Extension Factory Builder
09/08/2012 à 16:58
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Aux États-Unis, certaines églises préfèrent marier... les Blancs. Aux États-Unis, certaines églises préfèrent marier... les Blancs. © Sipa

Un couple d'Africains-Américains du Mississippi, dans le sud des États-Unis, a vu son mariage refusé au prétexte qu'ils étaient noirs.

Tout était : les faire-part, la robe... La veille de leurs noces, Charles Wilson et Te'Andrea, sa fiancée, répètent la cérémonie dans l'église baptiste de Crystal Springs, une localité du Mississippi (sud des États-Unis). Mais quelques paroissiens, étonnés par la présence de plusieurs Africains-Américains, appellent le pasteur et lui enjoignent de ne pas célébrer le mariage, menaçant de le remplacer s'il passe outre. Stan Weatherford explique alors aux futurs époux qu'ils ne pourront pas s'unir devant Dieu le lendemain, 20 juillet, parce qu'ils sont... noirs.

Argument invoqué : aucun Noir ne s'est marié dans cette église depuis 1883. La future est pourtant une habituée du lieu, ainsi que sa famille. « Je pensais que j'étais au bon endroit, avec les bonnes personnes », a regretté Charles Wilson, interviewé sur CNN. « Je voulais éviter une polémique au sein de l'église, et qu'elle ne gâche le mariage de Charles et Te'Andrea », s'est justifié le pasteur devant les médias. Il a d'ailleurs proposé au couple de convoler le lendemain dans une paroisse proche, dont les fidèles sont majoritairement noirs.

État esclavagiste au XIXe siècle, le Mississippi a été, dans les années 1960, le terrain d'action des White Knights, l'un des groupes les plus violents du Ku Klux Klan. En 2009, dans la Louisiane voisine, un juge de paix avait refusé de célébrer un mariage mixte, invoquant « l'intérêt » des futurs enfants qui, disait-il, seraient rejetés par leurs communautés respectives. Mais un cas semblable à celui des Wilson ne s'était jamais présenté jusqu'ici. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers