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Manuel Valls en juin 2012 à Paris. Manuel Valls en juin 2012 à Paris. © AFP

Le nouveau ministre de l'Intérieur a entrepris de détricoter la politique d'immigration de son prédécesseur, mais avec la modération qui lui est habituelle. Cela lui vaut déjà un flot de critiques, à droite comme à gauche. Est-ce forcément mauvais signe ?

Il est le plus populaire des ministres du gouvernement Ayrault. Le plus sollicité par les médias. Le plus attendu au tournant, aussi, comme il a pu le constater après les violences urbaines du 14 août, à Amiens. Électron libre socialiste, Manuel Valls est aujourd'hui le « premier flic de France ». Ses maîtres mots ? Ordre, fermeté, justice. Normal pour un homme qui invoque volontiers les mânes de Georges Clemenceau, son lointain prédécesseur radical-socialiste au ministère de l'Intérieur (il fut aussi, à deux reprises, président du Conseil au début du XXe siècle). Mais, dès sa première allocution, le 10 mai, lors de la cérémonie de passation des pouvoirs avec Claude Guéant, il a fait entendre sa petite musique personnelle : « Pour celui qui n'est pas né en France, qui est devenu français, qui a appris à aimer ce pays et ses valeurs [...], devenir ministre de l'Intérieur, cela montre bien que ce pays est un pays un peu à part. »

Enfant d'immigrés espagnols né à Barcelone en 1962 et naturalisé français à 20 ans, Manuel Valls a gravi un à un, mais très vite, les échelons du pouvoir : conseiller régional à 24 ans, maire d'Évry à 38, député de l'Essonne à 39... Sa sensibilité d'homme de gauche ne fait aucun doute, mais il se montre très iconoclaste en matière de sécurité, raison pour laquelle ses camarades socialistes se sont empressés de le cataloguer « à droite ». Ils ont fini par s'y faire. Valls est aujourd'hui chargé au gouvernement de la sécurité, bien sûr, mais aussi du renseignement, de l'immigration et des cultes. Il entend bien « assumer pleinement les prérogatives régaliennes de l'État », comme il l'a déclaré au quotidien Libération le 20 août.

Guéant Bis ?

Bref, il n'a pas l'intention de laisser à la droite le monopole de la fermeté. Mais en quoi sa politique diffère-t-elle de celle de Nicolas Sarkozy et de Claude Guéant ? D'abord par le discours, les « éléments de langage », comme aime à le répéter ce spécialiste de la communication - il en fut chargé dans le gouvernement de Lionel Jospin (1997-2001), puis lors de la campagne présidentielle victorieuse de François Hollande. Mais pas seulement. Dans Le Monde, fin juin, il jugeait durement la politique de l'ancien président (et ancien ministre de l'Intérieur), « marquée par des coups de menton et par l'idée que l'immigré était responsable des problèmes des Français ». Faut-il pour autant s'attendre à une régularisation massive des sans-papiers ? Non, bien sûr. « Être de gauche, précise Valls, ce n'est pas régulariser tout le monde et se retrouver ensuite dans une impasse. » La caractéristique de sa politique d'immigration est peut-être la tempérance, la modération, qualité qu'il a revendiquée devant la commission des lois du Sénat, le 25 juillet.

Dans l'immédiat, il entend bien remettre en question les critères de naturalisation « introduits subrepticement par [son] prédécesseur » Claude Guéant, qui transforment la procédure en « course d'obstacles aléatoire et discriminante ». Évoquant la nouvelle réglementation relative à l'acquisition de la nationalité française, qui devait entrer en vigueur le 1er juillet - son application a été suspendue par le gouvernement Ayrault -, il a ironisé sur le test de connaissances (culture, histoire de France, etc.) qu'elle prétend imposer aux postulants : « Certains ministres et sénateurs auraient du mal à y répondre tellement il est hors des clous ! » Dans la même veine, il souhaite réviser les critères de régularisation des sans-papiers. Le nombre des bénéficiaires (30 000 par an) n'augmentera pas, mais leur désignation devrait être plus juste. Actuellement, la moitié des immigrés régularisés le sont, précise Valls, sur des bases « purement discrétionnaires ». Avant la publication d'une nouvelle circulaire, le ministère de l'Intérieur devrait, dès le mois prochain, rendre compte des résultats du dialogue engagé avec les associations sur lesdits critères de naturalisation.

Appels du pied

Autre chantier : la création d'une carte de séjour d'une validité de trois ans (la mesure concerne entre 50 000 et 60 000 personnes par an). Un projet de loi sera présenté par le ministre « au premier semestre de 2013 ». Mais le gouvernement a déjà pris plusieurs décisions d'urgence, comme l'interdiction d'enfermer des enfants dans un centre de rétention administrative. C'est une vieille revendication des associations de défense des droits des migrants. En janvier, la France avait d'ailleurs été condamnée à ce sujet par la Cour européenne des droits de l'homme. Manque de chance, l'application de la circulaire du 6 juillet n'a pas empêché le décès, peut-être au cours de sa rétention, d'un enfant en bas âge, le 16 août, à Mayotte.

Valls vient par ailleurs de supprimer le versement d'un droit de timbre afin de bénéficier de l'aide médicale de l'État (30 euros par an). La mesure est symbolique. Elle vise avant tout à contrer l'UMP, qui, à l'inverse, critique l'explosion du coût de cette aide médicale aux sans-papiers. Enfin, dès l'automne, un projet de loi devrait être présenté pour mettre fin au « délit de solidarité » qui punit l'aide apportée à des étrangers en situation irrégulière.

L'entreprise de détricotage de l'héritage Sarkozy-Hortefeux-Guéant ne fait que commencer. Elle devrait valoir à Manuel Valls un surcroît de critiques venant de la gauche plus ou moins extrême, mais aussi de la droite. En 2007, Sarkozy lui avait proposé de rejoindre son gouvernement d'ouverture. En mai dernier, Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, se déclarait « sincèrement heureux » de sa nomination Place Beauvau. Le temps des appels du pied à l'adresse de ce « socialiste de droite », comme le surnomme un hebdomadaire parisien, est assurément révolu. Imperturbable, Valls maintient le cap : « Comment pourrais-je être à la fois trop dur et laxiste ? plaide-t-il. Ces appréciations contradictoires sont les conséquences du point d'équilibre que je recherche. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Football : l'Ivoirien Copa Barry passé du rôle de bouc émissaire à celui de héros de la CAN

Football : l'Ivoirien Copa Barry passé du rôle de bouc émissaire à celui de héros de la CAN

Héros d’une finale qu’il ne devait pas jouer, Boubacar Copa Barry a inscrit le tir au but qui a offert la Coupe d’Afrique des nations 2015 (CAN) à la Côte d’Ivoire face au Ghana en f&eac[...]

Naufrages de migrants en Méditerranée : le silence des dirigeants africains

  Les dirigeants africains se montrent remarquablement silencieux sur les naufrages de migrants en Méditerranée, qui concernent pourtant nombre de leurs citoyens, en particulier dans l'ouest du continent, une[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si[...]

François Durpaire : "La commémoration de la fin de l'esclavage est l'affaire de tous"

François Durpaire est historien, membre du Comité national pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage.[...]

Birmanie : les nouveaux boat people

Plus d'un million de Rohingyas, musulmans, sont privés de tout droit et confinés dans des camps de déplacés dans des conditions déplorables. Leur seul espoir ? Fuir par la mer. Au[...]

Niger - Putsch de Seyni Kountché : et si la France n'y était pour rien ?

On croyait tout savoir de la chute du président Diori, en 1974. Mais des archives encore confidentielles suggèrent que le putschiste Seyni Kountché a pris tout le monde de court. Y compris Paris.[...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le[...]

"Princess of North Sudan" : Disney accusé de glorifier le colonialisme

Le prochain Disney, encore dans les cartons, s'appuie sur l'histoire vraie d'un Américain venu planter l'étendard familial dans le nord du Soudan pour faire de sa fille une "princesse"... Au mépris[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Chine-Taïwan : nuages noirs sur le détroit

À huit mois d'une élection présidentielle à haut risque, la poignée de main très médiatisée entre Xi Jinping et Eric Chu Li-luan ne doit pas faire illusion :[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers