Extension Factory Builder
10/08/2012 à 12:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Le 29 juillet, trois mois après l'entrée triomphale des milices islamistes inféodées à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) dans les trois grandes régions du Nord-Mali, la charia a fait ses premières victimes. Un couple, qui avait eu deux enfants hors mariage, a été lapidé à mort à Aguelhok. Un cadi, juge religieux au cursus des plus sommaires, a prononcé la sentence à l'issue d'une « enquête » menée par la police islamique de la ville de Kidal, occupée par Ansar Eddine - une milice touarègue dirigée par Iyad Ag Ghali. Pour marquer les esprits, les moudjahidine ont contraint la population à assister à cet acte de barbarie.

Bourgade de 3 000 âmes située à 150 km de Kidal, Aguelhok avait déjà subi un premier traumatisme, en janvier, lorsque, après un siège de plusieurs jours, une centaine de soldats de l'armée malienne avaient été froidement égorgés ou décapités par les combattants d'Ansar Eddine. La ville est devenue un lieu maudit, vidé de sa population, laquelle s'est massivement réfugiée en Algérie, distante de 300 km. Son nom est désormais associé à l'application d'une charia inhumaine, implacable qui est aussi à géométrie variable. Pour un « crime » similaire, le cadi de Tombouctou s'est montré plus « clément », ordonnant qu'on administre quarante coups de fouet à un couple « ayant vécu dans le péché » avant de le marier et de lui offrir 100 000 F CFA (150 euros). À Aguelhok, les « pervers » ont perdu la vie, laissant derrière eux deux orphelins dans le seul but de complaire à Dieu...

Lire nore dossier spécial "Charia : enquête sur une psychose".

Interdiction de jouer au football, destruction des stocks de tabac et d'alcool, coups de fouet aux amateurs de cigarettes, brimades contre les femmes « insuffisamment voilées »... Jusque-là, la charia d'Ansar Eddine ne tuait pas. Dans les colonnes de J.A. (n° 2690), Omar Ould Hamaha, le chef militaire du mouvement à Gao, avait reconnu que la société malienne n'était « pas encore prête pour son application rigoureuse », qu'il s'agisse « de l'amputation des mains des voleurs ou de la lapidation pour adultère ». Comme si l'on pouvait se préparer à une telle cruauté. L'Algérien Abdelmalek Droukdel, alias Abou Moussab Abdelwadoud, émir d'Aqmi, avait même recommandé à ses ouailles maliennes une mise en oeuvre progressive de la charia afin de ne pas heurter les pratiques locales. Mais si son lieutenant au Sahel, Mokhtar Belmokhtar, alias Laouar (« le Borgne »), désormais installé à Gao, se montre lui aussi réservé, c'est pour des raisons beaucoup plus mercantiles. En apprenant l'exécution d'Aguelhok, il a, dit-on, pesté contre Ansar Eddine et maugréé : « Cette affaire n'est pas bonne pour le business. » Reste à savoir comment mettre fin à cette imposture et, surtout, à ce cauchemar.

________

NDLR : depuis la rédaction de cette tribune, parue dans le J.A. n° 2691, la Nord a été le théâtre d'une nouvelle barbarie, à Ansongo (près de Gao) : l'amputation de la main d'un voleur présumé.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : que viennent faire les leaders de la société civile en Europe ?

Mali : que viennent faire les leaders de la société civile en Europe ?

Une délégation de la société civile malienne est attendue lundi à Paris où elle doit avoir des échanges avec les autorités françaises, avant de se rendre en Allemagne [...]

CAN 2015 : Et si la qualification se jouait sur tirage au sort ?

En cas d'égalité parfaite à l'issue de la phase de poule entre deux équipes, la qualification pour les quarts de finale se jouera au tirage au sort. Une situation très improbable, mais qui[...]

La malédiction de la CAN 2015 frappe le Mali

La Côte d'Ivoire a égalisé en toute fin de match face au Mali (1-1) après avoir pris tous les risques. Les deux équipes sont au coude à coude dans un groupe qui n'a accouché que de[...]

Deux ans après l'opération Serval, où en est l'armée malienne ?

Le 11 janvier 2013, l'armée française intervenait au Mali pour aider les militaires maliens à défendre leur territoire face à l'assaut des groupes jihadistes vers le sud du pays. Deux ans plus[...]

Le Mali refuse d'inhumer Amédy Coulibaly, le tueur de l'Hyper Cacher à Paris

Amédy Coulibaly, le preneur d'otages du supermarché casher de Paris, devait être enterré au Mali, pays où ses parents sont nés. Mais, selon le quotidien français "Le[...]

CAN 2015 : Le Mali et le Cameroun dos à dos

 Pas de vainqueur dans le choc entre le Mali et le Cameroun dans le groupe D (1-1). Les Aigles pensaient tenir leur victoire mais les Lions Indomptables ont égalisé en fin de partie. La "poule de la[...]

Mali : Modibo Keïta, un nouveau Premier ministre cool et old school

À peine nommé Premier ministre du Mali, Modibo Keïta a déjà réussi un exploit : contenter simultanément le gouvernement, l'opposition et les groupes armés. Cela[...]

Fin de l'épidémie d'Ebola au Mali

Après plus quarante jours de surveillance sans cas confirmés, le Mali en a officiellement fini dimanche avec l'épidémie d'Ebola sur son territoire.  [...]

Charlie Bathily

C'est l'histoire de deux hommes, maliens d'origine, au coeur du drame qui a saisi la France le 7 janvier. Le tueur de Juifs et le sauveur de Juifs, l'assassin et le juste, le Bambara et le Soninké, le[...]

Un vent de francophonie sur la CAN 2015

Cinq entraîneurs, onez pays francophones, une majorité de joueurs de Ligue 1, la CAN 2015 qui se tient en Guinée-Equatoriale du 17 janvier au 8 février ressemblerait presque à une coupe de la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2691p008-010.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2691p008-010.xml1 from 172.16.0.100