Extension Factory Builder
05/09/2012 à 18:05
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Longtemps en poste en Amérique latine, le diplomate cite le Mercosur en exemple. Longtemps en poste en Amérique latine, le diplomate cite le Mercosur en exemple. © Secrétariat de l'Union pour la Méditerranée.

Le sommet de l'Union du Maghreb arabe (UMA) se tiendra à Tunis en fin d'année. Une première depuis 1994. Le ministre marocain délégué aux Affaires étrangères, Youssef Amrani, revient sur le contexte de cette relance.

Plus de vingt-trois ans après sa création, l'Union du Maghreb arabe (UMA) pourrait-elle sortir de l'impasse ? Pour le diplomate tangérois Youssef Amrani, 58 ans, ministre délégué aux Affaires étrangères et à la Coopération, les changements survenus dans la région sont l'occasion ou jamais de pallier le manque d'intégration qui, depuis des années, coûte si cher au Maghreb.

Jeune Afrique : Pourquoi, selon vous, la relance de l'Union du Maghreb arabe a-t-elle des chances d'aboutir ?

Youssef Amrani : La plupart de nos pays connaissent une transition démocratique et nous devons saisir cette occasion pour accélérer les réformes politiques, juridiques et économiques nécessaires à la relance de l'intégration régionale. En construisant un ensemble cohérent et doté d'un environnement des affaires conformes aux standards internationaux, nous pourrons développer le commerce entre nos pays et attirer les investisseurs.

Dans le cadre du sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'UMA que nous sommes en train de préparer et qui devrait se tenir à Tunis en fin d'année, nous avons trois priorités : la libre circulation des capitaux et des hommes, la mise en place d'une zone de libre-échange et la création d'instruments juridiques et financiers pour accompagner les investissements.

Le différend maroco-algérien sur le Sahara ne continuera-t-il pas à freiner le processus ?

Il ne devrait plus être un obstacle à l'évolution d'autres problématiques. Prenez l'exemple des pays d'Amérique latine, leurs divergences politiques ne les ont pas empêchés de construire des organisations régionales fortes comme le Mercosur.

Sur la question du Sahara, nous avons besoin d'un nouveau médiateur onusien afin de reprendre les négociations et de parvenir à une solution mutuellement acceptable basée sur l'esprit de compromis et le réalisme. En ce sens, le Maroc propose de discuter sur la base d'une large autonomie du Sahara.

Nos pays représentent un marché potentiel de 130 millions d'habitants.

Voyez-vous un avenir à l'Union pour la Méditerranée (UPM), dont vous étiez le secrétaire général jusqu'en janvier ?

L'UPM est peut-être arrivée trop tôt. Les blocages politiques, notamment après les événements de Gaza et du Printemps arabe, ont retardé sa mise en oeuvre. Mais aujourd'hui les Européens ont tout intérêt à relancer le processus : les pays du sud de la Méditerranée représentent un marché potentiel de 130 millions d'habitants, avec des économies qui continuent d'enregistrer des taux de croissance soutenus. L'UPM doit en revanche se consacrer aux grands chantiers d'intégration, comme l'autoroute du Maghreb ou les échanges universitaires, et laisser les questions politiques à des structures plus appropriées, telles les Nations unies, les organisations régionales ou encore des enceintes plus informelles, comme le dialogue 5+5 [qui réunit Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie, Tunisie et Espagne, France, Italie, Malte, Portugal, NDLR].

Avec la crise économique, l'Europe ne risque-t-elle pas de se replier sur elle-même ?

L'Union européenne a commencé à revoir sa politique de voisinage. Autrefois, près de deux tiers des aides européennes allaient vers le sud de la Méditerranée et un tiers vers les pays d'Europe de l'Est. Aujourd'hui, la répartition tend vers les 50-50. À nous d'accélérer la relance de l'UMA pour proposer à nos partenaires européens une zone attractive où ils pourront négocier de bloc à bloc. Il est aussi de leur intérêt de nous aider à nous développer pour juguler la pression migratoire et bénéficier de notre croissance. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Libye : des milices ont commis des 'crimes de guerre' à l'Ouest, selon Amnesty

Libye : des milices ont commis des "crimes de guerre" à l'Ouest, selon Amnesty

Dans un rapport publié jeudi, Amnesty International accuse des milices et des groupes armés d'avoir commis "des violations généralisées des droits de l'Homme, y compris des crimes de guerre&[...]

Ton divertissement, ma réalité

C'est une anecdote qu'on m'a racontée à Bruxelles la semaine dernière, qui n'est pas d'une importance planétaire, certes, mais que je tiens à partager avec vous car elle semble dire[...]

Législatives tunisiennes : Nida Tounes remporte le scrutin avec 85 sièges à l'Assemblée

Les résultats officiels des législatives tunisiennes sont tombés dans la nuit de mardi à mercredi. Ils donnent Nida Tounes vainqueur du scrutin.[...]

Maroc : la femme du jihadiste arrêté à Casablanca veut récupérer la garde de ses deux filles

Nabil Rhaba, un Marocain résidant en France avait été interpellé le 15 octobre à l'aéroport Mohammed-V de Casablanca alors qu'il cherchait à embarquer pour Istanbul en compagnie[...]

Les législatives tunisiennes décryptées 3/3 : une élection de BCE au premier tour de la présidentielle ?

Pour conclure une série de trois entretiens, Karim Guellaty et Cyril Grislain Karray, spécialistes en communication politique, évoquent, à la suite de la victoire de Nida Tounes aux[...]

Tunisie : résultats attendus ce soir, Nida Tounes annoncé vainqueur

À quelques heures de la publication mercredi soir des résultats officiels des législatives tunisiennes, Nida Tounes a déjà fait état de sa victoire et Ennahdha a reconnu sa[...]

Mohamed Dayri : "La priorité doit être donnée à l'édification d'un État fort en Libye"

Le ministre des Affaires étrangères libyen, Mohamed Dayri, prône le dialogue avec les islamistes et les kadhafistes. Interview.[...]

Libye : l'ambassade du Niger assiégée, Niamey dénonce un "incident gravissime"

Des miliciens ont assiégé de lundi à mardi au petit matin l'ambassade du Niger en Libye. Un "incident" qualifié de "gravissime" par les autorités nigériennes.[...]

Les législatives tunisiennes décryptées 2/3 : bipolarisation sur fond de désenchantement démocratique

Karim Guellaty et Cyril Grislain Karray, spécialistes en communication politique, commentent pour "Jeune Afrique", dans un second entretien d'une série de trois, la bipolarisation du paysage politique,[...]

Questions simples sur l'Orient compliqué

La pensée unique a toujours accompagné la bataille, comme un poisson parasite sur le dos d'une baleine. Dans le contexte actuel de guerre ouverte entre l'Occident et l'hydre jihadiste, les interrogations - [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers