Extension Factory Builder
23/08/2012 à 19:07
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Benyamin Netanyahou refuse de s'engager pour l'un ou l'autre des candidats américains. Benyamin Netanyahou refuse de s'engager pour l'un ou l'autre des candidats américains. © Reuters

Qui d'Obama ou de Romney est le plus favorable à l'État hébreu ? L'opinion penche pour le second. Mais Netanyahou, prudent, s'abstient de prendre parti officiellement.

D'un côté, un pacte militaire sans précédent conclu par Barack Obama, assorti d'une généreuse contribution à la défense antimissile israélienne. De l'autre, des déclarations fracassantes de Mitt Romney sur la « folie nucléaire » de l'Iran et le statut de Jérusalem, « capitale d'Israël ». La campagne électorale américaine s'enflamme sur la question du soutien à l'État hébreu. Et l'opinion israélienne se montre autant étonnée que flattée par cette surenchère.

Plusieurs sondages - notamment celui publié le 27 juillet, à la veille de son arrivée en Terre sainte - suggèrent que le vent est ici en train de tourner en faveur du candidat républicain. À en croire le Centre d'études stratégiques Begin-Sadate, 29 % des Israéliens estiment qu'il serait mieux à même de défendre les intérêts d'Israël, contre 22 % pour Obama. L'inverse de ce qui se passe dans la communauté juive américaine, toujours largement favorable au président démocrate (lire ci-dessus).

Dans le quotidien Haaretz, l'éditorialiste Zvi Bar'el déplore la fâcheuse tendance de ses concitoyens à se sentir partie prenante dans la course à la Maison Blanche. « C'est une maladie qui frappe chaque gouvernement israélien, mais aussi la société israélienne dans son ensemble, écrit-il. Les symptômes en sont bien connus, et, tel un ulcère chronique, ressurgissent tous les quatre ans. »

Netanyahou méfiant

Benyamin Netanyahou reste pourtant sur la réserve. En dépit de son amitié pour Romney, le Premier ministre refuse de s'engager pour l'un ou l'autre des candidats. Seule certitude : ses relations avec Obama, qui ne s'est jamais rendu à Jérusalem au cours de son mandat, sont empreintes de méfiance. Au sein même de sa coalition, plusieurs ministres issus de la mouvance nationaliste-religieuse présentent le chef de l'exécutif américain comme un ennemi du peuple juif. N'a-t-il pas forcé Israël à faire des concessions aux Palestiniens ?

Cette animosité latente n'a pas manqué d'être exploitée par Romney, qui, dans le même mouvement, s'efforce de séduire le puissant électorat chrétien évangélique, très favorable, comme on le sait, au Grand Israël : « Je ne peux imaginer me rendre aux Nations unies pour, comme l'a fait Obama, critiquer mon allié à la face du monde. Israël mérite un meilleur président que lui. » Le débat est ouvert.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Que faut-il retenir de la visite de Mohammed VI au Sénégal ?

Le souverain marocain, Mohammed VI, quittera le Sénégal vendredi, après avoir signé de nombreux accords économiques.[...]

Les nouveaux passeports palestiniens revendiquent l'"État de Palestine"

Les nouveaux passeports palestiniens arboreront dès à présent la mention "État de Palestine". Plus symbolique qu’officielle, cette modification a tout de même suscité un[...]

Festival de Fès - Alain Weber : "La musique est un peu une revanche pour l'Afrique"

Entretien avec Alain Weber, directeur artistique de la 21e édition du Festival de Fès des musiques sacrées du monde.[...]

Mode d'emploi et favoris : l'élection du président de la BAD en 5 questions

Le 28 mai, la Banque africaine de développement élira un nouveau président. "Jeune Afrique" décrypte pour vous tous les ressorts de cette élection et livre une analyse exclusive des[...]

Ali Benmakhlouf : "À sa mort, le Prophète n'a laissé aucune directive"

Le penseur marocain en est persuadé : sans l'apport de la pensée arabe médiévale, le paysage intellectuel européen actuel ne serait pas ce qu'il est. Et pourtant qui le sait ? Dans un[...]

Libye : tentative d'assassinat contre le Premier ministre Al-Theni

Le Premier ministre Abdallah al-Theni a échappé mardi soir à une tentative d'assassinat à Tobrouk, dans l'est du pays, lors d'une attaque menée par des hommes armés non identifiés.[...]

Égypte : pour les Frères musulmans, c'est le moment de compter ses amis

Condamné à mort avec 106 coaccusés, l'ex-président Morsi verra-t-il sa peine commuée ? En attendant, dans le monde arabe, les partis islamistes proches des Frères musulmans sont[...]

Algérie : camouflet pour Amar Saadani, le patron du FLN...

C'est une sacrée gifle que vient de recevoir Amar Saadani, le secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), déjà confronté à la contestation de plusieurs[...]

Mehdi Benatia : "Fier et heureux, avec le Bayern et avec le Maroc"

Recruté à l’été 2014 par le Bayern Munich pour 30 millions d’euros, Mehdi Benatia a remporté avec le championnat d’Allemagne le premier titre de sa carrière. À[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers