Extension Factory Builder
14/08/2012 à 10:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président péruvien lors de la conférence onusienne Rio  20, le 20 juin. Le président péruvien lors de la conférence onusienne Rio 20, le 20 juin. © Sipa

Pendant sa campagne électorale, Ollanta Humala avait fait miroiter une « grande transformation sociale ». Un an après, les conflits se multiplient et la popularité du président péruvien s'effondre.

Candidat de gauche à la présidence du Pérou, Ollanta Humala (50 ans) avait fait trembler les classes privilégiées et les marchés en promettant de redistribuer les richesses du pays. Un peu plus de un an plus tard, il faut se rendre à l'évidence : il fait exactement le contraire. Premier président de gauche depuis trente-six ans, cet ancien colonel de l'armée péruvienne mène une politique libérale de droite qui, certes, rassure les électeurs de sa rivale, Keiko Fujimori, mais lui a fait perdre la confiance des siens. Du coup, sa cote de popularité plonge : 59 % il y a cinq mois, 36 % aujourd'hui.

Certains mettent en cause son inexpérience, d'autres l'influence parfois maladroite de sa femme, Nadine Heredia. Mais la majorité des Péruviens s'étonne surtout de sa faiblesse. Face à la contestation sociale, il ne cesse de changer de gouvernement. Il en est déjà à son troisième Premier ministre !

Violents affrontements

On a aussi recensé plus de 250 conflits entre populations locales et compagnies étrangères concernant l'exploitation des ressources naturelles. Ils ont déjà fait 17 morts et plus de 2 000 blessés cette année. Le plus emblématique est celui de la mine d'or et de cuivre de Conga, la plus importante du pays, dans la région de Cajamarca (Nord), qui est depuis huit mois le théâtre de violents affrontements. L'exploitation de cette mine menace les réserves d'eau de la région - trois lacs d'altitude -, que le président avait pourtant promis de protéger. En décembre 2011, la validation par le gouvernement d'un investissement de 4,8 milliards de dollars (3,7 milliards d'euros) de la compagnie américaine Newmont a mis le feu aux poudres et provoqué la démission de Salomón Lerner, le chef du gouvernement. Oscar Valdés, son successeur, est tombé à son tour à la mi-juillet, à la suite de la violente répression qu'il avait ordonnée : cinq morts et trois provinces en état d'urgence. Plusieurs ministres de gauche ont quitté le gouvernement de coalition pour soutenir la révolte des autochtones.

Pas un magicien

Dépassé par les événements, Humala en appelle à présent aux autorités religieuses pour tenter de renouer le dialogue avec les contestataires et a nommé Juan Jiménez, son ministre de la Justice, connu pour son engagement en faveur des droits de l'homme, à la tête du gouvernement. Le 28 juillet, dans son discours à la nation, le président a proposé d'inscrire le « droit à l'eau potable » dans la Constitution afin d'interdire aux compagnies étrangères de polluer les réserves du pays. Il a aussi relancé plusieurs de ses thèmes de campagne afin d'esquisser les grandes lignes de sa politique au cours des douze prochains mois : santé, éducation, lutte contre la corruption, la drogue et le terrorisme... Il était temps : 72 % de ses compatriotes estiment qu'il n'a pas tenu ses promesses. Surtout, les classes populaires lui reprochent de ne pas avoir engagé la « grande transformation sociale » qu'il avait fait miroiter. Le président a bien créé une pension de retraite minimale, un système de bourses pour les étudiants, et augmenté le budget des programmes destinés aux familles les plus démunies, mais 28 % de la population continue de vivre en dessous du seuil de pauvreté. Humala s'est engagé à ramener ce chiffre à 15 % d'ici à la fin de son mandat, en 2016. Mais « je ne suis pas un magicien », prévient-il. On avait compris.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

États-Unis : torture sans limites pendant la présidence de George W. Bush

États-Unis : torture sans limites pendant la présidence de George W. Bush

Durant la présidence de George W. Bush, sous couvert de guerre contre le terrorisme, la CIA a eu recours à la torture. Avec une cruauté sans bornes, selon un rapport accablant du Sénat amé[...]

Benjamin Stora : "La France peine à se voir comme une nation construite par ses migrants"

Entretien avec le patron de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, l'historien français Benjamin Stora.[...]

Oubliez le McDo, à Paris, les fast-foods africains passent à l'offensive !

En quelques années, le marché de la restauration rapide en France a vu venir de nouveaux acteurs, les fast-foods africains. Malgré la frilosité des banques à les aider, certains ont réussi[...]

Démocratie et torture

Très mauvaise fin d'année pour le dogme selon lequel "la démocratie est le stade suprême du développement politique". On nous a tant de fois assuré que c'est le[...]

États-Unis : Hillary Clinton, future présidente ?

L'épouse de Bill Clinton n'est pas encore candidate à la présidentielle de 2016, mais nul doute qu'elle le sera bientôt. Sera-t-elle la première femme à accéder à la[...]

Algérie : au Val-de-Grâce, un Bouteflika peut-il en cacher un autre ?

La santé d'Abdelaziz Bouteflika a une nouvelle fois fait parler d'elle mardi. Selon des médias algériens, le président algérien aurait été hospitalisé une nouvelle fois au[...]

France : pour éviter "la guerre civile", Éric Zemmour favorable à la déportation des musulmans ?

Le polémiste français controversé Éric Zemmour a une nouvelle fois provoqué l'indignation. Dans une interview accordée à un journaliste italien, fin octobre, il a attaqué les[...]

Pakistan : un groupe taliban tue 132 enfants dans une école

Des talibans pakistanais ont perpétré mardi la plus sanglante attaque terroriste de l'histoire du pays dans une école d'enfants de soldats, tuant 141 personnes, dont 132 écoliers, pour se venger des[...]

Mali - France : Lazarevic et Sofara

Un Français vaut-il plus qu'un Malien ? Certains jugeront la question déplacée. Elle mérite pourtant qu'on s'y arrête au vu des circonstances qui ont mené à la[...]

Photographie : Pascal Maitre, la vie en plus

Exposé récemment à la Maison européenne de la photographie, le reporter Pascal Maitre reste fidèle à la presse, qui lui permet de montrer au mieux l'énergie vitale du[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers