Extension Factory Builder
23/07/2012 à 18:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le jeune rappeur Ismael Saba, alias Ismael Sankara (g). Le jeune rappeur Ismael Saba, alias Ismael Sankara (g). © Marc-Antoine Tchicot

Ismael Saba, alias Ismael Sankara, réagit enfin à l'article de Jeune Afrique (n°2684, publié le 17 juin 2012) évoquant ses liens de parenté avec l'ancien président burkinabè Thomas Sankara. Et il reconnaît avoir prétendu être le fils de ce dernier...

Je suis surpris par vos écrits sur ma « parenté » avec l'ancien président burkinabè Thomas Sankara (J.A. n° 2684). Ils ont suscité interrogations, indignation et blessures... Je veux bien admettre avoir joué un rôle dans cette pagaille : je ne suis pas parfait. Dans cette interview, qui n'était enregistrée ni par audio ni par vidéo, j'ai en effet déclaré être le fils de Thomas Sankara. Mais je précise que cette parenté n'était pas le sujet central de l'entretien. Et je n'ai jamais prétendu avoir dîné avec le président Blaise Compaoré. En revanche, j'ai déclaré avoir visité sa résidence en compagnie de l'artiste Sean Paul. Enfin, je ne me suis jamais prévalu d'un « featuring » avec la Gabonaise Patience Dabany...

Et je le redis : oui, je me rêve en fils spirituel de Thomas Sankara, dont l'illustre nom me sert de pseudonyme d'artiste.

Non, je ne suis pas le fils de Sankara, mais celui d'Ismael Sougrenoma Saba et de Josephina Oma. J'ai présenté mes excuses à la famille Sankara pour le préjudice subi. Je souhaiterais à présent que l'histoire s'arrête là. 

lsmael Saba, alias Ismael Sankara, Broward County, États-Unis

__

Réponse :

Cette regrettable polémique ne serait pas survenue si vous et votre entourage professionnel n'aviez pris quelques libertés avec la vérité. Plutôt que de jouer sur l'ambiguïté, il aurait été plus simple de déclarer, comme vous le faites maintenant, que vous vous considériez comme « le fils spirituel de Thomas Sankara », et que c'est la raison pour laquelle vous avez choisi ce nom d'artiste. Vous reconnaissez, plus d'un mois après la publication de cet article, avoir « joué un rôle dans cette pagaille ». Soit. Je maintiens pour ma part que vous m'avez dit avoir dîné avec Blaise Compaoré et que vous avez mentionné une collaboration avec Patience Dabany.

Pascal Airault

_______

À lire aussi :

>> Le portrait d'Ismael Sankara paru dans Jeune Afrique

>> Burkina-Faso : l'affaire Ismael Sankara

 

 

 

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Burkina Faso : 'Timbuktu' au Fespaco, retour sur un couac parti de Belgique

Burkina Faso : "Timbuktu" au Fespaco, retour sur un couac parti de Belgique

Après avoir été un temps menacé de déprogrammation, le film "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako sera bien diffusé au Fespaco le 6 mars. Retour sur une polémique qui a fait t[...]

Cinéma : rétropédalage du Fespaco qui maintient "Timbuktu" en compétition officielle

Après la tempête médiatique déclenchée par la décision des organisateurs de retirer Timbuktu de la compétition officielle de la 24e édition du Fespaco, le ministre[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Fespaco : l'imbroglio "Timbuktu"

Le film "Timbuktu", qui a raflé sept prix lors de la dernière cérémonie des Césars, dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur pour Abderrahmane Sissako, sera-t-il [...]

Cinéma : le Fespaco dans l'ère numérique

Alors que le pouvoir burkinabè a changé de mains, le principal festival de cinéma du continent change de patron et évolue... dans la continuité.[...]

Afrique francophone : chef de l'opposition, un statut à double tranchant

Plusieurs pays d'Afrique francophone ont adopté un statut officiel de "chef de file de l'opposition". D'autres ont voté des textes mais attendent toujours la désignation de leur opposant en chef.[...]

Diaporama : les "stars" de la 24e édition du Fespaco

Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) ouvre ses portes le 28 février au Burkina-Faso. De nombreuses personnalités du monde de la culture sont attendues[...]

Fespaco : le film "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako retiré de la compétition officielle

Le film franco-mauritanien "Timbuktu", sept fois récompensé aux Césars, devait être retiré mercredi de la compétition officielle de la 24e édition du Festival panafricain[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Michel Kafando : "Ce ne sont pas les militaires qui commandent" au Burkina

On croyait Michel Kafando, le président de la transition du Burkina, condamné à jouer les seconds rôles en attendant les élections. C'est pourtant son Premier ministre, le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces