Extension Factory Builder
30/08/2012 à 14:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le gouvernement d'union nationale malien a été formé le 20 août. Le gouvernement d'union nationale malien a été formé le 20 août. © Emmanuel Daou Bakary

Tiéman Coulibaly, le nouveau chef de la diplomatie malienne, est un communicant. Un atout pour convaincre les pays voisins d'aider à la reconquête du Nord.

Sa nomination à la tête de la diplomatie malienne, le 20 août, Tièman Coulibaly (45 ans) la doit en partie à son arrestation par la junte qui, le 22 mars, a renversé Amadou Toumani Touré. C'était en avril, et cette détention de deux jours lui a donné une nouvelle aura. Vice-président du Front uni pour la sauvegarde de la démocratie et de la République (FDR, coalition antiputsch), le président de l'Union pour la démocratie et le développement (UDD) a aussi bénéficié de la volonté de former un gouvernement d'union nationale ne laissant presque aucun parti sans portefeuille. Enfin, sa proximité avec le président de transition Dioncounda Traoré a dû jouer. Avant le 22 mars, Tièman Coulibaly faisait partie de son équipe de campagne dans la course à la présidentielle.

Le nouveau ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a d'autres atouts. Parmi ceux-ci, son sens du compromis. Ainsi, après son arrestation, il a vite mis cet incident sur le compte du désordre qui régnait alors à Bamako, puis a accepté le putschiste Amadou Haya Sanogo comme président du Comité militaire de suivi de la réforme des forces de défense et de sécurité. *

Expérience internationale

Selon un proche, Tièman Coulibaly est « un homme attentif, qui sait comment se faire comprendre ». Et pour cause : il a suivi des études de communication à l'université Jean-Monnet, à Saint-Étienne (France). À la fois homme politique et homme d'affaires, il a fondé un réseau d'agences de communication, Stellis, implantées au Mali, en Guinée et au Burkina Faso. Son expérience comme vice-président chargé des relations internationales du Conseil national du patronat du Mali est un autre avantage.

Sa priorité désormais ? « La reconquête et la libération du Nord des forces de l'obscurantisme qui l'occupent actuellement », a-t-il annoncé. Et ce dans le cadre d'une « doctrine cohérente » et d'une « action collective avec les voisins immédiats », explique le diplomate, avant que son côté communicant ne refasse surface : « Le Mali vit un moment de flottement. Mais les autres nations ne doivent pas garder seulement cette image du pays. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force[...]

Mali : retour en cinq dates sur la vie d'Intalla Ag Attaher, aménokal des Ifoghas

Intalla Ag Attaher, chef traditionnel de la tribu touarègue des Ifoghas, est mort dans la nuit de jeudi à vendredi à Kidal. Retour en cinq dates sur sa vie, intimement liée aux différentes[...]

Hervé Ladsous : "En Centrafrique, il faut des autorités nouvelles issues d'élections avant août 2015"

Présent au forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique (15 et 16 décembre), Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint aux opérations de[...]

Ebola : trois choses à savoir sur la tournée de Ban Ki-moon en Afrique de l'Ouest

Ban Ki-moon a annoncé mercredi à New York qu'il se rendra à partir du 18 décembre en Afrique de l'Ouest. Une tournée dans les pays qui ont été touchés par le virus Ebola.[...]

Mali : IBK assume la libération de quatre jihadistes

Très critiqué dans son pays pour avoir ordonné la libération de quatre jihadistes afin d’obtenir celle de l’otage français Serge Lazarevic le 9 décembre, Ibrahim Boubacar[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Jean-Yves Le Drian : "Au Mali comme en Centrafrique, l'heure de vérité approche"

Un an après le déclenchement de l'opération Sangaris, et deux ans après celui de l'opération Barkhane, le ministre français de la Défense affiche ses objectifs : des[...]

Paris veut un accord de paix au Mali en janvier

Paris souhaite que les négociations de paix maliennes entre Bamako et les groupes armés du Nord, sous médiation algérienne, aboutissent en janvier, a déclaré le ministre français de[...]

Sahel : Lazarevic pense avoir été capturé pour une rançon et nie être un mercenaire

L'ex-otage français Serge Lazarevic, libéré mardi après plus de trois ans de captivité au Sahel, a estimé dimanche, dans le journal de 20 heures de France 2, que ses ravisseurs l'avaient[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers