Extension Factory Builder
02/08/2012 à 16:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Hissène Habré n'a toujours pas été déféré devant la justice. Hissène Habré n'a toujours pas été déféré devant la justice. © Sipa

L'ancien président tchadien, Hissène Habré pourrait être jugé au Sénégal par un tribunal spécial composé de magistrats africains. Sous réserve d'ultimes ajustements.

Mieux vaut tard que jamais. Si les derniers « réglages » se révèlent concluants, comme l'espère Aminata Touré, la ministre sénégalaise de la Justice, Hissène Habré, 70 ans, sera bien jugé au Sénégal, par un tribunal africain, pour des crimes commis dans son pays. Une perspective qui mettrait fin à l'interminable feuilleton d'un procès cent fois entravé.

Accusé de milliers d'assassinats politiques et d'usage systématique de la torture lorsqu'il dirigeait le Tchad entre 1982 et 1990, Hissène Habré n'a toujours pas été déféré devant la justice. Le 20 juillet, après que la Cour internationale de justice (CIJ) a ordonné au Sénégal de le poursuivre « sans aucun autre délai » s'il ne l'extradait pas, Dakar s'est finalement rallié au projet de l'Union africaine (UA) : traduire l'ancien président devant un tribunal spécial, au sein du système judiciaire sénégalais.

Premier réglage à apporter, cependant : faire adopter, par la nouvelle Assemblée nationale (elle sera installée début août) et l'UA, les statuts de ce tribunal où des juges sénégalais siégeront aux côtés de pairs africains. Pour la ministre de la Justice, la tenue du procès a été jusqu'ici bien davantage empêchée par l'absence de volonté politique que par des questions de procédure. À en croire Macky Sall, le chef de l'État sénégalais, qui parie sur un tribunal opérationnel avant la fin de l'année, cette volonté politique est désormais manifeste.

Le problème du financement

Autre difficulté à aplanir, le problème du financement. Mais là aussi, le Sénégal, qui a entrepris de remobiliser les éventuels contributeurs, se montre assez optimiste. L'UA, le Tchad et des bailleurs de fonds occidentaux (Union européenne, ainsi que les Pays-Bas, la France, la Suède ou la Belgique) s'étaient engagés en 2010 à hauteur de 8 millions d'euros. Les responsables sénégalais, qui estiment que les lois internationales n'ont de sens que dans le cadre d'une solidarité internationale, espèrent voir ces engagements renouvelés et les États-Unis mettre eux aussi la main à la poche.

Le troisième ajustement concerne l'instruction. Une commission devra déterminer si le procès se fonde sur l'instruction diligentée en Belgique, ou si l'on reprend tout de zéro, ce que redoutent les familles de victimes. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tchad

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte in[...]

Misca : le Tchad annonce que tous ses soldats ont quitté la Centrafrique

Il n'y a plus de soldats tchadiens en Centrafrique. Mercredi, le Tchad a annoncé avoir achevé le retrait de ses troupes lors d'une cérémonie officielle présidée, à Sarh, dans le[...]

Françafrique : Sassou, Déby, Issoufou... Ils plébiscitent Le Drian !

Le maintien de Jean-Yves Le Drian à son poste de ministre français de la Défense était particulièrement souhaité par les présidents Denis Sassou Nguesso (Congo), Idriss[...]

Centrafrique : pourquoi Idriss Déby Itno a jeté l'éponge

Exaspérés d'être accusés de partialité en faveur des musulmans, les Tchadiens ont décidé de retirer leur contingent de la Misca en Centrafrique.[...]

Le Tchad accuse l'ONU de propos diffamatoires sur son action en Centrafrique

Le gouvernement tchadien a accusé la Commission des droits de l'Homme de l'ONU de "propos diffamatoires et tendancieux" après ses accusations contre les agissements de l'armée tchadienne en[...]

Ce qu'il faut retenir du sommet UE-Afrique

Près de 80 dirigeants africains et européens étaient réunis les 2 et 3 avril à Bruxelles à l’occasion du quatrième sommet organisé entre l’Union[...]

Centrafrique : Bangui "regrette" le retrait du contingent tchadien de la Misca

Dans un communiqué publié à Paris, Toussaint Kongo-Doudou, le ministre centrafricain des Affaires étrangères, a exprimé jeudi son "regret" après l'annonce, la veille, du[...]

Centrafrique : le Tchad retire son contingent de la Misca

Le Tchad a annoncé jeudi qu'il allait retirer "progressivement" son contingent de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca). Une décision qui fait suite à de nombreux[...]

Le Tchad contraint le chinois CNPC à payer une lourde amende

Dernier épisode du feuilleton qui oppose l'État tchadien à la société nationale pétrolière chinoise CNPC. Finalement, le Tchad a imposé une amende d'un montant de 1,2[...]

Afrique centrale : la Cemac malade de la Centrafrique

Alors qu'elle fête son vingtième anniversaire, la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (Cemac), relocalisée de Bangui à Libreville, au Gabon, subit de plein[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces