Extension Factory Builder
16/08/2012 à 15:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nicolas Sarkozy à Paris, le 28 juin 2012. Nicolas Sarkozy à Paris, le 28 juin 2012. © Sipa

L'ancien président français est sorti de son silence en prenant officiellement position sur la crise syrienne. Une manière de critiquer l'inertie de son successeur, François Hollande.

Salve du château Faraghi sur le fort de Brégançon : depuis la luxueuse résidence varoise de sa belle-famille, au bord de la Méditerranée, Nicolas Sarkozy a lancé une offensive aussi féroce qu'inattendue contre son successeur, François Hollande, retranché non loin de là dans sa villégiature présidentielle.

Le 7 août, on apprend que l'ancien chef de l'État s'est entretenu quarante minutes avec Abdel Basset Sayda, le chef du Conseil national syrien (CNS), principale coalition d'opposition à Bachar al-Assad. Dans un communiqué commun, les deux hommes affirment « la complète convergence de leurs analyses sur la gravité de la crise syrienne et sur la nécessité d'une action rapide de la communauté internationale ». Et constatent « de grandes similitudes avec la crise libyenne ».

Charge

Une manière pour Nicolas Sarkozy d'officialiser les propos, démentis par son entourage, que le quotidien Le Parisien lui avait prêtés fin juillet : « On m'a critiqué sur la Libye, mais moi, au moins, j'ai agi. Il faut être plus ferme avec le régime de Damas. » Sa « volonté de discrétion durable », relayée en juin par son ancien ministre Brice Hortefeux, n'a pas tenu trois mois : la charge a donné aux grognards de l'UMP le signal de l'assaut, au grand dam des socialistes. Philippe Juvin, secrétaire national du parti, dénonce un « attentisme criminel » ; Jean-François Copé, son secrétaire général, stigmatise « l'inertie de la diplomatie française » ; et Brice Hortefeux se navre : « La France a disparu. »

On s'était habitué, depuis sa défaite électorale, à voir Nicolas Sarkozy, sur papier glacé, paresser avec son épouse, Carla, du Canada au Maroc - le couple aurait acheté un palais à Marrakech. On le disait même embauché comme conseiller du monarque chérifien. Mais c'est au chef de l'État français qu'il a choisi de prodiguer ses avis, non sans malice. En juin, il avait déjà fait une incursion en politique étrangère en petit-déjeunant avec l'opposante birmane Aung San Suu Kyi dans un grand hôtel parisien. Puis, en juillet, en recevant Abdelilah Benkirane, le Premier ministre marocain, à Marrakech. L'hyperprésident se ferait-il hyperopposant ?

Honneurs

Pourtant, la politique syrienne de Hollande et de Laurent Fabius, son ministre des Affaires étrangères, semblait suivre la ligne tracée par le couple Sarkozy-Juppé : discours de fermeté, pressions économiques, mais prudence sur la question d'une intervention. Est-ce l'option armée que prône désormais Nicolas Sarkozy lorsqu'il appelle à une « action rapide » ? « La Syrie n'est pas la Libye », insistait pourtant Alain Juppé lorsqu'il dirigeait la diplomatie française. Et les adversaires de Sarkozy de rappeler perfidement que celui-ci avait reçu les deux dictateurs de la même manière, avec les honneurs de la République, en 2007 et 2008.

Côté CNS, rien ne filtre sur l'origine de l'initiative et l'on se défend de toute immixtion dans les affaires intérieures françaises. Mais Monzer Makhous, vice-président de la commission des affaires étrangères au sein de la coalition, avoue : « La politique extérieure de la France n'est pas à la hauteur, on en attend beaucoup plus. » En difficulté sur le terrain, le CNS réclame des armes et appelle à des frappes contre le régime. Las, la veille du communiqué Sayda-Sarkozy, c'est un hôpital de campagne que François Hollande a promis à l'opposition. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Égypte : la justice déclare le mouvement palestinien Hamas 'terroriste'

Égypte : la justice déclare le mouvement palestinien Hamas "terroriste"

Un tribunal égyptien a classé samedi comme organisation "terroriste" le mouvement palestinien Hamas, selon une source judiciaire, alors que les autorités égyptiennes accusent le groupe islam[...]

Indignation après la destruction de trésors archéologiques en Irak

Une vidéo montrant des jihadistes du groupe État islamique (EI) en train de détruire des sculptures pré-islamiques en Irak a suscité l'indignation dans le monde et la crainte que d'autres[...]

Qui est Al-Fawwaz, condamné pour les attentats de Dar es-Salaam et Nairobi en 1998 ?

Khalid al-Fawwaz, un Saoudien présenté comme un fidèle lieutenant d'Oussama Ben Laden, a été reconnu coupable de complot en lien avec les attentats contre les ambassades américaines[...]

Terrorisme : l'étonnante histoire du premier Sud-Africain à avoir rejoint Daesh

Un jeune Sud-Africain, se présentant sous le nom d’Abu Hurayra Al-ifriki, assure avoir rejoint les rangs de l’État islamique en Syrie. Une information qui n’a pas encore été[...]

Tunisie : génération électro, reportage au coeur d'une révolution musicale

En Tunisie, quelques milliers de jeunes se sont rassemblés le week-end des 21 et 22 février pour le festival des Dunes électroniques, à Nefta, dans le désert, à une heure de route de[...]

Afrique du Sud : que nous apprend le scandale des "Spy Cables" ?

Des documents révélant les échanges entre les services secrets sud-africains et leurs homologues étrangers et publiés depuis lundi par la chaîne Al-Jazeera et le quotidien britannique The[...]

In Amenas : l'enquête britannique provoque la colère des familles de victimes

Selon les conclusions de l'enquête judiciaire britannique sur l'attaque du complexe gazier algérien d'In Amenas, il "est probable que la balle" qui a tué Stephen Green, l'un des sept otages, "a[...]

"American Sniper" : quand Eastwood se tire une balle dans le pied

Annoncé en grande pompe, le nouveau long-métrage de Clint Eastwood, "American Sniper", relate le parcours d'un tireur d’élite de l'armée américaine connu pour ses exploits[...]

Quatre attentats à la bombe font un mort et deux blessés au Caire

Quatre attentats à la bombe ont fait un mort et deux blessés jeudi matin au Caire. Même si les attaques n’ont pas été revendiquées, les autorités locales soupçonnent les[...]

Algérie : Karim Achoui, le droit au retour

Ce Franco-Algérien s'est fait connaître comme l'avocat des figures du milieu. En s'inscrivant au barreau d'Alger, il a trouvé le moyen de contourner l'interdiction de plaider qui le frappait en France.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2692p012-013.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2692p012-013.xml0 from 172.16.0.100