Extension Factory Builder
17/08/2012 à 12:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le chef du gouvernement marocain à Tunis, le 24 mai 2012. Le chef du gouvernement marocain à Tunis, le 24 mai 2012. © AFP

Jusqu'à récemment, ses bons mots faisaient mouche. Seulement voilà : à force de tirer sur la ficelle, Abdelilah Benkirane finit par déraper. Et par lasser son auditoire.

« Dieu pardonne ce qui est passé, mais celui qui récidive, Dieu le punira. » En faisant « fièrement » de cette citation du Coran le slogan de sa politique de lutte contre la corruption, Abdelilah Benkirane a provoqué l'ire de la société civile marocaine. Non démentie par la suite, cette amnistie générale qui ne dit pas son nom tranche avec le discours d'hier, quand son Parti de la justice et du développement (PJD) faisait campagne - et remportait les élections - sur le terrain de cette même lutte anticorruption.

Dans une longue interview accordée à l'émission Sans limites d'Al-Jazira, diffusée en deux parties le 25 juillet et le 1er août, Benkirane a multiplié les gaffes et les passes d'armes avec Ahmed Mansour, le présentateur vedette de la chaîne qatarie, justifiant son refus d'une « chasse aux sorcières » (en français dans l'interview) par les différences culturelles entre le Maroc et les pays du Machrek. Sur internet sont apparus ces derniers jours des montages vidéo soulignant ce virage rhétorique à 180 degrés. Même revirement s'agissant des rapports du chef du gouvernement avec l'entourage royal. Alors qu'en mars 2011 le tribun réclamait sans ambages le départ de Mounir Majidi et de Fouad Ali El Himma, respectivement secrétaire particulier et conseiller politique du roi Mohammed VI, Benkirane s'est refusé sur Al-Jazira à donner des noms, basculant de l'opprobre à la louange : « Je ne parle pas de l'entourage du roi. Il y a parmi [ses] proches des personnes de grande valeur. »

Chignon

Le leader islamiste est apparu sur la défensive. Quand le journaliste lui demande si toutes les nominations relèvent de ses prérogatives, il répond d'abord oui, hésite, puis se tourne vers une personne hors champ (qu'on devine être Abdellah Baha, le numéro deux du gouvernement), qui lui souffle la bonne réponse : « Sauf les emplois religieux et militaires. » Et le chef du gouvernement s'agace à chaque fois que l'intervieweur le relance : « Laissez-moi parler », « Vous n'êtes qu'un simple journaliste »... La discussion tourne à la joute verbale, jusqu'à cette réplique d'anthologie : « Je suis là pour gérer les affaires de l'État, pas pour me crêper le chignon comme les femmes au hammam. » Elles apprécieront...

Salué pour sa gouaille bonhomme après son accession au gouvernement à la fin de 2011, Benkirane commence-t-il à lasser ? Sur Twitter, beaucoup de ceux qui, sans voter pour le PJD, lui accordaient le bénéfice du doute ont rivalisé de critiques sur le #Benkishow. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc - Scandale du stade de Rabat : camouflet royal pour Mohamed Ouzzine

Maroc - Scandale du stade de Rabat : camouflet royal pour Mohamed Ouzzine

La décision est tombée comme un couperet. Le roi du Maroc vient de désavouer le ministre de la Jeunesse et des Sports et demande l'ouverture d'une enquête approfondie sur le scandale de la pelouse du [...]

Côte d'Ivoire - Burkina : Soro, visiteur discret de Compaoré à Casablanca

Guillaume Soro, le président de l'Assemblée nationale ivoirienne, a profité fin novembre d'un déplacement officiel au Maroc pour discrètement rendre visite à l'ex-président[...]

Infrastructures : les 10 projets africains qui ont marqué 2014

Le cabinet d'audit et de conseil KPMG vient de publier l'édition 2014 de son classement des 100 projets d'infrastructure de "classe mondiale". Une dizaine d'entre eux se trouvent sur le continent. Revue de[...]

Le Maroc envoie ses F-16 en Irak contre l'État islamique

Le Maroc a confirmé à "Jeune Afrique" avoir envoyé plusieurs F-16 avec leurs pilotes lutter contre l'État islamique en Irak.[...]

Tunisie - Cinéma : la guerre de l'Étoile

Parmi les quinze longs-métrages en compétition au Festival international du film de Marrakech, plusieurs belles surprises. Comme "L'Orchestre des aveugles", de Mohamed Mouftakir.[...]

Maroc : la plus grande ferme éolienne d'Afrique entre en service

 L'exploitation commerciale du parc éolien de Tarfaya, au Maroc, a démarré. D'une capacité globale de 300 mégawatts, cette ferme éolienne peut produire environ 1 000 Gwh[...]

Marocains et Sénégalais, frères spirituels

Témoins des solides liens cultuels et commerciaux entre le royaume chérifien et le Sénégal, des milliers de Marocains vivent à Dakar. Et ils y sont bien dans leurs babouches.[...]

Les pays africains les plus "risqués" pour les entreprises

 Le cabinet de conseil Control Risks présente l'édition 2015 de sa carte annuelle des risques sécuritaires et économiques à travers le monde. Intitulée "le nouveau[...]

Burkina : Blaise Compaoré, jours tranquilles à Casablanca

C'est dans une vaste villa mise à leur disposition par un ami du couple et située non loin de Casablanca que, selon nos informations, l'ancien président burkinabè Blaise Compaoré et son[...]

Maroc : après la disparition d'Ahmed Zaïdi, naufrage ou renaissance de l'USFP ?

La disparition tragique du député marocain Ahmed Zaïdi a conforté ses camarades dans leur décision de quitter l'Union socialiste des forces populaires (USFP). [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers