Extension Factory Builder
21/08/2012 à 09:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
El Commandante lors du conseil des ministres le 1er août, quelques semaines après son opération. El Commandante lors du conseil des ministres le 1er août, quelques semaines après son opération. © Reuters

Hugo Chávez multiplie les obstacles pour dissuader la diaspora, qui lui est globalement hostile, de participer à la présidentielle du 7 octobre.

Un peu plus de 100 000 Véné­zuéliens vivant à l'étranger sont inscrits sur les listes électorales en vue de la présidentielle du 7 octobre. C'est plus que pour les législatives de 2010 (43 000), mais bien peu eu égard au nombre total des exilés : 1,2 million. « Nous avons mené une grande campagne pour inciter la diaspora à exercer son droit de vote, assure l'analyste Tony de Viveiros, qui travaille pour l'association Venezolanos por el mundo. Mais beaucoup se sont heurtés à de grandes difficultés. »

Au Canada, il a fallu de vives protestations pour que le consulat de Vancouver se décide à ouvrir les registres électoraux, ce qu'il n'a fait que le 31 mars, alors les inscriptions se sont closes le 15 avril. En Australie, beaucoup de Vénézuéliens vivent à Sydney, alors que l'ambassade se trouve à Canberra. À Miami, en Floride, 20 000 étaient inscrits sur les listes (c'est la plus grande circonscription de l'étranger), mais le consulat a été fermé le 13 janvier après l'expulsion par les autorités américaines de la consule Livia Acosta, accusée d'espionnage. Pour voter, ils devront se rendre à La Nouvelle-Orléans ou à Washington, à plus de 1 000 km de là. Le coût du voyage est, pour beaucoup, dissuasif.

Favorable à l'opposition

L'enjeu de la présidentielle explique en partie ces difficultés. « Le gouvernement sait bien que les exilés votent majoritairement pour l'opposition. Alors il fait tout pour les empêcher de s'exprimer », confirme Viveiros. Hugo Chávez peut s'inquiéter. D'abord parce que sa santé reste chancelante. Ensuite parce que, s'il reste en tête dans les sondages (entre 45 % et 49 % des intentions de vote), il est désormais presque talonné par l'opposant Henrique Capriles (entre 38 % et 46 %).

Ce dernier a juré qu'il ferait tout pour favoriser le retour des exilés, mais, quel que soit le verdict des urnes, les intéressés manquent d'enthousiasme. Selon un sondage de 2011, 95 % de ceux qui vivent aux États-Unis n'ont aucune intention de rentrer. « La situation économique et sociale est très grave, explique Viveiros. Les raisons qui les avaient incités à partir n'ont pas disparu. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Le Français Luis Fernandez pourrait signer son contrat de sélectionneur de la Guinée dans le week-end.  [...]

Les sons de la semaine #33 : Les Ambassadeurs du Motel de Bamako, Protoje, FKA Twigs, Kaaris

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Djibouti : Le Drian viendra... mais plus tard

Très attendue par les autorités comme par les militaires français, la visite de Jean-Yves Le Drian à Djibouti, qui devait avoir lieu au mois d'avril, a été reportée.[...]

Santiago Zannou : un rôle à jouer

De père béninois et de mère espagnole, le réalisateur place l'immigration et le métissage au coeur de ses films. La singularité de ses histoires lui a ouvert les portes du[...]

Yémen : le président Abd Rabbo Mansour Hadi s'est réfugié en Arabie saoudite

Alors que la confusion règnait sur le sort du président Abd Rabbo Mansour Hadi, ce dernier est arrivé jeudi en Arabie saoudite, le jour même où la coalition menée par Ryad[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Cinéma : Dear White People, chers petits Blancs...

Avec son film "Dear White People", le réalisateur africain-américain Justin Simien dénonce les préjugés raciaux toujours vivaces dans le pays d'Obama... et suscite la[...]

Hervé Ladsous : "Le maintien de la paix ne représente que 0,4% des budgets militaires dans le monde"

Pour la première fois, les chefs d'état-major de 120 pays membres des Nations unies se réunissent vendredi 27 mars à New York pour plancher sur les enjeux complexes du maintien de la paix à[...]

Yémen : les rebelles progressent, le président Hadi en fuite

Alors que l'incertitude régnait sur son sort, le président yéménite, Abd Rabbo Mansour Hadi, a quitté le pays en bateau, ont annoncé des responsables yéménites.[...]

Racisme en Belgique : "Il faut prendre conscience de l'ampleur du problème"

Depuis le lancement du hashtag #dailyracism, de nombreux Belges ont témoigné, sur les réseaux sociaux, du racisme quotidien qu'ils subissent.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2692p074-075.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2692p074-075.xml1 from 172.16.0.100