Extension Factory Builder
07/08/2012 à 18:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mohammed VI entouré de son fils et de son frère, au palais de Rabat, le 30 juillet. Mohammed VI entouré de son fils et de son frère, au palais de Rabat, le 30 juillet. © Sipa

À l'occasion du discours du Trône, le 30 juillet, Mohammed VI a dressé le bilan des politiques menées. Il en a aussi profité pour recadrer - en douceur - les anciens contestataires et le gouvernement islamiste.

Pas de surprises, mais des messages subliminaux... Le 30 juillet, dans son traditionnel discours prononcé à l'occasion de l'anniversaire de son accession au trône, Mohammed VI a envoyé quelques messages codés. L'adresse royale a débuté par une petite précision concernant l'initiative des réformes engagées depuis le début du Printemps arabe : « Notre pays est entré dans une nouvelle étape qui n'est ni le fait du hasard ni le produit de circonstances. » Un message à peine voilé au Mouvement du 20 février, déclencheur de la contestation politique qui a abouti à réformer la Constitution et provoqué des législatives anticipées. Le ton rappelle un précédent discours du souverain.

Le 21 février 2011, au lendemain de manifestations « contre l'autoritarisme et la corruption » qui avaient enfiévré une quarantaine de villes, le roi avait installé le Conseil économique et social, tout en lançant une mise en garde. « Si nous donnons le coup d'envoi de ce Conseil aujourd'hui, avait-il déclaré, c'est parce que nous nous sommes constamment refusé à céder à la démagogie et à l'improvisation dans notre action. » Le 9 mars suivant, il annonçait une vaste réforme constitutionnelle.

"Volonté pleinement souveraine"

M6, qui à l'évidence n'aime pas être bousculé, rappelle aujourd'hui que sa démarche participe « d'une volonté pleinement souveraine », tout en observant que cette dernière est « parfaitement en phase avec les aspirations légitimes [du peuple] ». Et d'énumérer les acquis qui ont rendu possible cette évolution : le travail de l'Instance Équité et Réconciliation (IER), la réhabilitation de l'amazighité, la réforme du code de la famille, le lancement de l'Initiative nationale de développement humain (INDH)... Ce catalogue de mesures prises lors des sept premières années de son règne concourt à « la construction d'un État marocain moderne » et explique comment le roi a « pu ouvrir le chantier de la révision constitutionnelle ». Aujourd'hui, le chef de l'État fixe les nouvelles priorités de l'action gouvernementale, au premier rang desquelles la réforme de la justice, la régionalisation et la gouvernance territoriale.

Depuis la révision constitutionnelle de juillet 2011 et l'arrivée au pouvoir du gouvernement dirigé par Abdelilah Benkirane, chef du Parti de la justice et du développement (PJD), le roi réaffirme son pouvoir d'orientation des politiques publiques, même si l'article 42 de la Constitution paraît encadrer plus étroitement ses prérogatives. Citant les stratégies sectorielles consacrées à l'agriculture (Plan Maroc vert), au tourisme (Vision 2020), ainsi que les programmes de l'INDH et le Régime d'assistance médicale (Ramed), Mohammed VI invite le gouvernement à veiller à ce que le Ramed « ne soit pas instrumentalisé par des tendances politiciennes de nature à le dévier de sa noble trajectoire ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

De Casablanca à Johanesburg en passant par Kumasi au Ghana, "Jeune Afrique" vous présente quelque-uns des stades de football les plus chauds du continent. Frissons garantis.[...]

Moulay Hafid Elalamy : "Le Maroc doit être généreux avec ses forces productives"

Six mois après son entrée au gouvernement, l'homme d'affaires marocain Moulay Hafid Elalamy vient de dévoiler sa nouvelle stratégie industrielle. Objectif : favoriser l'emploi, la valeur ajoutée[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte[...]

Kool Food finance sa croissance

Kool Food, le jeune producteur industriel de chocolats fait entrer Abraaj à son tour de table. Objectif de la société marocaine : grandir et exporter.  [...]

Maroc : 20 ans de prison pour un pédophile britannique

Robert Bill, un ancien enseignant gallois de 59 ans, a été condamné mardi à 20 ans de prison pour "enlèvement" et "tentatives de viol" sur mineures.[...]

Maroc : Jesa, dessine-moi un projet

Fruit de l'union entre OCP et l'américain Jacobs, la coentreprise met ses connaissances techniques au service de l'exploitation du phosphate.[...]

Maroc : les islamistes signent une "Charte de la majorité" avec leurs alliés

Le Parti justice et développement (PJD, islamiste), à la tête du gouvernement marocain, a signé une charte avec ses alliés afin "d’accélérer les réformes" et[...]

Maroc : Mohamed Fizazi, le salafiste de Sa Majesté

"Je n'ai pas retourné ma veste, je la porte désormais à l'endroit", explique Mohamed Fizazi. Condamné à trente ans de prison après les attentats de Casablanca en 2003, cette[...]

Maroc : le débat sur la légalisation du cannabis est relancé

En organisant un week-end de rencontre et de débats dans le Rif, le parti Authenticité et modernité (PAM) a récemment relancé le débat sur la légalisation partielle du cannabis[...]

Rachid Benbrahim Andaloussi : "Faire classer Casablanca au patrimoine mondial par l'Unesco"

Lancées à Casablanca en 2009, les journées du patrimoine sont devenues au fil du temps l’un des grands rendez-vous culturels du printemps : 26 000 participants pour la dernière édition[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers