Extension Factory Builder
16/08/2012 à 15:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nicolas Sarkozy à Paris, le 28 juin 2012. Nicolas Sarkozy à Paris, le 28 juin 2012. © Sipa

L'ancien président français est sorti de son silence en prenant officiellement position sur la crise syrienne. Une manière de critiquer l'inertie de son successeur, François Hollande.

Salve du château Faraghi sur le fort de Brégançon : depuis la luxueuse résidence varoise de sa belle-famille, au bord de la Méditerranée, Nicolas Sarkozy a lancé une offensive aussi féroce qu'inattendue contre son successeur, François Hollande, retranché non loin de là dans sa villégiature présidentielle.

Le 7 août, on apprend que l'ancien chef de l'État s'est entretenu quarante minutes avec Abdel Basset Sayda, le chef du Conseil national syrien (CNS), principale coalition d'opposition à Bachar al-Assad. Dans un communiqué commun, les deux hommes affirment « la complète convergence de leurs analyses sur la gravité de la crise syrienne et sur la nécessité d'une action rapide de la communauté internationale ». Et constatent « de grandes similitudes avec la crise libyenne ».

Charge

Une manière pour Nicolas Sarkozy d'officialiser les propos, démentis par son entourage, que le quotidien Le Parisien lui avait prêtés fin juillet : « On m'a critiqué sur la Libye, mais moi, au moins, j'ai agi. Il faut être plus ferme avec le régime de Damas. » Sa « volonté de discrétion durable », relayée en juin par son ancien ministre Brice Hortefeux, n'a pas tenu trois mois : la charge a donné aux grognards de l'UMP le signal de l'assaut, au grand dam des socialistes. Philippe Juvin, secrétaire national du parti, dénonce un « attentisme criminel » ; Jean-François Copé, son secrétaire général, stigmatise « l'inertie de la diplomatie française » ; et Brice Hortefeux se navre : « La France a disparu. »

On s'était habitué, depuis sa défaite électorale, à voir Nicolas Sarkozy, sur papier glacé, paresser avec son épouse, Carla, du Canada au Maroc - le couple aurait acheté un palais à Marrakech. On le disait même embauché comme conseiller du monarque chérifien. Mais c'est au chef de l'État français qu'il a choisi de prodiguer ses avis, non sans malice. En juin, il avait déjà fait une incursion en politique étrangère en petit-déjeunant avec l'opposante birmane Aung San Suu Kyi dans un grand hôtel parisien. Puis, en juillet, en recevant Abdelilah Benkirane, le Premier ministre marocain, à Marrakech. L'hyperprésident se ferait-il hyperopposant ?

Honneurs

Pourtant, la politique syrienne de Hollande et de Laurent Fabius, son ministre des Affaires étrangères, semblait suivre la ligne tracée par le couple Sarkozy-Juppé : discours de fermeté, pressions économiques, mais prudence sur la question d'une intervention. Est-ce l'option armée que prône désormais Nicolas Sarkozy lorsqu'il appelle à une « action rapide » ? « La Syrie n'est pas la Libye », insistait pourtant Alain Juppé lorsqu'il dirigeait la diplomatie française. Et les adversaires de Sarkozy de rappeler perfidement que celui-ci avait reçu les deux dictateurs de la même manière, avec les honneurs de la République, en 2007 et 2008.

Côté CNS, rien ne filtre sur l'origine de l'initiative et l'on se défend de toute immixtion dans les affaires intérieures françaises. Mais Monzer Makhous, vice-président de la commission des affaires étrangères au sein de la coalition, avoue : « La politique extérieure de la France n'est pas à la hauteur, on en attend beaucoup plus. » En difficulté sur le terrain, le CNS réclame des armes et appelle à des frappes contre le régime. Las, la veille du communiqué Sayda-Sarkozy, c'est un hôpital de campagne que François Hollande a promis à l'opposition. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Danse : Hamid Ben Mahi, de la 'hogra' à la révolution

Danse : Hamid Ben Mahi, de la "hogra" à la révolution

Le chorégraphe français d'origine algérienne Hamid Ben Mahi évoque dans son nouveau spectacle, "La Hogra", les vexations qui ont servi de carburant aux révolutions arabes.[...]

Maroc - Minurso : Bolduc en stand-by

La nomination de la Canadienne Kim Bolduc à la tête de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (Minurso) n'est toujours pas validée par Rabat.[...]

Israël : Benyamin Netanyahou entre deux feux

Le Premier ministre israélien veut éviter une troisième Intifada tout en satisfaisant ses alliés qui le poussent à plus de fermeté. Pas simple.[...]

Les chômeurs marocains bientôt indemnisés

C'est une première dans le royaume. Les chômeurs vont être indemnisés à partir du mois de décembre grâce à la nouvelle indemnité pour perte d'emploi (IPE).[...]

Maroc - Driss El Yazami : "Les pays du Sud deviennent des acteurs à part entière des droits de l'homme"

Le Maroc accueille du 27 au 30 novembre à Marrakech la deuxième édition du Forum mondial des droits de l'homme. Driss El Yazami, président du Conseil national des droits de l'homme (CNDH) et[...]

Mauritanie - Ely Ould Mohamed Vall : "L'insécurité est flagrante, le pays est en ébullition"

Le cousin et néanmoins grand rival du chef de l'État ne trouve rien de positif dans l'action du gouvernement. Et ne se prive pas de le faire savoir.[...]

Libye : la Banque centrale sous tutelle internationale ?

 Pour tenter de mettre fin à la guerre civile, l'ONU envisage de frapper les leaders des milices libyenes à la caisse.[...]

Égypte : 78 adolescents pro-Morsi condamnés à de la prison ferme

Soixante-dix-huit mineurs ont été condamnés mercredi en Égypte à des peines de 2 à 5 ans de prison parce qu'ils avaient manifesté pour réclamer le retour de l'ancien[...]

L'algérien Cevital va racheter le numéro deux italien de l'acier

Cevital a été retenu pour la reprise des aciéries Lucchini de Piombino, n° 2 en Italie.  Le groupe algérien a présenté un programme d'investissements de l'ordre de 400 millions[...]

Mauritanie : le front du refus se dégarnit

Les principaux adversaires du régime ont boycotté le dernier scrutin présidentiel. Atteints par la limite d'âge, ils ne pourront se présenter en 2019. Et, pour le moment, aucun dauphin ne[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces