Extension Factory Builder
01/09/2012 à 10:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'ONG Global Footprint Network (GFN) est basée à Oakland, en Californie. L'ONG Global Footprint Network (GFN) est basée à Oakland, en Californie. © Sipa

Malgré le ralentissement économique, l'humanité consomme toujours plus que ce que la Terre peut produire, prévient une ONG américaine.

Les chiffres de la croissance ont beau dégringoler un peu partout dans le monde, la planète n'en tire aucun bénéfice. On aurait en effet pu penser que le ralentissement économique généralisé atténuerait les conséquences de l'activité humaine sur l'environnement. Eh bien, pas du tout. C'est ce que démontre l'ONG Global Footprint Network (GFN), basée à Oakland, en Californie. Cette dernière calcule chaque année la quantité de ressources disponibles sur la planète et la façon dont elles sont utilisées afin de souligner l'accroissement du déficit écologique mondial.

Vie à crédit

Pour amener l'opinion à prendre conscience de cette réalité, GFN a défini une unité de mesure, l'hectare global (hag), et un point de repère, l'Earth Overshoot Day, ou « jour de dépassement global », qui correspond au moment de l'année où les hommes ont consommé toutes les ressources pouvant être produites par la Terre en douze mois. En 2012, cette date est tombée le 22 août. En d'autres termes, depuis ce moment nous vivons à crédit auprès de notre planète. « D'après nos estimations, notre demande en ressources renouvelables dépasse de plus de 50 % ce que la nature peut nous offrir chaque année. D'ici à la fin du siècle, notre consommation équivaudra à deux fois les capacités terrestres », peut-on lire dans l'introduction du rapport publié par GFN.

Cercle vicieux

L'organisme rappelle également que, en 1992, le jour de dépassement global était le 21 octobre. Cette année-là, une grande partie des pays de la planète s'était réunie à Rio de Janeiro dans l'espoir d'adopter de nouveaux comportements qui limiteraient la casse écologique. Vingt ans plus tard, la situation ne s'est pas améliorée - au contraire. Les hommes n'ont toujours pas appris à gérer convenablement leur capital naturel. C'est d'autant plus alarmant que la dégradation de l'environnement a pour conséquence de réduire les surfaces productives. Un cercle vicieux qui sera difficile à briser. Les pays riches sont évidemment les mauvais élèves compte tenu de leur mode de vie. Les États-Unis ont ainsi atteint leur jour de dépassement le 28 mars. Notre dette envers la Terre ne cesse de s'alourdir, mais elle semble moins nous préoccuper que la dette grecque ou espagnole. Pourtant, un jour, la planète ne nous fera plus crédit. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers