Extension Factory Builder
06/08/2012 à 12:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des employés de l'OMS à kagadi, dans l'ouest de l'Ouganda. Des employés de l'OMS à kagadi, dans l'ouest de l'Ouganda. © AFP

La maladie vient de réapparaître, dans l'ouest du pays. Il est impossible pour l'instant d'évaluer la propagation du virus.

Ebola. Le nom de cette fièvre hémorragique foudroyante, mortelle et très contagieuse, suffit à semer l'effroi partout où elle a déjà frappé, en Afrique centrale et orientale : de la RDC, où le virus a été identifié en 1976, au Gabon, en passant par le Congo-Brazzaville et le Soudan.

En Ouganda, où il vient de réapparaître, il a fallu plusieurs semaines après les premiers symptômes avant que le nom du virus soit lâché. Début juillet, il a d'abord touché les membres d'une même famille, dans le district de Kibaale (ouest du pays, à une cinquantaine de kilomètres de la RDC). Ce n'est que le 27 juillet que la nature du mal mystérieux (certains habitants avaient d'abord cru à un sortilège) a été formellement établie. Il avait déjà fait plus d'une dizaine de victimes.

Alarmant

Après le premier décès dans la capitale (une aide-soignante qui revenait du foyer infectieux), un message alarmant du président Yoweri Museveni a été diffusé à la télévision nationale, le 30 juillet. Il a demandé à ses compatriotes de ne plus se serrer la main, tandis que 36 personnes infectées et 15 décès étaient recensés. Le virus, contre lequel il n'existe ni traitement ni vaccin, reste dans toutes les mémoires. En 2000, il avait provoqué la mort de plus de 200 personnes. C'est la même souche, celle du Soudan, mortelle dans 50 % à 70 % des cas, qui serait à l'origine de ces nouveaux cas. Et compte tenu de la période d'incubation, la maladie peut se déclarer jusqu'à vingt jours après une infection. On saura alors si nous sommes face à une véritable épidémie. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Ouganda

Ouganda : intervention contre un organisme pour 'promotion de l'homosexualité'

Ouganda : intervention contre un organisme pour "promotion de l'homosexualité"

La police ougandaise a mené une opération contre un organisme de lutte contre le sida pour "promotion de l'homosexualité auprès des jeunes", a indiqué le gouvernement, un mois apr&e[...]

Ouganda - RDC : un naufrage sur le lac Albert a fait près de 100 morts

Le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) a annoncé lundi la mort d'au moins 98 personnes à la suite du naufrage, le 22 mars, d'un bateau ramenant des réfugiés congolais d'Ouganda en RDC.[...]

Ouganda : des renforts américains pour traquer la LRA de Joseph Kony

Le président américain, Barack Obama, a autorisé l'envoi de 150 hommes des forces spéciales, appuyés par quatre avions de transport CV-22 Ospreys et des avions ravitailleurs. Ces renforts[...]

Edie Mukiibi, un agronome ougandais à la vice-présidence de Slow Food

En élisant Edie Mukiibi à sa vice-présidence, l’organisation écolo-gastronomique italienne Slow Food International marque son engagement en Afrique. Le jeune agronome ougandais de 28 ans sera[...]

Ouganda : Orange s'engage à défendre ses employés face à la loi antihomosexualité

La législation antihomosexualité ougandaise a également ses détracteurs dans le monde de l'entreprise. Mardi, Orange a annoncé qu'elle s'engageait à défendre ses employés[...]

Ouganda : la loi antihomosexualité contestée devant la Cour constitutionnelle

La loi antihomosexualité continue de diviser en Ouganda. Mardi, des défenseurs des droits LGBT ont contesté devant la plus haute cour de justice d'Ouganda sa constitutionnalité.[...]

Lutte anticorruption en Ouganda : les "lundis noirs" de Kampala

Pour combattre la corruption qui mine la vie des Ougandais et assèche les finances publiques, l'ONG locale ActionAid Uganda organise depuis fin 2012, chaque premier lundi du mois, le "Black Monday". Cette[...]

Ouganda : à deux ans de la présidentielle, Yoweri Museveni limoge le chef de son parti

Le président ougandais, Yoweri Museveni, a limogé mercredi le secrétaire général de son parti, Amama Mbabazi, qui reste cependant son Premier ministre. Une décision qui traduirait de[...]

Homosexualité : l'Église anglicane ougandaise menace de se séparer de l'Église mère anglaise

L'Église anglicane d'Ouganda a fait savoir lundi qu'elle pourrait se séparer de l'Église mère d'Angleterre si celle-ci faisait pression surKampala  au sujet de la loi antihomosexualité qui[...]

La fatwa de Kampala

En chef d'État organisé, Yoweri Museveni a voulu que cela se fasse devant témoins. Lundi 24 février, le président ougandais a donc convoqué en sa résidence d'Entebbe[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers