Extension Factory Builder
17/08/2012 à 12:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le chef du gouvernement marocain à Tunis, le 24 mai 2012. Le chef du gouvernement marocain à Tunis, le 24 mai 2012. © AFP

Jusqu'à récemment, ses bons mots faisaient mouche. Seulement voilà : à force de tirer sur la ficelle, Abdelilah Benkirane finit par déraper. Et par lasser son auditoire.

« Dieu pardonne ce qui est passé, mais celui qui récidive, Dieu le punira. » En faisant « fièrement » de cette citation du Coran le slogan de sa politique de lutte contre la corruption, Abdelilah Benkirane a provoqué l'ire de la société civile marocaine. Non démentie par la suite, cette amnistie générale qui ne dit pas son nom tranche avec le discours d'hier, quand son Parti de la justice et du développement (PJD) faisait campagne - et remportait les élections - sur le terrain de cette même lutte anticorruption.

Dans une longue interview accordée à l'émission Sans limites d'Al-Jazira, diffusée en deux parties le 25 juillet et le 1er août, Benkirane a multiplié les gaffes et les passes d'armes avec Ahmed Mansour, le présentateur vedette de la chaîne qatarie, justifiant son refus d'une « chasse aux sorcières » (en français dans l'interview) par les différences culturelles entre le Maroc et les pays du Machrek. Sur internet sont apparus ces derniers jours des montages vidéo soulignant ce virage rhétorique à 180 degrés. Même revirement s'agissant des rapports du chef du gouvernement avec l'entourage royal. Alors qu'en mars 2011 le tribun réclamait sans ambages le départ de Mounir Majidi et de Fouad Ali El Himma, respectivement secrétaire particulier et conseiller politique du roi Mohammed VI, Benkirane s'est refusé sur Al-Jazira à donner des noms, basculant de l'opprobre à la louange : « Je ne parle pas de l'entourage du roi. Il y a parmi [ses] proches des personnes de grande valeur. »

Chignon

Le leader islamiste est apparu sur la défensive. Quand le journaliste lui demande si toutes les nominations relèvent de ses prérogatives, il répond d'abord oui, hésite, puis se tourne vers une personne hors champ (qu'on devine être Abdellah Baha, le numéro deux du gouvernement), qui lui souffle la bonne réponse : « Sauf les emplois religieux et militaires. » Et le chef du gouvernement s'agace à chaque fois que l'intervieweur le relance : « Laissez-moi parler », « Vous n'êtes qu'un simple journaliste »... La discussion tourne à la joute verbale, jusqu'à cette réplique d'anthologie : « Je suis là pour gérer les affaires de l'État, pas pour me crêper le chignon comme les femmes au hammam. » Elles apprécieront...

Salué pour sa gouaille bonhomme après son accession au gouvernement à la fin de 2011, Benkirane commence-t-il à lasser ? Sur Twitter, beaucoup de ceux qui, sans voter pour le PJD, lui accordaient le bénéfice du doute ont rivalisé de critiques sur le #Benkishow. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : 15 ans de règne pour Mohammed VI, qui regrette des 'disparités sociales'

Maroc : 15 ans de règne pour Mohammed VI, qui regrette des "disparités sociales"

Le roi du Maroc Mohammed VI a fêté mercredi ses 15 ans de règne. Dans son discours, il a appelé à une "pause introspective" et a commandé une étude au Conseil économ[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle "ligne de précaution" de 5 milliards de dollars

Le Fonds monétaire international (FMI) a renouvelé la ligne de protection ouverte en faveur du Maroc. Valable sur deux ans, ce mécanisme permet au pays de se financer à hauteur de 5 milliards de dollars[...]

Maroc : gnaoua, le blues à l'âme

Menacée de disparaître, la tradition musicale des descendants d'anciens esclaves subsahariens revit grâce au festival d'Essaouira. Mais les maalem doivent aujourd'hui relever un nouveau défi :[...]

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? "Jeune Afrique" a [...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Maroc - Prix Draper : Rachid Yazami, "Monsieur 100 000 Volts"

Le chimiste Rachid Yazami a inventé les batteries au lithium qui font vivre nos téléphones. Il est le premier lauréat français, mais aussi africain, du prestigieux prix Draper.[...]

Maroc : un millier de migrants clandestins tentent en vain de passer la frontière à Melilla

Mercredi, un millier de migrants en provenance d'Afrique subsaharienne ont tenté de pénétrer dans l'enclave espagnole de Melilla au Maroc, ont annoncé les autorités locales. Leur tentative a[...]

Maroc : mort de Hassan II, la nuit du destin

À l'occasion des quinze ans de la mort de Hassan II, Jeune Afrique réedite quelques articles d'époque. Dans celui-ci, paru dans JA n° 2012 du 30 juillet au 9 août 1999, François Soudan[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers