Extension Factory Builder
23/07/2012 à 18:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le jeune rappeur Ismael Saba, alias Ismael Sankara (g). Le jeune rappeur Ismael Saba, alias Ismael Sankara (g). © Marc-Antoine Tchicot

Ismael Saba, alias Ismael Sankara, réagit enfin à l'article de Jeune Afrique (n°2684, publié le 17 juin 2012) évoquant ses liens de parenté avec l'ancien président burkinabè Thomas Sankara. Et il reconnaît avoir prétendu être le fils de ce dernier...

Je suis surpris par vos écrits sur ma « parenté » avec l'ancien président burkinabè Thomas Sankara (J.A. n° 2684). Ils ont suscité interrogations, indignation et blessures... Je veux bien admettre avoir joué un rôle dans cette pagaille : je ne suis pas parfait. Dans cette interview, qui n'était enregistrée ni par audio ni par vidéo, j'ai en effet déclaré être le fils de Thomas Sankara. Mais je précise que cette parenté n'était pas le sujet central de l'entretien. Et je n'ai jamais prétendu avoir dîné avec le président Blaise Compaoré. En revanche, j'ai déclaré avoir visité sa résidence en compagnie de l'artiste Sean Paul. Enfin, je ne me suis jamais prévalu d'un « featuring » avec la Gabonaise Patience Dabany...

Et je le redis : oui, je me rêve en fils spirituel de Thomas Sankara, dont l'illustre nom me sert de pseudonyme d'artiste.

Non, je ne suis pas le fils de Sankara, mais celui d'Ismael Sougrenoma Saba et de Josephina Oma. J'ai présenté mes excuses à la famille Sankara pour le préjudice subi. Je souhaiterais à présent que l'histoire s'arrête là. 

lsmael Saba, alias Ismael Sankara, Broward County, États-Unis

__

Réponse :

Cette regrettable polémique ne serait pas survenue si vous et votre entourage professionnel n'aviez pris quelques libertés avec la vérité. Plutôt que de jouer sur l'ambiguïté, il aurait été plus simple de déclarer, comme vous le faites maintenant, que vous vous considériez comme « le fils spirituel de Thomas Sankara », et que c'est la raison pour laquelle vous avez choisi ce nom d'artiste. Vous reconnaissez, plus d'un mois après la publication de cet article, avoir « joué un rôle dans cette pagaille ». Soit. Je maintiens pour ma part que vous m'avez dit avoir dîné avec Blaise Compaoré et que vous avez mentionné une collaboration avec Patience Dabany.

Pascal Airault

_______

À lire aussi :

>> Le portrait d'Ismael Sankara paru dans Jeune Afrique

>> Burkina-Faso : l'affaire Ismael Sankara

 

 

 

 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Blaise Compaoré bientôt extradé vers le Burkina Faso ?

Blaise Compaoré bientôt extradé vers le Burkina Faso ?

Lors d'une rencontre jeudi avec la presse nationale, le Premier ministre intérimaire, Isaac Zida, a annoncé que le Burkina allait demander au Maroc l'extradition de Blaise Compaoré si les institutions judiciai[...]

Burkina Faso : le général Gilbert Diendéré démis de ses fonctions

Le président de la transition, Michel Kafando, a mis fin jeudi par décret aux fonctions de chef d’état-major particulier à la présidence du Faso du général Gilbert[...]

Burkina Faso : il faut "transformer l'essai"

Les Français disent souvent "que d'un mal peut naître un bien", tandis que chez les musulmans, on aime à se répéter le célèbre "il vous arrivera de mal[...]

Burkina Faso : un certain malaise chez les amis de Blaise

Que vont devenir les anciens cadres du parti de Blaise Compaoré après la chute de leur mentor ? Les nouvelles forces politiques au pouvoir hésitent entre deux démarches.[...]

Burkina Faso : les civils au garde-à-vous ?

Depuis le départ de Blaise Compaoré, le pays, en pleine transition, s'est doté d'un exécutif bicéphale. À la présidence, Michel Kafando le diplomate ; à la primature,[...]

Burkina : 24 morts et 625 blessés dans l'insurrection populaire contre Blaise Compaoré

Selon un comité d'experts désigné par le Premier ministre Zida, 24 personnes sont mortes et 625 ont été blessées à travers le pays entre fin octobre et début novembre,[...]

Burkina : Moustapha Chafi, un nomade à découvert

Moustapha Chafi ne se mêlait pas de politique intérieure, mais ce conseiller de l'ombre a perdu, le 31 octobre, son principal protecteur en la personne de Blaise Compaoré.[...]

Gouvernement burkinabè : démission d'Adama Sagnon, compromis dans l'affaire Zongo

Sous pression de la société civile depuis hier, Adama Sagnon a démissioné mardi de son poste de ministre de la Culture dans le gouvernement de la transition. Ancien procureur sous la présidence[...]

Burkina Faso : Isaac Zida, toujours en première ligne

Peut-être le puissant général Diendéré tire-t-il des ficelles en coulisses. Mais le 31 octobre, c'est bien le lieutenant-colonel Zida qui a remplacé Compaoré au sommet[...]

Guillaume Soro : "Blaise Compaoré a évité le pire, et c'est le plus important"

L'ancien chef rebelle ivoirien a longtemps bénéficié des conseils et des largesses de son grand frère burkinabè. Aujourd'hui, Guillaume Soro réagit pour la première fois aux[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces