Extension Factory Builder
01/08/2012 à 18:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président ivoirien et Pierre Moscovici à Paris, le 24 juillet. Le président ivoirien et Pierre Moscovici à Paris, le 24 juillet. © Vincent Fournier J.A.

Lors de sa visite à Paris, le président ivoirien Alassane Ouattara a notamment rencontré le ministre français de l'Économie et des Finances, Pierre Moscovici. Et obtenu l'annulation de la quasi-totalité de la dette ivoirienne.

Mardi 24 juillet, hôtel Meurice, à Paris. C'est sur un terrain neutre, mais dans un cadre non dépourvu de standing, qu'Alassane Dramane Ouattara (ADO) a rencontré pour la première fois Pierre Moscovici (alias Mosco), le ministre français de l'Économie et des Finances. Confirmée au dernier moment, sa présence au côté de Charles Koffi Diby, son ministre de l'Économie et des Finances, atteste de l'importance que le président ivoirien accorde au rapprochement entre les deux États. Ce rendez-vous précédait toute une série d'entretiens avec les ministres du gouvernement Ayrault, de Laurent Fabius (Affaires étrangères) à Jean-Yves Le Drian (Défense), avant le rendez-vous à l'Élysée, le 26 juillet. Intime de Nicolas Sarkozy, ADO doit désormais prendre ses marques avec le nouveau pouvoir socialiste.

Un premier pas d'autant plus facile à franchir que, à l'époque où il était chargé des relations internationales au Parti socialiste, Moscovici avait pris ses distances avec Laurent Gbagbo. Sans parler des liens qui unissent Charles Koffi Diby et Rémy Rioux, le directeur de cabinet du ministre français et ancien sous-directeur des affaires financières internationales à la direction générale du Trésor. Au début de 2011, les deux hommes avaient mis au point la stratégie d'asphyxie de l'économie ivoirienne durant la crise postélectorale. Avec un certain succès.

Dette ivoirienne

Sujet central de cet entretien, l'annulation, sous conditions, de la dette ivoirienne. Un accord bilatéral inscrit dans la continuité du point d'achèvement de l'Initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) et de la réunion du Club de Paris. Au terme des négociations, la France s'est engagée à effacer l'ardoise de 3,76 milliards d'euros encore due par Abidjan, ce qui porte au total l'annulation de la dette à 99,5 %. En contrepartie, 75 % de ce montant sera consacré, sur vingt ans, au financement de projets permettant de réduire la pauvreté. Dès septembre, une délégation française devrait se rendre à Abidjan pour établir la liste des chantiers à financer dans les domaines de l'agriculture, de la santé, de l'éducation et des infrastructures. « Des annonces devraient intervenir avant la fin de l'année », précise un conseiller de Charles Koffi Diby.

Organisé dans un salon privé, l'entretien « ADO-Mosco », qui devait durer une vingtaine de minutes, s'est prolongé pendant plus de trois quarts d'heure. « Le continent est un vrai sujet d'intérêt pour Pierre Moscovici. Début juillet, il a rencontré Alpha Condé à Conakry, puis dîné à Dakar avec Macky Sall », confie l'un de ses collaborateurs.

Zone CFA

« Après les courtoisies d'usage, Ouattara a présenté la situation de son pays, raconte un témoin. Il a insisté sur le poids régional de l'économie ivoirienne. De son côté, Moscovici a fait part de son attachement aux relations bilatérales [plus de 700 entreprises françaises sont implantées en Côte d'Ivoire, NDLR] et rappelé l'importance du continent pour la croissance française. Aux questions du président sur l'avenir de la zone euro ont fait écho celles du ministre sur la zone CFA et sur la situation sécuritaire au Sahel. »

Une discussion que les deux hommes pourront poursuivre prochainement. ADO devrait assister, le 5 octobre, au quarantième anniversaire des accords de coopération monétaire entre la France et ses partenaires de l'Union monétaire ouest-africaine organisé à Bercy, tandis que Moscovici est attendu, sans doute avec Nicole Bricq, la ministre du Commerce extérieur, sur les bords de la lagune Ébrié.

À l'issue de la rencontre, Charles Koffi Diby a signé officiellement avec son homologue l'accord d'annulation de la dette lors d'une brève conférence de presse. Avant de s'effacer pour laisser Pierre Moscovici offrir une franche poignée de main au président Ouattara. À l'évidence, le courant est passé.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Côte d'Ivoire : pourquoi Renard risque de quitter les Éléphants juste avant la CAN

Côte d'Ivoire : pourquoi Renard risque de quitter les Éléphants juste avant la CAN

Approché par Bastia (France, Ligue 1), Hervé Renard, le sélectionneur de la Côte d’Ivoire n’est plus certain de rester à la tête des Éléphants. À cause, s[...]

Côte d'Ivoire : le FPI valide la candidature de Laurent Gbagbo à la présidence du parti

Le comité de contrôle du Front populaire ivoirien (FPI) a validé mercredi la candidature de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo à la présidence du parti, a appris "Jeune[...]

Armée ivoirienne : la grogne des grognards

D'anciens rebelles intégrés à l'armée, réclamant le paiement d'arriérés de solde, ont lancé un mouvement de protestation. Un message que le gouvernement a reçu[...]

Guillaume Soro : "Blaise Compaoré a évité le pire, et c'est le plus important"

L'ancien chef rebelle ivoirien a longtemps bénéficié des conseils et des largesses de son grand frère burkinabè. Aujourd'hui, Guillaume Soro réagit pour la première fois aux[...]

Côte d'Ivoire : une dizaine de pro-Gbagbo, dont 3 anciens ministres, mettent fin à leur exil au Ghana

Trois anciens ministres de Laurent Gbagbo, Hubert Oulaye, Odette Sauyet et Assoa Adou, ont regagné la Côte d'Ivoire lundi avec d'autres cadres de l'ancien régime, mettant fin à un exil de quatre ans au[...]

La Côte d'Ivoire veut lever 160 milliards de F CFA

L'État ivoirien a entamé la levée de 160 milliards de F CFA (243 millions d'euros) sur le marché de l'Uemoa. Une partie de ces ressources pourrait servir à apurer la solde des militaires[...]

Blaise Compaoré a quitté la Côte d'Ivoire pour le Maroc

L'ancien président burkinabè, Blaise Compaoré, qui a démissionné le 31 octobre avant de s'exiler en Côte d'Ivoire, a quitté Yamoussoukro pour le Maroc.[...]

CAN 2015 : Nigeria out, Côte d'Ivoire, RDC et Guinée in

Le Nigeria, tenant du titre, a été éliminé lors de la dernière journée des qualifications à la CAN 2015, le 19 novembre, au profit du Congo de Claude Le Roy. La RDC a[...]

Livre : le baroud d'honneur de Robert Dulas

Barbouze : un mot que Robert Dulas déteste, mais qui lui colle à la peau. Longtemps, ce pro du renseignement a traîné ses guêtres en Afrique. Aujourd'hui, c'est dans un livre qu'il[...]

Football : la Côte d'Ivoire se qualifie pour la CAN 2015

La sélection ivoirienne de football a obtenu son billet pour la Coupe d'Afrique des nations 2015 grâce à son match nul contre le Cameroun (0-0) mercredi à Abidjan. Les Lions indomptables étaient[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers