Extension Factory Builder
07/08/2012 à 17:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le leader de l'Alliance des Forces de progrès bénéficiait du soutien de Macky Sall. Le leader de l'Alliance des Forces de progrès bénéficiait du soutien de Macky Sall. © Youri Lenquette pour JA.

Trois fois battu à la présidentielle, l'ancien Premier ministre sénégalais, Moustapha Niasse, est depuis le 30 juillet à la tête de l'Assemblée nationale. Son obkectif : donner à cette institution toute son indépendance.

« Président ! » a titré un quotidien dakarois le 30 juillet, jour de l'accession de Moustapha Niasse au perchoir de l'Assemblée nationale. C'est un brin caustique, car, si ce baron de la vie politique sénégalaise rêvait d'arborer ce titre, c'est à une autre place qu'il se voyait.

Niasse, candidat malheureux à trois élections présidentielles, ne dirigera certainement jamais son pays. Il en a fait son deuil, à 72 ans, après sa défaite honorable en février dernier (troisième du premier tour avec 13,2 % des suffrages). Mais il a trouvé un joli lot de consolation. Ancien Premier ministre de Diouf puis de Wade (avant d'en devenir le principal opposant), plusieurs fois ministre des Affaires étrangères dans les années 1980 et 1990, le voilà président de l'Assemblée nationale. « Un poste qui lui convient, estime un proche du président Macky Sall. Niasse est un homme de dialogue, c'est aussi un homme d'État. »

Tâche ardue

Sa tâche s'annonce aussi ardue que passionnante. Certes, il a été élu avec 126 voix, son unique concurrent n'en récoltant que 17. Mais ce n'est pas sans mal qu'il a été choisi. « Il nous a été imposé par Macky, explique un cadre de l'Alliance pour la République (APR), le parti de Sall. Certains n'ont pas accepté, ils estimaient que ce poste devait revenir à l'un d'entre nous. » Niasse devra préserver la coalition Benno Bokk Yakaar, formée entre les deux tours de la présidentielle pour soutenir Macky Sall et qui a remporté les législatives avec 119 sièges sur 150. Outre l'APR, on y trouve notamment son mouvement, l'Alliance des forces de progrès (AFP), et le Parti socialiste (PS).

Il devra surtout donner à l'Assemblée, longtemps inféodée à l'exécutif, ses lettres de noblesse. « Il est temps qu'elle gagne en indépendance, estime un proche de Niasse. L'époque des députés aux ordres est finie. » C'est aussi le voeu de Sall, qui a appelé à « une rupture ». Pas fou, le tombeur de Wade a tout de même pris soin de rappeler qu'une majorité se devait d'être « loyale » à l'égard du gouvernement. À Niasse de veiller au grain. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Sénégal : ci-gît le PDS

En faisant d'un Karim Wade incarcéré depuis près de deux ans son candidat à la prochaine élection présidentielle, le Parti démocratique sénégalais (PDS[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Sénégal : Macky et le minimandat

Macky Sall l'avait promis pendant sa campagne : il réduirait le mandat présidentiel à 5 ans. Presque 3 ans après son accession au pouvoir, la réforme n'est toujours pas lancée et continue[...]

Sénégal : Vieux Aïdara, "dommage collatéral" de l'affaire Karim Wade

Au lendemain de la condamnation de Karim Wade par la Crei pour enrichissement illicite, Vieux Aïdara, qui est considéré comme l'homme de paille du fils de l'ancien président sénégalais, a[...]

Sénégal : Fadel Barro, génération 2.0

"Y'en a marre", le mouvement fondé par cet ancien journaliste sénégalais, fait des émules dans toute l'Afrique. Son objectif : inciter les jeunes à se conduire en citoyens[...]

Sénégal : la défense de Karim Wade entend "faire juger la CREI" - récit d'un verdict contesté

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a condamné Karim Wade à six ans de prison et ses complices de 5 à dix ans de réclusion. Le jugement est contesté par les[...]

Sénégal : les avocats de Karim Wade vont saisir la Cour suprême

Les avocats de Karim ont annoncé lundi, en début d'après-midi, qu'ils allaient saisir la Cour suprême pour revoir le jugement de la CREI, qui a condamné dans la matinée leur client à[...]

Sénégal : Karim Wade condamné à six ans de prison ferme

Karim Wade a été condamné, lundi, à six ans de prison ferme et 138 milliards de francs CFA d'amende pour enrichissement illicite.[...]

Sénégal : Karim Wade désigné candidat du PDS pour la prochaine présidentielle

À 48 heures du jugement de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei), le Parti démocratique sénégalais (PDS) vient de désigner Karim Wade comme candidat officiel en vue[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2691p012-013.xml2 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2691p012-013.xml2 from 172.16.0.100