Extension Factory Builder
17/08/2012 à 17:16
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des FRCI à Bingerville, le 6 août. Des FRCI à Bingerville, le 6 août. © AFP

Les attaques perpétrées, les 5 et 6 août, contre un commissariat et un camp militaire, puis celles de l'Ouest à la frontière libérienne et, enfin, à Dabou près d'Abidjan, soulignent la fragilité de la réconciliation entre ex-rebelles et anciens soldats pro-Gbagbo.

Triste fête nationale, le 7 août, au palais présidentiel d'Abidjan. Pendant la parade militaire, à laquelle le président Alassane Ouattara avait convié Herman Van Rompuy, le président du Conseil européen, beaucoup d'invités avaient en tête la double attaque d'un commissariat de Yopougon et du camp d'Akouédo, les 5 et 6 août. Bilan : 11 morts. Des incidents qui s'inscrivent dans une longue série, qui ne s'est pas arrêtée : attaques dans l'Ouest, à la frontière libérienne, puis à Dabou...

Dans son rapport au Conseil de sécurité, le 29 juin, le Néerlandais Bert Koenders, chef de l'Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire (Onuci), signalait qu'en l'espace de trois mois 188 vols avaient été commis dans des armureries, causant la mort de 54 personnes. S'y ajoutent l'évasion de 196 détenus (sans compte la centaine récemme à Dabou), des affrontements intercommunautaires et le décès de 7 Casques bleus dans une embuscade près de Taï (Sud-Ouest), le 8 juin.

Plus de un an après la fin du conflit postélectoral, les autorités sont confrontées à de récurrentes vagues de violence. Hamed Bakayoko, le ministre de l'Intérieur, et Guillaume Soro, le président de l'Assemblée nationale, ont attribué les attentats d'Abidjan, les 5 et 6 août, aux soldats pro-Gbagbo. Mais, pour l'opposition et certains diplomates, tous ces actes sont le fait de supplétifs des Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI, nouvelle armée) qui s'impatientent des promesses de réintégration dans la vie civile non tenues par le gouvernement.

Corps d'élite

Créées en mars 2011 par le président Ouattara, les FRCI comptent 40 000 hommes, dont 15 000 gendarmes. Elles sont composées des ex-Forces de défense et de sécurité (FDS, ancienne armée) et des ex-Forces armées des Forces nouvelles (FAFN, ex-rebelles). Dans les casernes, la confiance a du mal à s'établir. Au sein de la chaîne de commandement, dont les postes sont partagés entre les deux anciennes forces belligérantes, plusieurs ex-commandants rebelles n'ont pas le niveau requis. Seuls quelques corps d'élite (Groupe de sécurité de la présidence, garde républicaine...), soit environ 3 000 hommes, sont opérationnels.

Désarmement, réinsertion dans la vie civile, formation... Il faut accélérer la réforme de l'armée.

Pour assurer la sécurité du territoire, les autorités ont procédé au redéploiement des gendarmes et policiers, mais seulement 30 % d'entre eux sont équipés. Sur le terrain, de 40 000 à 70 000 ex-combattants (mercenaires étrangers, miliciens et chasseurs traditionnels dozos) continuent de faire régner la loi, et parfois la terreur. Ces hommes, recrutés pendant la crise, n'ont pas été démobilisés et vivent de divers trafics.

Au lendemain des attaques, le président Ouattara a donné des instructions pour accélérer la réforme de l'armée. « Dans quelques semaines, nous mettrons en place un Conseil national de sécurité et une autorité unique chargée de procéder au désarmement, à la démobilisation et à la réinsertion des ex-combattants », a-t-il promis. Le ministère de la Défense a chargé Semlex, une entreprise belge, de l'identification de ces derniers. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Le barreau de Côte d'Ivoire fustige l'arrivée d'Orrick

Le barreau de Côte d'Ivoire fustige l'arrivée d'Orrick

 Dans une déclaration écrite, le bâtonnier du barreau de Côte d'Ivoire critique le recours par Orrick au statut de conseiller juridique. Le secrétaire de l'Ordre des avocats demande au cabinet[...]

Pourquoi le cabinet Orrick a fait le choix d'Abidjan

Pour sa première implantation sur le continent, le cabinet d'avocats né aux États-Unis a préféré la capitale économique ivoirienne à Casablanca ou à[...]

Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara renforce le contrôle des fonds publics

Le gouvernement ivoirien poursuit son action contre les détournements de fonds publics. En Conseil des ministres, le président Alassane Ouattara a signé un projet de décret élargissant les[...]

Côte d'Ivoire : la CPI rejette la demande de Laurent Gbagbo d'assister aux obsèques de sa mère

La chambre de première instance de la Cour pénale internationale (CPI) a rendu sa décision, mercredi : Laurent Gbagbo ne sera pas autorisé à assister aux funérailles de sa mère en[...]

Doing Business 2015 : l'Afrique bat le record des réformes

 Selon le rapport "Doing Business" 2015 de la Banque mondiale, deux tiers des économies africaines ont connu une amélioration du climat des affaires. Le Sénégal et la RD Congo, qui[...]

Football : Yaya Touré, seul candidat africain au Ballon d'or 2014

La liste des 23 candidats au Fifa-Ballon d'or 2014 a été dévoilée mardi. Parmi eux, les habitués tels que Cristiano Ronaldo, Lionel Messi, ainsi qu'une ribambelle de champions du monde[...]

Côte d'Ivoire : le procès de Simone Ggagbo aura-t-il lieu ?

Le procès de Simone Gbagbo et de ses 82 coaccusés devait s'ouvrir le 22 octobre, mais il a été reporté sine die. Manque de préparation de la justice ivoirienne ?[...]

Drissa Traoré : "Les crimes de sang reprochés à Simone Gbagbo seront jugés, à la CPI ou ailleurs"

"Justice des vainqueurs", "procès politique"... Que ce soit au sujet du prochain procès de Simone Gbagbo ou de ceux de son mari, Laurent, et de Charles Blé Goudé, les critiques[...]

Côte d'Ivoire : le procès de Simone Gbagbo reporté sine die

Le gouvernement ivoirien a annoncé mercredi le report sine die du procès de Simone Gbagbo. Il était censé s'ouvrir ce mercredi 22 octobre.[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers