Extension Factory Builder
06/08/2012 à 12:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des employés de l'OMS à kagadi, dans l'ouest de l'Ouganda. Des employés de l'OMS à kagadi, dans l'ouest de l'Ouganda. © AFP

La maladie vient de réapparaître, dans l'ouest du pays. Il est impossible pour l'instant d'évaluer la propagation du virus.

Ebola. Le nom de cette fièvre hémorragique foudroyante, mortelle et très contagieuse, suffit à semer l'effroi partout où elle a déjà frappé, en Afrique centrale et orientale : de la RDC, où le virus a été identifié en 1976, au Gabon, en passant par le Congo-Brazzaville et le Soudan.

En Ouganda, où il vient de réapparaître, il a fallu plusieurs semaines après les premiers symptômes avant que le nom du virus soit lâché. Début juillet, il a d'abord touché les membres d'une même famille, dans le district de Kibaale (ouest du pays, à une cinquantaine de kilomètres de la RDC). Ce n'est que le 27 juillet que la nature du mal mystérieux (certains habitants avaient d'abord cru à un sortilège) a été formellement établie. Il avait déjà fait plus d'une dizaine de victimes.

Alarmant

Après le premier décès dans la capitale (une aide-soignante qui revenait du foyer infectieux), un message alarmant du président Yoweri Museveni a été diffusé à la télévision nationale, le 30 juillet. Il a demandé à ses compatriotes de ne plus se serrer la main, tandis que 36 personnes infectées et 15 décès étaient recensés. Le virus, contre lequel il n'existe ni traitement ni vaccin, reste dans toutes les mémoires. En 2000, il avait provoqué la mort de plus de 200 personnes. C'est la même souche, celle du Soudan, mortelle dans 50 % à 70 % des cas, qui serait à l'origine de ces nouveaux cas. Et compte tenu de la période d'incubation, la maladie peut se déclarer jusqu'à vingt jours après une infection. On saura alors si nous sommes face à une véritable épidémie. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Ouganda

RDC : opération conjointe de l'armée et de la Monusco contre les rebelles de l'ADF

RDC : opération conjointe de l'armée et de la Monusco contre les rebelles de l'ADF

L'armée congolaise et les Casques bleus menaient mardi après-midi une opération conjointe contre les rebelles ougandais de l'ADF, soupçonnés d'être responsables d'une série de r&[...]

Ouganda : la baby-sitter qui a torturé une fillette écope de 4 ans de prison

Reconnue coupable de "maltraitance" grâce à une vidéo rendue publique qui la montrait en train de rouer de coups une fillette dont elle avait la garde, une baby-sitter ougandaise a été[...]

Yoweri Museveni : "Les Ougandais ne veulent pas que je prenne ma retraite"

Lors d'une émission de radio, le président ougandais Yoweri Museveni, qui dirige son pays depuis 28 ans, a assuré lundi "ne pas être avide du pouvoir" mais "répondre au [...]

Ouganda : la baby-sitter qui a martyrisé une fillette reconnue coupable de torture

Un tribunal de Kampala a reconnu lundi une baby-sitter ougandaise, prise en flagrance par une vidéo, coupable de torture sur une fillette de 18 mois. Elle encourt 15 ans de prison.[...]

Pour Museveni, l'Ouganda a "de la chance" de l'avoir comme président depuis 28 ans

Il est l'un des vétérans parmi les chefs d'Etat africains et le président Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 1986 et en lice pour l'élection de 2016, en est sûr : "l'Ouganda a de la[...]

Pour être Miss Ouganda, il faut traire les vaches et garder les moutons

Oubliez les démarches glamour en talons hauts et les poses sexy en maillot de bain:  pour devenir Miss Ouganda 2014, il faut aussi savoir traire les vaches et garder les moutons.[...]

[Diaporama] : Dix chefs ou rois traditionnels puissants du Sud du Sahara

Sur le continent, il ne reste qu'une seule monarchie absolue contrôlant un État internationalement reconnu. Mais les chefferies et les royautés traditionnelles n'ont pas disparu pour autant, surtout en Afrique[...]

Tourisme gay : l'Ouganda à voile et à vapeur

Les homosexuels révulsent une frange des autorités ougandaises, mais le secteur du tourisme ne dédaigne pas le contenu de leurs portefeuilles. Schizophrénie politique ?[...]

Ouganda : pénis à géométrie variable

La sexualité n’est pas simple pour les mâles ougandais. Ni pour les hétérosexuels qui ne trouvent pas de préservatifs à leur taille, ni pour les homosexuels qui ne trouvent pas de[...]

Ouganda : plusieurs attentats à la bombe déjoués, selon la police

La police ougandaise a annoncé dimanche avoir déjoué des attentats à la bombe dans le pays en arrêtant la veille des islamistes shebab, une affirmation confirmée par l'ambassade[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers