Extension Factory Builder
17/08/2012 à 12:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le chef du gouvernement marocain à Tunis, le 24 mai 2012. Le chef du gouvernement marocain à Tunis, le 24 mai 2012. © AFP

Jusqu'à récemment, ses bons mots faisaient mouche. Seulement voilà : à force de tirer sur la ficelle, Abdelilah Benkirane finit par déraper. Et par lasser son auditoire.

« Dieu pardonne ce qui est passé, mais celui qui récidive, Dieu le punira. » En faisant « fièrement » de cette citation du Coran le slogan de sa politique de lutte contre la corruption, Abdelilah Benkirane a provoqué l'ire de la société civile marocaine. Non démentie par la suite, cette amnistie générale qui ne dit pas son nom tranche avec le discours d'hier, quand son Parti de la justice et du développement (PJD) faisait campagne - et remportait les élections - sur le terrain de cette même lutte anticorruption.

Dans une longue interview accordée à l'émission Sans limites d'Al-Jazira, diffusée en deux parties le 25 juillet et le 1er août, Benkirane a multiplié les gaffes et les passes d'armes avec Ahmed Mansour, le présentateur vedette de la chaîne qatarie, justifiant son refus d'une « chasse aux sorcières » (en français dans l'interview) par les différences culturelles entre le Maroc et les pays du Machrek. Sur internet sont apparus ces derniers jours des montages vidéo soulignant ce virage rhétorique à 180 degrés. Même revirement s'agissant des rapports du chef du gouvernement avec l'entourage royal. Alors qu'en mars 2011 le tribun réclamait sans ambages le départ de Mounir Majidi et de Fouad Ali El Himma, respectivement secrétaire particulier et conseiller politique du roi Mohammed VI, Benkirane s'est refusé sur Al-Jazira à donner des noms, basculant de l'opprobre à la louange : « Je ne parle pas de l'entourage du roi. Il y a parmi [ses] proches des personnes de grande valeur. »

Chignon

Le leader islamiste est apparu sur la défensive. Quand le journaliste lui demande si toutes les nominations relèvent de ses prérogatives, il répond d'abord oui, hésite, puis se tourne vers une personne hors champ (qu'on devine être Abdellah Baha, le numéro deux du gouvernement), qui lui souffle la bonne réponse : « Sauf les emplois religieux et militaires. » Et le chef du gouvernement s'agace à chaque fois que l'intervieweur le relance : « Laissez-moi parler », « Vous n'êtes qu'un simple journaliste »... La discussion tourne à la joute verbale, jusqu'à cette réplique d'anthologie : « Je suis là pour gérer les affaires de l'État, pas pour me crêper le chignon comme les femmes au hammam. » Elles apprécieront...

Salué pour sa gouaille bonhomme après son accession au gouvernement à la fin de 2011, Benkirane commence-t-il à lasser ? Sur Twitter, beaucoup de ceux qui, sans voter pour le PJD, lui accordaient le bénéfice du doute ont rivalisé de critiques sur le #Benkishow. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Le Maroc et la France rétablissent leur coopération judiciaire et antiterroriste

Le Maroc et la France rétablissent leur coopération judiciaire et antiterroriste

La France et le Maroc ont décidé samedi de "tourner la page" de près d'un an de brouille diplomatique, en rétablissant leur coopération judiciaire et anti-jihadiste, un réchauffe[...]

France-Maroc : Rabat appelle à tourner la page de la crise diplomatique

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, a appelé samedi à tourner la page de la crise diplomatique entre son pays et la France, confirmant un plein rétablissement de[...]

Quand un hebdomadaire marocain compare François Hollande à Hitler

François Hollande grimé en Adolf Hitler à la une d'un hebdomadaire marocain paru jeudi. Un photomontage qui tombe sous le coup de la loi et qui pourrait, s'il ne faisait pas l'objet de poursuites judiciaires,[...]

Le patron du fisc marocain prend la tête de la CDG

Le nom du nouveau directeur général de la Caisse de dépôt et de gestion est désormais connu. Il s'agit d'Abdellatif Zaghnoun, actuel directeur général des impôts. Pur produit[...]

Abdellah Taïa, une errance parisienne

Tourmenté, l'écrivain Abdellah Taïa semble l'être autant que les personnages de son nouveau roman, une prostituée et un transsexuel exilés en France. Comme eux, il poursuit une longue[...]

France : la Cour de cassation valide le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain

Après dix-huit mois de quiproquo judiciaire, la Cour de cassation française a validé mercredi le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain. Le parquet s'opposait à la légalité de[...]

Immobilier : Zinafrik lance un mégaprojet logistique au Maroc

Selon les informations recueillies par "Jeune Afrique", le groupe marocain Zinafrik, spécialisé dans la sidérurgie, l'immobilier et la logistique, a conclu un partenariat stratégique avec[...]

Vidéo : jusqu'où ira la crise diplomatique franco-marocaine ?

Tout a commencé il y a près d'un an, le 20 février 2014, lorsque des policiers porteurs d'une convocation adressée par un juge d'instruction au directeur de la sécurité intérieure[...]

Cinéma : "Hope", les migrants avant Gibraltar

Le film "Hope", de Boris Lojkine, retrace la vie de deux migrants avant leur traversée de la Méditerranée. Un film dur, sans manichéïsme ni concession, qui est aussi une belle histoire[...]

France : le Conseil constitutionnel valide la déchéance de nationalité d'un jihadiste franco-marocain

Le Conseil constitutionnel a validé vendredi la déchéance de la nationalité française d'un jihadiste franco-marocain condamné pour terrorisme. Une décision qui était[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2692p020.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2692p020.xml0 from 172.16.0.100