Extension Factory Builder
14/08/2012 à 10:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président péruvien lors de la conférence onusienne Rio  20, le 20 juin. Le président péruvien lors de la conférence onusienne Rio 20, le 20 juin. © Sipa

Pendant sa campagne électorale, Ollanta Humala avait fait miroiter une « grande transformation sociale ». Un an après, les conflits se multiplient et la popularité du président péruvien s'effondre.

Candidat de gauche à la présidence du Pérou, Ollanta Humala (50 ans) avait fait trembler les classes privilégiées et les marchés en promettant de redistribuer les richesses du pays. Un peu plus de un an plus tard, il faut se rendre à l'évidence : il fait exactement le contraire. Premier président de gauche depuis trente-six ans, cet ancien colonel de l'armée péruvienne mène une politique libérale de droite qui, certes, rassure les électeurs de sa rivale, Keiko Fujimori, mais lui a fait perdre la confiance des siens. Du coup, sa cote de popularité plonge : 59 % il y a cinq mois, 36 % aujourd'hui.

Certains mettent en cause son inexpérience, d'autres l'influence parfois maladroite de sa femme, Nadine Heredia. Mais la majorité des Péruviens s'étonne surtout de sa faiblesse. Face à la contestation sociale, il ne cesse de changer de gouvernement. Il en est déjà à son troisième Premier ministre !

Violents affrontements

On a aussi recensé plus de 250 conflits entre populations locales et compagnies étrangères concernant l'exploitation des ressources naturelles. Ils ont déjà fait 17 morts et plus de 2 000 blessés cette année. Le plus emblématique est celui de la mine d'or et de cuivre de Conga, la plus importante du pays, dans la région de Cajamarca (Nord), qui est depuis huit mois le théâtre de violents affrontements. L'exploitation de cette mine menace les réserves d'eau de la région - trois lacs d'altitude -, que le président avait pourtant promis de protéger. En décembre 2011, la validation par le gouvernement d'un investissement de 4,8 milliards de dollars (3,7 milliards d'euros) de la compagnie américaine Newmont a mis le feu aux poudres et provoqué la démission de Salomón Lerner, le chef du gouvernement. Oscar Valdés, son successeur, est tombé à son tour à la mi-juillet, à la suite de la violente répression qu'il avait ordonnée : cinq morts et trois provinces en état d'urgence. Plusieurs ministres de gauche ont quitté le gouvernement de coalition pour soutenir la révolte des autochtones.

Pas un magicien

Dépassé par les événements, Humala en appelle à présent aux autorités religieuses pour tenter de renouer le dialogue avec les contestataires et a nommé Juan Jiménez, son ministre de la Justice, connu pour son engagement en faveur des droits de l'homme, à la tête du gouvernement. Le 28 juillet, dans son discours à la nation, le président a proposé d'inscrire le « droit à l'eau potable » dans la Constitution afin d'interdire aux compagnies étrangères de polluer les réserves du pays. Il a aussi relancé plusieurs de ses thèmes de campagne afin d'esquisser les grandes lignes de sa politique au cours des douze prochains mois : santé, éducation, lutte contre la corruption, la drogue et le terrorisme... Il était temps : 72 % de ses compatriotes estiment qu'il n'a pas tenu ses promesses. Surtout, les classes populaires lui reprochent de ne pas avoir engagé la « grande transformation sociale » qu'il avait fait miroiter. Le président a bien créé une pension de retraite minimale, un système de bourses pour les étudiants, et augmenté le budget des programmes destinés aux familles les plus démunies, mais 28 % de la population continue de vivre en dessous du seuil de pauvreté. Humala s'est engagé à ramener ce chiffre à 15 % d'ici à la fin de son mandat, en 2016. Mais « je ne suis pas un magicien », prévient-il. On avait compris.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

Plus d'une semaine après avoir sauté dans la Garonne, la nuit du 15 au 16 avril, Raphaël Mobutu, un des enfants de l'ancien président de la RDC (ex-Zaïre) est toujours introuvable. À en croire[...]

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même[...]

Chine : bébés en boîte

En Chine, où n'existent ni protection sociale ni accouchement sous X, des structures d'accueil pour enfants abandonnés - et souvent handicapés - sont mises en place.[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces