Extension Factory Builder
01/08/2012 à 17:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Injection de Botox. Injection de Botox. © AFP

Une "Botox Party" s'est tenue à Marrakech le 2 juin. "Première du genre en Afrique", elle suscite une vive polémique

Annoncée comme la « première du genre en Afrique », la « Botox party » qui s'est tenue à Marrakech le 2 juin dernier suscite encore une telle polémique qu'elle risque bien d'être la dernière à être organisée au Maroc.

Le principe est à la fois simple et scandaleux : lors d'une soirée entre amis, un chirurgien esthétique injecte de faibles doses de toxine botulique aux participant(e)s pour atténuer leurs rides. La version des organisateurs est plus fleurie : « Une ambiance décontractée et festive, un cadre chaleureux et privatif, quelques fines bulles accompagnées de petites douceurs. » Le 2 juin, donc, près de 400 personnes se sont retrouvées dans un resort prisé de la jet-set marrakchie. À l'initiative de ce raout : Mickey, de son vrai nom Michaël Bizet, un expatrié français.

Le Conseil national des médecins saisi

Alertés par la large publicité donnée à l'événement, des chirurgiens esthétiques ont saisi le Conseil national des médecins et le ministère de la Santé pour « exercice illégal de la médecine ». À leur tour, des responsables auraient mis en garde l'organisateur, qui explique aujourd'hui au site yabiladi.com qu'« il n'y a pas eu d'injections lors de cette soirée, suite à l'interdiction intervenue 24 heures avant ». Or cette version contredit une autre interview sur le web, retirée depuis, dans laquelle Mickey expliquait que la soirée s'était « très bien passée ». Le jeune entrepreneur envisage une « Botox party 2 » en septembre, et même une « soirée Bagheera - une "cougar party"-, sans dépasser les limites évidemment ». Ça promet.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle 'ligne de précaution' de 5 milliards de dollars

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle "ligne de précaution" de 5 milliards de dollars

Le Fonds monétaire international (FMI) a renouvelé la ligne de protection ouverte en faveur du Maroc. Valable sur deux ans, ce mécanisme permet au pays de se financer à hauteur de 5 milliards de dollars[...]

Maroc : gnaoua, le blues à l'âme

Menacée de disparaître, la tradition musicale des descendants d'anciens esclaves subsahariens revit grâce au festival d'Essaouira. Mais les maalem doivent aujourd'hui relever un nouveau défi :[...]

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? Jeune Afrique a [...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Maroc - Prix Draper : Rachid Yazami, "Monsieur 100 000 Volts"

Le chimiste Rachid Yazami a inventé les batteries au lithium qui font vivre nos téléphones. Il est le premier lauréat français, mais aussi africain, du prestigieux prix Draper.[...]

Maroc : un millier de migrants clandestins tentent en vain de passer la frontière à Melilla

Mercredi, un millier de migrants en provenance d'Afrique subsaharienne ont tenté de pénétrer dans l'enclave espagnole de Melilla au Maroc, ont annoncé les autorités locales. Leur tentative a[...]

Maroc : mort de Hassan II, la nuit du destin

À l'occasion des quinze ans de la mort de Hassan II, Jeune Afrique réedite quelques articles d'époque. Dans celui-ci, paru dans JA n° 2012 du 30 juillet au 9 août 1999, François Soudan[...]

Maroc : il y a quinze ans, la mort de Hassan II

Il y a tout juste quinze ans, le 23 juillet 1999, le roi du Maroc Hassan II s'éteignait à Rabat après trente-huit ans de règne. "Jeune Afrique" réédite un article de son n°[...]

Innovation : l'Afrique fait ses gammes

 La 7e édition de l'Indice mondial de l’innovation (GII) vient de paraître. Cette année, le rapport co-publié par l’organisation mondiale de la propriété intellectuelle[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers