Extension Factory Builder
01/08/2012 à 17:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Injection de Botox. Injection de Botox. © AFP

Une "Botox Party" s'est tenue à Marrakech le 2 juin. "Première du genre en Afrique", elle suscite une vive polémique

Annoncée comme la « première du genre en Afrique », la « Botox party » qui s'est tenue à Marrakech le 2 juin dernier suscite encore une telle polémique qu'elle risque bien d'être la dernière à être organisée au Maroc.

Le principe est à la fois simple et scandaleux : lors d'une soirée entre amis, un chirurgien esthétique injecte de faibles doses de toxine botulique aux participant(e)s pour atténuer leurs rides. La version des organisateurs est plus fleurie : « Une ambiance décontractée et festive, un cadre chaleureux et privatif, quelques fines bulles accompagnées de petites douceurs. » Le 2 juin, donc, près de 400 personnes se sont retrouvées dans un resort prisé de la jet-set marrakchie. À l'initiative de ce raout : Mickey, de son vrai nom Michaël Bizet, un expatrié français.

Le Conseil national des médecins saisi

Alertés par la large publicité donnée à l'événement, des chirurgiens esthétiques ont saisi le Conseil national des médecins et le ministère de la Santé pour « exercice illégal de la médecine ». À leur tour, des responsables auraient mis en garde l'organisateur, qui explique aujourd'hui au site yabiladi.com qu'« il n'y a pas eu d'injections lors de cette soirée, suite à l'interdiction intervenue 24 heures avant ». Or cette version contredit une autre interview sur le web, retirée depuis, dans laquelle Mickey expliquait que la soirée s'était « très bien passée ». Le jeune entrepreneur envisage une « Botox party 2 » en septembre, et même une « soirée Bagheera - une "cougar party"-, sans dépasser les limites évidemment ». Ça promet.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Le tribunal de Salé, près de Rabat, a condamné jeudi trois ressortissants français à quatre mois de prison ferme pour des affaires de terrorisme. Leurs peines ayant été purgé[...]

BMCE Bank annonce des résultats records et change de nom

Grâce à la bonne tenue de ces activités au Maroc et à l'explosion des bénéfices de son bras armé africain BOA, le groupe marocain affiche des résultats inédits en 2014.[...]

Maroc : misogyne, Benkirane ?

Animé par une vision extrêmement conservatrice de la place des femmes, le chef du gouvernement multiplie les saillies douteuses contre ses opposantes. Qui le lui rendent bien.[...]

France : 800 cheminots marocains accusent la SNCF de "discrimination"

En France, 832 cheminots marocains réclament des dommages et intérêts à la SNCF devant le conseil de prud'hommes de Paris. Ils accusent l’entreprise ferroviaire de ne pas leur avoir octroyé[...]

Maroc : démantèlement d'une cellule terroriste liée à l'État islamique

Les autorités marocaines ont annoncé dimanche avoir démantelé une cellule terroriste qui planifiait des attaques contre des personnalités politiques, civiles et militaires.[...]

Le Maroc sur le qui-vive suite à l'attentat du Bardo à Tunis

Dans la foulée des évènements du 18 mars à Tunis, le Maroc, déjà menacé à plusieurs reprises par l’Etat Islamique (EI), a pris la décision de renforcer sa[...]

Ahmed Aboutaleb, un Marocain en plat pays

En 1976, il ne parlait pas un mot de néerlandais. Quarante ans plus tard, il est maire de Rotterdam et si populaire qu'on lui prédit un avenir de Premier ministre. Pas mal comme intégration, non ?[...]

Comment distinguer un Marocain d'un Allemand ?

Voici une histoire à la fois cocasse et instructive. Il s'agit de la question du regroupement familial, qui est une des sources de l'immigration en Europe. Pour les partis politiques qui veulent limiter [...]

Maroc : Bassima Hakkaoui, l'antiféministe devenue ministre

Seule femme du gouvernement, elle se bat bec et ongles contre les tenants d'une émancipation totale.[...]

Maroc : Mustapha El Khalfi, au nom du père

Ministre de la Communication depuis 2012, Mustapha El Khalfi, cet islamiste "moderne" au tropisme anglo-saxon, doit presque tout à son mentor Abdelilah Benkirane. Et le lui rend bien[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2690p021.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2690p021.xml1 from 172.16.0.100