Extension Factory Builder
02/08/2012 à 17:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Dominique Saatenang, premier Africain formé au monastère Shaolin. Dominique Saatenang, premier Africain formé au monastère Shaolin. © DR

Premier Africain formé par le fameux monastère, le Camerounais Dominique Saatenang veut promouvoir les relations Chine-Afrique.

Il s'appelle Dominique Martin Saatenang, mais vous pouvez l'appeler « le Bruce Lee noir ». Ou, mieux encore, Shi Yan Mai. Ce Camerounais de 37 ans est le premier Africain moine Shaolin. Son initiation, il l'a suivie au temple Shaolin, le vrai, perché sur les hauteurs du Henan, dans l'est de la Chine. Le saint des saints du kung-fu, pardon, du wushu, « parce que kung-fu signifie maîtrise du savoir », corrige l'intéressé.

En France, son pays d'adoption, le moine troque volontiers la robe orange et le thé contre un costume noir et un soda. Mais ce sont là les seules entorses à son régime. « Ce que les moines vous inculquent s'imprime dans votre chair. Vous n'arrivez plus à vous en détacher », explique-t-il avant de raconter une journée type au temple : réveil aux aurores, méditation, petit déjeuner sommaire, puis début de l'entraînement, une série d'exercices plus compliqués les uns que les autres, destinés à forger le corps et l'esprit. « L'un de ces exercices consistait à descendre et gravir la montagne à quatre pattes, les gravillons plantés dans la chair », raconte-t-il en souriant.

Né à Dschang, en pays bamiléké, Dominique Saatenang se voyait footballeur : « Mon père voulait que je sois le prochain Roger Milla. » Il a suffi d'un film pour que tout change : Opération dragon, avec en tête d'affiche l'Américain d'origine chinoise Bruce Lee. Alors en classe de 6e à Douala, le petit Dominique abandonne les tournois scolaires pour se consacrer à sa nouvelle passion.

Les dojos sont rares dans la capitale économique du Cameroun, mais il finit par se dégoter un professeur, Serge Njoh, avec qui il travaillera pendant six ans. La trentaine, Njoh a appris les arts martiaux en regardant des films et en s'entraînant avec les Asiatiques de passage à Douala. En 1990, après avoir déménagé au Gabon avec sa famille, Saatenang rencontre par hasard un Chinois lors de son footing matinal. « Il ne parlait pas français, mais on est parvenus à communiquer par gestes. On a travaillé ensemble tous les jours pendant un an et demi. » Autre rencontre déterminante : celle du Dr Huang Peng, propriétaire d'une clinique à Libreville. « Il a accepté de m'enseigner ce qu'il savait des méthodes de massage et de la médecine traditionnelle chinoise. » C'est aussi lui qui l'encourage à participer aux manifestations de l'Association gabonaise de kung-fu. Jusqu'à ce qu'il se fasse remarquer par les fonctionnaires de l'ambassade de Chine au point de se voir offrir un stage dans une école de wushu chinoise, à Denseng, en 2000.

C'est au cours de ce séjour que Dominique Saatenang a rencontré celui qui allait changer sa vie : Shi Yongxin, chef spirituel du monastère Shaolin. « J'ai joué des coudes pour être au premier rang et il m'a remarqué dans la foule, raconte-t-il. Ce n'était pas difficile, j'étais le seul Noir. » Le moine lui propose un stage de trois mois, Saatenang accepte. « J'avoue que j'ai failli laisser tomber en cours de route », confesse-t-il. Le régime est spartiate, et le jeune entrepreneur - il dirige depuis 2002, au Cameroun, une entreprise de conseil en gestion et une école de wushu - a beaucoup de mal à s'y habituer. « Quand on entre au monastère, on abandonne sa petite vie confortable pour se retrouver dans une cellule minuscule, mal chauffée, avec des conditions d'hygiène douteuses », se souvient Saatenang. Il n'empêche. Un an plus tard, le nouveau moine vend ses biens et s'installe au temple.

Ambassadeur du wushu

Aujourd'hui, de retour à la « vie civile », le moine Shaolin ne tient plus en place. Il multiplie les voyages en Afrique pour promouvoir le wushu en qualité d'ambassadeur du sport dans le monde (depuis 2007) et d'ambassadeur du temple Shaolin (2011). Naturalisé français en 2009, il représente ce pays au sein de la Fédération internationale des juges de kung-fu wushu et participe à la formation des arbitres français, tout en donnant des cours dans l'école qu'il a créée à Paris. Mais ce dont il reste le plus fier, c'est son action pour favoriser les échanges entre la Chine et le continent : depuis octobre 2011, 10 étudiants originaires du Gabon, du Cameroun et du Rwanda sont entrés au temple Shaolin grâce à des bourses octroyées par l'abbé Shi Yongxin. Et, par le biais de son entreprise basée à Londres, Got qi - « avoir de l'énergie », en anglais et chinois -, celui qui est depuis mars 2012 vice-président de la Fédération chinoise d'investissement Chine-Afrique a accompagné fin juin une délégation d'hommes d'affaires en Côte d'Ivoire, au Cameroun et en RD Congo. « Nous avons tout à gagner en matière de développement si l'on travaille avec la Chine, dit-il. Sans compter que, sur le plan culturel, nous avons plus de choses en commun que ce que l'on croit. » 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

2 réaction(s)

1.
jeune - 21/09/2012 à 04h:09

N'importe quoi. Il est super et très doué.[...] Lire

2.
jpierre8 - 02/08/2012 à 18h:08

encore 1 qui va faire des erreurs[...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

Cameroun

Les Camerounais sont-ils trop gourmands ?

Les Camerounais sont-ils trop gourmands ?

En ce mois de juillet, la question de la nourriture ne concerne pas que ceux qui s’en privent pour des raisons de pratique religieuse. Elle taraude ceux qui en sont privés, quand bien même leur budget aliment[...]

Cameroun : le parlement autorise la ratification de l'APE intérimaire

L’accord prévoit un démantèlement tarifaire sur les quinze prochaines années et une libéralisation de 80% des importations venant de l’Union européenne. Devant le blocage des[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Mondial 2014 - Mboma : "Le Brésil de Scolari n'a jamais voulu changer de système de jeu"

Comme tout le monde, Patrick Mboma a été estomaqué par la demi-finale perdue par le Brésil face à l’Allemagne (1-7), mardi 8 juillet au soir. L’ancien attaquant international[...]

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être[...]

Cameroun : Zang Adzaba et son Cardiopad, le coeur sur la main

Son invention pourrait sauver des vies... et a déjà bouleversé la sienne. À 26 ans, Arthur Zang Adzaba est le jeune papa du Cardiopad. Il a reçu le prix Rolex à l'esprit[...]

Cemac : l'histoire d'un long accouchement

Surprise ! Le 16 mars 1994 à N'Djamena, au Tchad, l'Union douanière et économique des États de l'Afrique centrale (Udeac) est morte, sans signe avant-coureur. Elle est remplacée, le[...]

Cemac : vingt ans... et des regrets

Gabegie administrative, projets en suspens, scandales financiers et rivalités politiques affaiblissent une organisation régionale dont les membres ne parviennent pas à définir une politique[...]

Voyager dans la zone Cemac : bakchichs, barrages, parano sécuritaire... Le parcours du combattant

Frontières tantôt ouvertes tantôt fermées, Bakchichs, barrages, paranoïa sécuritaire... La traversée des pays membres de la Communauté économique et monétaire[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers