Extension Factory Builder
08/08/2012 à 17:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des membres d'une milice d'auto-défense appelée le Front de Libération du Nord (FLN). Des membres d'une milice d'auto-défense appelée le Front de Libération du Nord (FLN). © AFP

Des centaines de jeunes, songhaïs pour la plupart, ont rejoint des milices qui veulent reconquérir le Nord-Mali aux mains des groupes armés islamistes.

Sous le soleil brûlant du mois de ramadan, ils piaffent et s'impatientent. Ils sont des centaines à avoir rejoint les milices d'autodéfense qui disent vouloir partir à la reconquête du nord du pays. Songhaïs pour la plupart, ils sont pour beaucoup originaires des villes qui, en début d'année, sont passées sous le contrôle des rebelles touaregs du Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA), avant de tomber sous le joug du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) et d'Ansar Eddine.

Dans le Nord, expliquent-ils, ils n'étaient plus chez eux, et c'est parce qu'ils se sont sentis marginalisés, qu'ils ont parfois été chassés de leurs terres et qu'ils n'en peuvent plus de voir leurs proches « asservis » qu'ils ont rallié des unités militaires improvisées.

Le chef des putschistes du 21 mars, Amadou Haya Sanogo, a mis à leur disposition des camps d'entraînement et des instructeurs. Les tout nouveaux combattants s'exercent au maniement des armes sur la ligne de front, près de Mopti. Ils sont près de 1 500 à avoir rejoint le camp de Ganda-Izo (« les enfants du pays » en songhaï), qui s'est créé fin mars près de Sévaré, une localité située non loin de Mopti. Début avril, un autre camp, celui de Ganda-Koy, s'est établi quelques kilomètres plus au sud. En mai, 600 autres miliciens ont rejoint les Forces de libération des régions Nord du Mali (FLN), pour lesquelles ils s'entraînent dans un ancien bâtiment administratif de Sévaré. Bamako n'est pas en reste, puisque 800 jeunes y sont formés, depuis juin, dans le cadre de l'opération BBH (Boun Ba Hawi, « la mort vaux mieux que la honte » en songhaï).

Contre nature

Le 21 juillet, tous ces mouvements se sont regroupés au sein de la Coordination des forces patriotiques de résistance. Partagent-ils vraiment le même objectif ? Ce n'est pas certain. Plusieurs miliciens ne font pas mystère de leur sympathie pour les islamistes, qui, dès le départ, ont dit ne pas vouloir toucher à l'intégrité territoriale du Mali. Ibrahim Dicko, le chef de la milice Ganda-Izo, explique ainsi que ce qu'il « ne pouvai[t] plus supporter, c'est l'occupation [des] villes ». « Notre problème, ajoute-t-il, c'était le MNLA qui voulait créer un État dans lequel on ne se reconnaissait pas. Les islamistes, en revanche, ce sont des musulmans, comme nous. » Des musulmans qui, pour ne rien gâcher, leur ont promis des armes. Ibrahim Dicko n'a pas oublié non plus que son prédécesseur à la tête de la milice, Amadou Diallo, a été tué fin mars à Ansongo dans des affrontements avec les Touaregs.

Chez les Songhaïs, on préfère minimiser l'importance de ces « alliances contre nature ». Mais, depuis le 13 juillet, ce sont bien des éléments de Ganda-Izo qui ont pris, avec l'aide des islamistes, le contrôle de la ville de Douentza, à 170 km au nord-est de Mopti.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

Mali - Moussa Mara : 'La justice a de la mémoire'

Mali - Moussa Mara : "La justice a de la mémoire"

Le jeune Premier ministre malien, Moussa Mara, comptable de formation, a pris la tête du gouvernement en avril dernier dans un contexte encore très instable. De passage à Paris début octobre, il s'est ex[...]

Niger : neuf membres des forces de sécurité tués près du Mali

Dans un communiqué officiel, Niamey a annoncé jeudi que neuf membres des forces de sécurité ont été tués dans plusieurs attaques simultanées dans la région de[...]

Un soldat français des forces spéciales tué dans le nord du Mali

Un sergent-chef français, membre des forces spéciales, a été tué mercredi au Mali lors d'une opération destinée à freiner la résurgence des jihadistes dans le nord du[...]

Mali : accrochages entre l'armée française et un "groupe armé terroriste de type Aqmi"

L'armée française a affronté dans la nuit de mardi à mercredi des combattants d'Aqmi, dans la vallée de l'Ametetai, au nord du Mali.[...]

Mali : MNLA, MAA et HCUA créent une coordination militaire commune

Le 28 octobre, les groupes armés de la coordination des mouvements de l'Azawad ont annoncé la création d'un état-major commun. Objectif prétendu : sécuriser les régions du Nord sous[...]

Mali : Pédro Kouyaté... métro, tempo, brio !

Après avoir exploré le monde et la tradition mandingue avec les plus grands, Pédro Kouyaté s'est posé dans le tube parisien. Entre deux concerts, le Malien envoûte les passants.[...]

Terrorisme : la Minusma a-t-elle les moyens de sécuriser le Nord-Mali ?

Pour le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, "le nord du Mali est fragilisé parce que la Minusma n'a pas été au rendez-vous au moment où il le fallait".[...]

Ebola : le Mali tente de contenir l'épidémie, mise en quarantaine aux États-Unis

Le Mali tente de juguler toute propagation du virus Ebola après l'annonce d'un premier cas dans le pays, tandis que les États-Unis ont placé une personne en quarantaine d'office pour la première fois.[...]

Mali : mort de la fillette, premier cas d'Ebola dans ce pays

Le premier cas d'Ebola identifié au Mali, une fillette de deux ans récemment revenue de Guinée, est morte vendredi, a annoncé le gouvernement.[...]

Ebola : un premier cas au Mali fait craindre l'arrivée de l'épidémie

Le Mali connaît son premier cas d'Ebola. Il s'agit d'une fillette de deux ans venue de Guinée avec sa grand-mère. Elle a été placée en quarantaine à Kayes (Ouest), a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers