Extension Factory Builder
28/07/2012 à 22:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mitt Romney disposerait de quelque 30 millions d'avoirs dans divers paradis fiscaux. Mitt Romney disposerait de quelque 30 millions d'avoirs dans divers paradis fiscaux. © Charles Dharapak/AP/SIPA

Adepte des délocalisations, le fonds d'investissement créé par le candidat républicain a détruit des emplois aux États-Unis. L'ancien homme d'affaires cherche à botter en touche.

Taper là où ça peut faire mal et insister. Même s'il n'a jamais été boxeur, Barack Obama a bien compris ce précepte et l'applique avec précision sur son adversaire, Mitt Romney. Depuis le début du mois de juillet, le candidat à l'investiture républicaine est la cible répétée de messages qui mettent en cause son passé d'homme d'affaires à la tête du fonds d'investissement Bain Capital. Plusieurs spots télévisés rappellent aux Américains que Romney a toujours privilégié ses propres intérêts ou ceux de ses actionnaires, quelles que soient les conséquences sur l'emploi.

Des attaques dommageables pour un candidat qui mise beaucoup sur les questions économiques. Une partie de la campagne électorale de Romney est organisée autour du thème de la réindustrialisation des États-Unis, et, à plusieurs reprises, il a exposé sa politique visant à créer de « bons emplois américains ». Or une récente enquête du magazine Vanity Fair est venue rappeler qu'une grande partie de la gestion de Bain Capital consistait à « externaliser » (outsource) les entreprises rachetées, en d'autres termes à en favoriser la délocalisation, détruisant ainsi des emplois aux États-Unis.

Pour sa défense, Mitt Romney affirme que les principales délocalisations ont eu lieu après 1999, alors qu'il ne dirigeait plus le fonds et qu'il s'était engagé pour assurer la réussite des Jeux olympiques d'hiver de 2002 à Salt Lake City. Mais, s'il est vrai qu'il ne gérait plus Bain Capital (qu'il a fondé en 1984), le quotidien Boston Globe a révélé mi-juillet qu'il en était encore le seul propriétaire jusqu'en 2002, comme l'attestent plusieurs documents de la Commission américaine des opérations de Bourse. Bref, cela fait désordre et contribue à l'affaiblir face à un Barack Obama pourtant en position inconfortable. D'autant que l'ancien dirigeant cherche à botter en touche dès qu'il s'agit d'aborder son parcours professionnel. Pour de nombreux observateurs de la scène politique, Mitt Romney commet là une grave erreur qui pourrait lui coûter en définitive la victoire finale s'il ne change pas d'attitude.

Patrimoine caché

Le premier pas pour lui serait de reconnaître les bienfaits de l'économie globale, affirmait récemment le Financial Times. Selon le quotidien, une telle attitude lui permettrait de justifier à la fois son passé de « délocalisateur » et son désir de rapatrier des emplois sur le sol américain, effaçant toute contradiction entre son discours politique et les décisions prises par Bain Capital. Pour l'instant, cela ne semble pas être l'option envisagée. Romney refuse toujours d'assumer ses choix passés et continue à dénoncer dans ses discours Obama, le « délocalisateur en chef ».

À cette affaire s'ajoute le silence persistant du candidat républicain sur ses 3 millions de dollars (près de 2,5 millions d'euros) d'avoirs en Suisse et d'autres sommes placées dans divers paradis fiscaux dont le total avoisinerait les 30 millions de dollars. Et son refus de publier ses déclarations d'impôt antérieures à 2010 (année pour laquelle il a déjà fourni ce document). Entretenir le doute sur son patrimoine, voilà qui n'est pas de nature à inciter les électeurs à lui donner leur voix. Aux États-Unis, être riche n'est pas un crime et est même plutôt bien vu. Mais cacher cette richesse, notamment dans des pays qui comptent parmi les plus opaques en matière financière, est assurément un choix périlleux. À la différence de son adversaire, Barack Obama l'a bien compris et continue à taper là où ça fait mal.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

France - Rwanda : Sonia Rolland, Miss et ambassadrice

France - Rwanda : Sonia Rolland, Miss et ambassadrice

Dans un documentaire diffusé sur France Ô le 26 novembre, la comédienne franco-rwandaise évoque avec une tendresse teintée d'admiration la résurrection de son pays natal, vingt ans apr&e[...]

Manuel Valls au Tchad parmi les soldats français de Barkhane

Le Premier ministre Manuel Valls entame samedi à N'Djamena une visite de deux jours aux troupes françaises engagées dans le combat contre les groupes jihadistes armés au Sahel, qui le conduira[...]

Ebola : des artistes français s'emparent du misérabiliste "Do they know it's Christmas ?"

Après le désastreux "Do they know it’s Christmas ?" du collectif Band Aid (Bob Geldof, Bono), Carla Bruni, Joey Starr et d'autres artistes français s'apprêtent à leur[...]

Royaume-Uni : Ed Miliband, étoile montante

Ed Miliband, fils d'un historien marxiste d'origine juive, le chef du Labour deviendra-t-il l'an prochain Premier ministre de Sa Majesté ? Ce serait une première depuis Disraeli, il y a plus d'un[...]

Une pêche durable est essentielle pour la sécurité alimentaire en Afrique

Catherine Novelli est sous-secrétaire d'État américaine pour la Croissance économique, l'Énergie et l'Environnement.[...]

Ebola : François Hollande se rendra en Guinée la semaine prochaine

Le président français, François Hollande, a annoncé vendredi qu'il se rendrait en Guinée "la semaine prochaine", afin d'évoquer l'épidémie de virus Ebola qui[...]

France : Kader Arif, secrétaire d'État aux Anciens combattants, a présenté sa démission

Kader Arif, le secrétaire d’État français aux Anciens combattants, a présenté ce vendredi matin sa démission. Il est visé par une enquête préliminaire sur des[...]

Les sons de la semaine #21 : Hailu Mergia, "Africa Stop Ebola", Somi...

Bienvenue dans notre tour d'horizon musical hebdomadaire, avec Hailu Mergia, "Africa Stop Ebola", Somi, et Diamant noir.[...]

Lutte conte Ebola : qui donne, combien et à qui ?

Depuis le mois de mars, le virus Ebola a déjà fait officiellement plus de 5 400 morts en Afrique de l'Ouest. Qui, à travers le monde, se mobilise financièrement pour stopper l'épidémie ?[...]

États-Unis : Obama accorde une régularisation provisoire à cinq millions de sans-papiers

Il avait promis de prendre l'initiative face à l'inaction du Congrès : Barack Obama a offert jeudi soir une régularisation provisoire à quelque cinq millions de clandestins, sur un total de 11[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers