Extension Factory Builder
28/08/2012 à 09:26
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Manuel Valls en juin 2012 à Paris. Manuel Valls en juin 2012 à Paris. © AFP

Le nouveau ministre de l'Intérieur a entrepris de détricoter la politique d'immigration de son prédécesseur, mais avec la modération qui lui est habituelle. Cela lui vaut déjà un flot de critiques, à droite comme à gauche. Est-ce forcément mauvais signe ?

Il est le plus populaire des ministres du gouvernement Ayrault. Le plus sollicité par les médias. Le plus attendu au tournant, aussi, comme il a pu le constater après les violences urbaines du 14 août, à Amiens. Électron libre socialiste, Manuel Valls est aujourd'hui le « premier flic de France ». Ses maîtres mots ? Ordre, fermeté, justice. Normal pour un homme qui invoque volontiers les mânes de Georges Clemenceau, son lointain prédécesseur radical-socialiste au ministère de l'Intérieur (il fut aussi, à deux reprises, président du Conseil au début du XXe siècle). Mais, dès sa première allocution, le 10 mai, lors de la cérémonie de passation des pouvoirs avec Claude Guéant, il a fait entendre sa petite musique personnelle : « Pour celui qui n'est pas né en France, qui est devenu français, qui a appris à aimer ce pays et ses valeurs [...], devenir ministre de l'Intérieur, cela montre bien que ce pays est un pays un peu à part. »

Enfant d'immigrés espagnols né à Barcelone en 1962 et naturalisé français à 20 ans, Manuel Valls a gravi un à un, mais très vite, les échelons du pouvoir : conseiller régional à 24 ans, maire d'Évry à 38, député de l'Essonne à 39... Sa sensibilité d'homme de gauche ne fait aucun doute, mais il se montre très iconoclaste en matière de sécurité, raison pour laquelle ses camarades socialistes se sont empressés de le cataloguer « à droite ». Ils ont fini par s'y faire. Valls est aujourd'hui chargé au gouvernement de la sécurité, bien sûr, mais aussi du renseignement, de l'immigration et des cultes. Il entend bien « assumer pleinement les prérogatives régaliennes de l'État », comme il l'a déclaré au quotidien Libération le 20 août.

Guéant Bis ?

Bref, il n'a pas l'intention de laisser à la droite le monopole de la fermeté. Mais en quoi sa politique diffère-t-elle de celle de Nicolas Sarkozy et de Claude Guéant ? D'abord par le discours, les « éléments de langage », comme aime à le répéter ce spécialiste de la communication - il en fut chargé dans le gouvernement de Lionel Jospin (1997-2001), puis lors de la campagne présidentielle victorieuse de François Hollande. Mais pas seulement. Dans Le Monde, fin juin, il jugeait durement la politique de l'ancien président (et ancien ministre de l'Intérieur), « marquée par des coups de menton et par l'idée que l'immigré était responsable des problèmes des Français ». Faut-il pour autant s'attendre à une régularisation massive des sans-papiers ? Non, bien sûr. « Être de gauche, précise Valls, ce n'est pas régulariser tout le monde et se retrouver ensuite dans une impasse. » La caractéristique de sa politique d'immigration est peut-être la tempérance, la modération, qualité qu'il a revendiquée devant la commission des lois du Sénat, le 25 juillet.

Dans l'immédiat, il entend bien remettre en question les critères de naturalisation « introduits subrepticement par [son] prédécesseur » Claude Guéant, qui transforment la procédure en « course d'obstacles aléatoire et discriminante ». Évoquant la nouvelle réglementation relative à l'acquisition de la nationalité française, qui devait entrer en vigueur le 1er juillet - son application a été suspendue par le gouvernement Ayrault -, il a ironisé sur le test de connaissances (culture, histoire de France, etc.) qu'elle prétend imposer aux postulants : « Certains ministres et sénateurs auraient du mal à y répondre tellement il est hors des clous ! » Dans la même veine, il souhaite réviser les critères de régularisation des sans-papiers. Le nombre des bénéficiaires (30 000 par an) n'augmentera pas, mais leur désignation devrait être plus juste. Actuellement, la moitié des immigrés régularisés le sont, précise Valls, sur des bases « purement discrétionnaires ». Avant la publication d'une nouvelle circulaire, le ministère de l'Intérieur devrait, dès le mois prochain, rendre compte des résultats du dialogue engagé avec les associations sur lesdits critères de naturalisation.

Appels du pied

Autre chantier : la création d'une carte de séjour d'une validité de trois ans (la mesure concerne entre 50 000 et 60 000 personnes par an). Un projet de loi sera présenté par le ministre « au premier semestre de 2013 ». Mais le gouvernement a déjà pris plusieurs décisions d'urgence, comme l'interdiction d'enfermer des enfants dans un centre de rétention administrative. C'est une vieille revendication des associations de défense des droits des migrants. En janvier, la France avait d'ailleurs été condamnée à ce sujet par la Cour européenne des droits de l'homme. Manque de chance, l'application de la circulaire du 6 juillet n'a pas empêché le décès, peut-être au cours de sa rétention, d'un enfant en bas âge, le 16 août, à Mayotte.

Valls vient par ailleurs de supprimer le versement d'un droit de timbre afin de bénéficier de l'aide médicale de l'État (30 euros par an). La mesure est symbolique. Elle vise avant tout à contrer l'UMP, qui, à l'inverse, critique l'explosion du coût de cette aide médicale aux sans-papiers. Enfin, dès l'automne, un projet de loi devrait être présenté pour mettre fin au « délit de solidarité » qui punit l'aide apportée à des étrangers en situation irrégulière.

L'entreprise de détricotage de l'héritage Sarkozy-Hortefeux-Guéant ne fait que commencer. Elle devrait valoir à Manuel Valls un surcroît de critiques venant de la gauche plus ou moins extrême, mais aussi de la droite. En 2007, Sarkozy lui avait proposé de rejoindre son gouvernement d'ouverture. En mai dernier, Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, se déclarait « sincèrement heureux » de sa nomination Place Beauvau. Le temps des appels du pied à l'adresse de ce « socialiste de droite », comme le surnomme un hebdomadaire parisien, est assurément révolu. Imperturbable, Valls maintient le cap : « Comment pourrais-je être à la fois trop dur et laxiste ? plaide-t-il. Ces appréciations contradictoires sont les conséquences du point d'équilibre que je recherche. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

RDC : le docteur Mukwege lauréat du prix Sakharov du Parlement européen

RDC : le docteur Mukwege lauréat du prix Sakharov du Parlement européen

Le docteur congolais Denis Mukwege s'est vu décerner mardi le Prix Sakharov 2014 pour son travail auprès des femmes victimes de violences sexuelles dans les conflits armés de l'est de la RDC.[...]

La course pour la direction du Bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Cinéma : "Bande de filles", quatre ado dans le vent

Porté par des actrices non professionnelles, le film de Céline Sciamma "Bande de filles" pose un regard plein de fraîcheur sur les banlieues françaises.[...]

France : Christophe de Margerie l'Africain

Surnommé "Big moustache", le dirigeant de Total Christophe Margerie, mort dans le crash de son jet à l'aéroport de Moscou, a su faire fructifier l'héritage africain du groupe français.[...]

"Les Nègres" : farce noire de Jean Genet à l'Odéon

Le metteur en scène américain Robert Wilson créé la pièce de Jean Genet "Les Nègres" au théâtre parisien l'Odéon. Une oeuvre qui parle de racisme, de[...]

Christophe de Margerie, PDG de Total, meurt dans un accident d'avion en Russie

Christophe de Margerie, 63 ans, patron du groupe pétrolier français Total, est décédé dans la nuit de lundi à mardi en Russie dans le crash d'un avion privé à[...]

Ebola : l'UE va débloquer 500 millions d'euros pour "endiguer" l'épidémie en Afrique

L'Union européenne a annoncé lundi son engagement à débloquer 500 millions d'euros d'aide pour "endiguer" Ebola dans les pays africains touchés.[...]

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement[...]

Terrorisme : les autorités françaises ont-elles encore commis une bourde ?

Après l'affaire des trois présumés jihadistes français de retour de Turquie attendus par la police à l'aéroport d'Orly et finalement descendus sans être[...]

Vatican : le débat continue sur le divorce et l'homosexualité avec le pape François

Le synode de la famille s'est achevé dimanche au Vatican. Deux semaines de travaux à huis clos pendant lesquelles les évêques ont largement évoqué les thèmes du divorce et de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers