Extension Factory Builder
07/08/2012 à 18:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mohammed VI entouré de son fils et de son frère, au palais de Rabat, le 30 juillet. Mohammed VI entouré de son fils et de son frère, au palais de Rabat, le 30 juillet. © Sipa

À l'occasion du discours du Trône, le 30 juillet, Mohammed VI a dressé le bilan des politiques menées. Il en a aussi profité pour recadrer - en douceur - les anciens contestataires et le gouvernement islamiste.

Pas de surprises, mais des messages subliminaux... Le 30 juillet, dans son traditionnel discours prononcé à l'occasion de l'anniversaire de son accession au trône, Mohammed VI a envoyé quelques messages codés. L'adresse royale a débuté par une petite précision concernant l'initiative des réformes engagées depuis le début du Printemps arabe : « Notre pays est entré dans une nouvelle étape qui n'est ni le fait du hasard ni le produit de circonstances. » Un message à peine voilé au Mouvement du 20 février, déclencheur de la contestation politique qui a abouti à réformer la Constitution et provoqué des législatives anticipées. Le ton rappelle un précédent discours du souverain.

Le 21 février 2011, au lendemain de manifestations « contre l'autoritarisme et la corruption » qui avaient enfiévré une quarantaine de villes, le roi avait installé le Conseil économique et social, tout en lançant une mise en garde. « Si nous donnons le coup d'envoi de ce Conseil aujourd'hui, avait-il déclaré, c'est parce que nous nous sommes constamment refusé à céder à la démagogie et à l'improvisation dans notre action. » Le 9 mars suivant, il annonçait une vaste réforme constitutionnelle.

"Volonté pleinement souveraine"

M6, qui à l'évidence n'aime pas être bousculé, rappelle aujourd'hui que sa démarche participe « d'une volonté pleinement souveraine », tout en observant que cette dernière est « parfaitement en phase avec les aspirations légitimes [du peuple] ». Et d'énumérer les acquis qui ont rendu possible cette évolution : le travail de l'Instance Équité et Réconciliation (IER), la réhabilitation de l'amazighité, la réforme du code de la famille, le lancement de l'Initiative nationale de développement humain (INDH)... Ce catalogue de mesures prises lors des sept premières années de son règne concourt à « la construction d'un État marocain moderne » et explique comment le roi a « pu ouvrir le chantier de la révision constitutionnelle ». Aujourd'hui, le chef de l'État fixe les nouvelles priorités de l'action gouvernementale, au premier rang desquelles la réforme de la justice, la régionalisation et la gouvernance territoriale.

Depuis la révision constitutionnelle de juillet 2011 et l'arrivée au pouvoir du gouvernement dirigé par Abdelilah Benkirane, chef du Parti de la justice et du développement (PJD), le roi réaffirme son pouvoir d'orientation des politiques publiques, même si l'article 42 de la Constitution paraît encadrer plus étroitement ses prérogatives. Citant les stratégies sectorielles consacrées à l'agriculture (Plan Maroc vert), au tourisme (Vision 2020), ainsi que les programmes de l'INDH et le Régime d'assistance médicale (Ramed), Mohammed VI invite le gouvernement à veiller à ce que le Ramed « ne soit pas instrumentalisé par des tendances politiciennes de nature à le dévier de sa noble trajectoire ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposé depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les utili[...]

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle "ligne de précaution" de 5 milliards de dollars

Le Fonds monétaire international (FMI) a renouvelé la ligne de protection ouverte en faveur du Maroc. Valable sur deux ans, ce mécanisme permet au pays de se financer à hauteur de 5 milliards de dollars[...]

Maroc : gnaoua, le blues à l'âme

Menacée de disparaître, la tradition musicale des descendants d'anciens esclaves subsahariens revit grâce au festival d'Essaouira. Mais les maalem doivent aujourd'hui relever un nouveau défi :[...]

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? "Jeune Afrique" a [...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Maroc - Prix Draper : Rachid Yazami, "Monsieur 100 000 Volts"

Le chimiste Rachid Yazami a inventé les batteries au lithium qui font vivre nos téléphones. Il est le premier lauréat français, mais aussi africain, du prestigieux prix Draper.[...]

Maroc : un millier de migrants clandestins tentent en vain de passer la frontière à Melilla

Mercredi, un millier de migrants en provenance d'Afrique subsaharienne ont tenté de pénétrer dans l'enclave espagnole de Melilla au Maroc, ont annoncé les autorités locales. Leur tentative a[...]

Maroc : mort de Hassan II, la nuit du destin

À l'occasion des quinze ans de la mort de Hassan II, Jeune Afrique réedite quelques articles d'époque. Dans celui-ci, paru dans JA n° 2012 du 30 juillet au 9 août 1999, François Soudan[...]

Maroc : il y a quinze ans, la mort de Hassan II

Il y a tout juste quinze ans, le 23 juillet 1999, le roi du Maroc Hassan II s'éteignait à Rabat après trente-huit ans de règne. "Jeune Afrique" réédite un article de son n°[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers