Extension Factory Builder
10/08/2012 à 12:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Le 29 juillet, trois mois après l'entrée triomphale des milices islamistes inféodées à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) dans les trois grandes régions du Nord-Mali, la charia a fait ses premières victimes. Un couple, qui avait eu deux enfants hors mariage, a été lapidé à mort à Aguelhok. Un cadi, juge religieux au cursus des plus sommaires, a prononcé la sentence à l'issue d'une « enquête » menée par la police islamique de la ville de Kidal, occupée par Ansar Eddine - une milice touarègue dirigée par Iyad Ag Ghali. Pour marquer les esprits, les moudjahidine ont contraint la population à assister à cet acte de barbarie.

Bourgade de 3 000 âmes située à 150 km de Kidal, Aguelhok avait déjà subi un premier traumatisme, en janvier, lorsque, après un siège de plusieurs jours, une centaine de soldats de l'armée malienne avaient été froidement égorgés ou décapités par les combattants d'Ansar Eddine. La ville est devenue un lieu maudit, vidé de sa population, laquelle s'est massivement réfugiée en Algérie, distante de 300 km. Son nom est désormais associé à l'application d'une charia inhumaine, implacable qui est aussi à géométrie variable. Pour un « crime » similaire, le cadi de Tombouctou s'est montré plus « clément », ordonnant qu'on administre quarante coups de fouet à un couple « ayant vécu dans le péché » avant de le marier et de lui offrir 100 000 F CFA (150 euros). À Aguelhok, les « pervers » ont perdu la vie, laissant derrière eux deux orphelins dans le seul but de complaire à Dieu...

Lire nore dossier spécial "Charia : enquête sur une psychose".

Interdiction de jouer au football, destruction des stocks de tabac et d'alcool, coups de fouet aux amateurs de cigarettes, brimades contre les femmes « insuffisamment voilées »... Jusque-là, la charia d'Ansar Eddine ne tuait pas. Dans les colonnes de J.A. (n° 2690), Omar Ould Hamaha, le chef militaire du mouvement à Gao, avait reconnu que la société malienne n'était « pas encore prête pour son application rigoureuse », qu'il s'agisse « de l'amputation des mains des voleurs ou de la lapidation pour adultère ». Comme si l'on pouvait se préparer à une telle cruauté. L'Algérien Abdelmalek Droukdel, alias Abou Moussab Abdelwadoud, émir d'Aqmi, avait même recommandé à ses ouailles maliennes une mise en oeuvre progressive de la charia afin de ne pas heurter les pratiques locales. Mais si son lieutenant au Sahel, Mokhtar Belmokhtar, alias Laouar (« le Borgne »), désormais installé à Gao, se montre lui aussi réservé, c'est pour des raisons beaucoup plus mercantiles. En apprenant l'exécution d'Aguelhok, il a, dit-on, pesté contre Ansar Eddine et maugréé : « Cette affaire n'est pas bonne pour le business. » Reste à savoir comment mettre fin à cette imposture et, surtout, à ce cauchemar.

________

NDLR : depuis la rédaction de cette tribune, parue dans le J.A. n° 2691, la Nord a été le théâtre d'une nouvelle barbarie, à Ansongo (près de Gao) : l'amputation de la main d'un voleur présumé.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mohamed Talbi : 'L'islam est né laïc'

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Vol AH 5017 : les deux boîtes noires transférées à Paris

Les deux boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé au Mali ont été transférées dimanche soir de Bamako à Paris, où elles doivent être[...]

Vol AH 5017 : les enquêteurs au travail

Les experts enquêtant sur le crash d'un avion d'Air Algérie dans le nord du Mali poursuivaient dimanche leur travail dans une zone d'accès difficile où l'appareil s'est désintégré[...]

Vol AH 5017 : rien que des débris sur la scène du crash

Une vision à peine soutenable sur la scène du crash de l'avion d'Air Algérie au Mali : "des petits morceaux, pas grand-chose pour reconnaître un avion", lance un Burkinabè,[...]

Vol AH 5017 : Blaise Compaoré reçoit une délégation des familles des victimes

Blaise Compaoré et son chef d'état major, le général Gilbert Dienderé, se sont rendus vendredi après-midi au Mali, sur la zone du crash du vol AH 5017. Une délégation des[...]

Crash du vol AH5017 : la deuxième boîte noire retrouvée, les enquêteurs attendus sur place

Au lendemain de la découverte de la première boîte noire de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé dans le nord du Mali, des experts de l'ONU ont retrouvé la seconde samedi sur le[...]

Crash du vol AH5017 : l'enquête s'annonce délicate

Le travail des enquêteurs, notamment français, attendus samedi sur le site du crash d'un avion ayant fait 118 victimes dans le nord du Mali s'annonce délicat en raison de la désintégration de[...]

Crash du vol AH5017 : l'enquête associera plusieurs pays

Le détachement militaire français dépêché dans le nord du Mali sur le lieu du crash du vol Ouaga-Alger AH 5017 a retrouvé vendredi la boîte noire du DC-9 affrété par Air[...]

Mali : le gouvernement et six groupes armés signent à Alger une "feuille de route" pour la paix

Après d'âpres tractations et plusieurs mois de blocage, le gouvernement malien et six groupes armés ont signé jeudi à Alger un document sur la "cessation des hostilités". Une[...]

L'épave "désintégrée" du vol AH5017 localisée vers Gossi dans le nord du Mali

L'état-major de l'armée burkinabè a annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi avoir localisé dans le nord du Mali l'épave "désintégrée" du DC9[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers