Extension Factory Builder
17/08/2012 à 17:16
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des FRCI à Bingerville, le 6 août. Des FRCI à Bingerville, le 6 août. © AFP

Les attaques perpétrées, les 5 et 6 août, contre un commissariat et un camp militaire, puis celles de l'Ouest à la frontière libérienne et, enfin, à Dabou près d'Abidjan, soulignent la fragilité de la réconciliation entre ex-rebelles et anciens soldats pro-Gbagbo.

Triste fête nationale, le 7 août, au palais présidentiel d'Abidjan. Pendant la parade militaire, à laquelle le président Alassane Ouattara avait convié Herman Van Rompuy, le président du Conseil européen, beaucoup d'invités avaient en tête la double attaque d'un commissariat de Yopougon et du camp d'Akouédo, les 5 et 6 août. Bilan : 11 morts. Des incidents qui s'inscrivent dans une longue série, qui ne s'est pas arrêtée : attaques dans l'Ouest, à la frontière libérienne, puis à Dabou...

Dans son rapport au Conseil de sécurité, le 29 juin, le Néerlandais Bert Koenders, chef de l'Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire (Onuci), signalait qu'en l'espace de trois mois 188 vols avaient été commis dans des armureries, causant la mort de 54 personnes. S'y ajoutent l'évasion de 196 détenus (sans compte la centaine récemme à Dabou), des affrontements intercommunautaires et le décès de 7 Casques bleus dans une embuscade près de Taï (Sud-Ouest), le 8 juin.

Plus de un an après la fin du conflit postélectoral, les autorités sont confrontées à de récurrentes vagues de violence. Hamed Bakayoko, le ministre de l'Intérieur, et Guillaume Soro, le président de l'Assemblée nationale, ont attribué les attentats d'Abidjan, les 5 et 6 août, aux soldats pro-Gbagbo. Mais, pour l'opposition et certains diplomates, tous ces actes sont le fait de supplétifs des Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI, nouvelle armée) qui s'impatientent des promesses de réintégration dans la vie civile non tenues par le gouvernement.

Corps d'élite

Créées en mars 2011 par le président Ouattara, les FRCI comptent 40 000 hommes, dont 15 000 gendarmes. Elles sont composées des ex-Forces de défense et de sécurité (FDS, ancienne armée) et des ex-Forces armées des Forces nouvelles (FAFN, ex-rebelles). Dans les casernes, la confiance a du mal à s'établir. Au sein de la chaîne de commandement, dont les postes sont partagés entre les deux anciennes forces belligérantes, plusieurs ex-commandants rebelles n'ont pas le niveau requis. Seuls quelques corps d'élite (Groupe de sécurité de la présidence, garde républicaine...), soit environ 3 000 hommes, sont opérationnels.

Désarmement, réinsertion dans la vie civile, formation... Il faut accélérer la réforme de l'armée.

Pour assurer la sécurité du territoire, les autorités ont procédé au redéploiement des gendarmes et policiers, mais seulement 30 % d'entre eux sont équipés. Sur le terrain, de 40 000 à 70 000 ex-combattants (mercenaires étrangers, miliciens et chasseurs traditionnels dozos) continuent de faire régner la loi, et parfois la terreur. Ces hommes, recrutés pendant la crise, n'ont pas été démobilisés et vivent de divers trafics.

Au lendemain des attaques, le président Ouattara a donné des instructions pour accélérer la réforme de l'armée. « Dans quelques semaines, nous mettrons en place un Conseil national de sécurité et une autorité unique chargée de procéder au désarmement, à la démobilisation et à la réinsertion des ex-combattants », a-t-il promis. Le ministère de la Défense a chargé Semlex, une entreprise belge, de l'identification de ces derniers. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

La malédiction de la CAN 2015 frappe le Mali

La malédiction de la CAN 2015 frappe le Mali

La Côte d'Ivoire a égalisé en toute fin de match face au Mali (1-1) après avoir pris tous les risques. Les deux équipes sont au coude à coude dans un groupe qui n'a accouché que de m[...]

Côte d'Ivoire : souvenirs du dernier maire d'Abidjan

À 81 ans, Ernest N'Koumo Mobio est toujours épris de sa ville, dont un tableau orne le hall de sa résidence des Deux-Plateaux, à Cocody. Il confie à Jeune Afrique quelques souvenirs de[...]

Côte d'Ivoire : voisins, voisines abidjanais

Ils gagnent leur vie, mais simplement. Ils se croisent chaque jour dans les quartiers modestes ou huppés de Cocody. Rencontre avec Mariette, Éric, Isaac et Franck. Leur quotidien, leurs rêves, leurs[...]

Exclusif : Pourquoi le tribunal d'Abidjan a lourdement condamné Ecobank

Jeune Afrique révèle le contenu de la décision du Tribunal de commerce d'Abidjan ayant mené à la condamnation du groupe Ecobank, du sud-africain PIC et de Daniel Matjila à payer 7,5[...]

Mathias Aka N'Gouan, maire de Cocody : "Notre modèle, c'est Beverly Hills..."

Mathias Aka N'Gouan, membre du PDCI, a été élu à la tête de la municipalité de Cocody, à Abidjan, lors des élections locales d'avril 2013. Interview.[...]

CAN 2015 : la Côte d'Ivoire manque ses débuts face à la Guinée

Lors de son entrée dans la CAN 2015, la Côte d'Ivoire d'Hervé Renard n'a pas brillé et a été tenue en échec par la Guinée (1-1), mardi à Malabo. Les Élephants[...]

Côte d'Ivoire : à Treichville, "on nous a transféré les problèmes, pas les solutions"

Située près du centre d'affaires mais enclavée entre la lagune Ébrié et Marcory, Treichville souffre d'un manque de place et de revenus pour construire de nouveaux logements.[...]

SOMMAIRE Abidjan, le retour

  RETROUVER TOUS LES ARTICLES DE NOTRE DOSSIER Abidjan et les autres Sous pression Robert Beugré Mambé "Tout le monde revient pour faire des affaires" Des jeux et des travaux [...]

Affaire Ecobank/Tanoh : "La décision du Tribunal d'Abidjan est dépourvue de tout fondement", estime Ecobank

Suite à sa condamnation à payer 7,5 milliards de FCFA à Thierry Tanoh, son ancien directeur général, Ecobank conteste dans un communiqué la compétence du Tribunal de[...]

Le Plateau, un mini-Manhattan au coeur d'Abidjan

Même si de nouveaux quartiers d'affaires sont en projet, le Plateau concentre encore l'essentiel des activités financières et administratives du pays. Et il n'est pas près de perdre sa vocation.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2692p018.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2692p018.xml0 from 172.16.0.100