Extension Factory Builder
09/08/2012 à 16:58
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Aux États-Unis, certaines églises préfèrent marier... les Blancs. Aux États-Unis, certaines églises préfèrent marier... les Blancs. © Sipa

Un couple d'Africains-Américains du Mississippi, dans le sud des États-Unis, a vu son mariage refusé au prétexte qu'ils étaient noirs.

Tout était : les faire-part, la robe... La veille de leurs noces, Charles Wilson et Te'Andrea, sa fiancée, répètent la cérémonie dans l'église baptiste de Crystal Springs, une localité du Mississippi (sud des États-Unis). Mais quelques paroissiens, étonnés par la présence de plusieurs Africains-Américains, appellent le pasteur et lui enjoignent de ne pas célébrer le mariage, menaçant de le remplacer s'il passe outre. Stan Weatherford explique alors aux futurs époux qu'ils ne pourront pas s'unir devant Dieu le lendemain, 20 juillet, parce qu'ils sont... noirs.

Argument invoqué : aucun Noir ne s'est marié dans cette église depuis 1883. La future est pourtant une habituée du lieu, ainsi que sa famille. « Je pensais que j'étais au bon endroit, avec les bonnes personnes », a regretté Charles Wilson, interviewé sur CNN. « Je voulais éviter une polémique au sein de l'église, et qu'elle ne gâche le mariage de Charles et Te'Andrea », s'est justifié le pasteur devant les médias. Il a d'ailleurs proposé au couple de convoler le lendemain dans une paroisse proche, dont les fidèles sont majoritairement noirs.

État esclavagiste au XIXe siècle, le Mississippi a été, dans les années 1960, le terrain d'action des White Knights, l'un des groupes les plus violents du Ku Klux Klan. En 2009, dans la Louisiane voisine, un juge de paix avait refusé de célébrer un mariage mixte, invoquant « l'intérêt » des futurs enfants qui, disait-il, seraient rejetés par leurs communautés respectives. Mais un cas semblable à celui des Wilson ne s'était jamais présenté jusqu'ici. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Immigration clandestine : Obama et Renzi insistent sur une solution en Libye

Immigration clandestine : Obama et Renzi insistent sur une solution en Libye

La crise tragique de l'immigration clandestine en Méditerranée ne pourra être résolue sans stabilisation de la situation en Libye, ont martelé jeudi Matteo Renzi et Barack Obama, soulignant que[...]

Énergie : à Paris, des maires africains se mobilisent pour l'électrifrication du continent

Une vingtaine de maires francophones de grandes villes africaines se sont réunis vendredi à Paris, à l'initiative de Jean-Louis Borloo et de Anne Hidalgo, maire de la capitale française, pour mettre en[...]

Fifa : Figo, Hayatou et les lusophones

L'Afrique unie derrière Issa Hayatou, l'inamovible patron de la CAF, pour voter comme un seul homme pour Sepp Blatter, l'inamovible patron de la Fifa ? Voire...[...]

Baisers amers d'Istanbul

Istanbul. Printemps 2015. J'ai vu la ville aux mille mosquées penchée sur le Bosphore au milieu de ses splendeurs ottomanes.[...]

Cambodge : 17 avril 1975, le cauchemar commence

Il y a tout juste quarante ans, Phnom Penh tombait entre les mains des soldats de Pol Pot et était aussitôt évacué par la force. Jusqu'en 1979, le régime khmer rouge allait faire[...]

Peinture : l'Ivoirien Ouattara Watts, au-delà de Basquiat

L'artiste ivoirien Ouattara Watts expose jusqu'au 5 mai à Paris. L'occasion de revenir sur l'œuvre de celui qui fréquenta le génie de l'art contemporain Basquiat à la fin de sa vie.[...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Les sons de la semaine #35 : "Shake The Dust", Art Melody, Lino, Neg Marrons

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Moi, Batista, immigré angolais, la France m'a jeté en prison après des tests osseux

Batista, immigré angolais, dit être né en 1996. Arrivé en France en 2012, il a bénéficié, en tant que mineur et durant deux ans, de l'aide sociale à l'enfance. Avant que[...]

Tunisie : tapis rouge pour la démocratie

La visite de Béji Caïd Essebsi à Paris a été marquée par des honneurs exceptionnels. Les deux pays peuvent maintenant envisager une nouvelle amitié. En attendant que les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2691p017.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2691p017.xml1 from 172.16.0.100