Extension Factory Builder
28/07/2012 à 18:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Pranab Mukherjee, élu président le 19 juillet. Pranab Mukherjee, élu président le 19 juillet. © Rajanish Kakade/AP/SIPA

Ministre des Finances controversé, le nouveau chef de l'État, élu le 19 juillet, s'est toujours montré loyal envers son parti. Ce qui devrait aider la formation de Sonia Gandhi lors des législatives de 2014.

Élu pour cinq ans au suffrage indirect par un collège électoral composé de parlementaires nationaux et régionaux, le président joue un rôle essentiellement protocolaire. Mais c'est un personnage respecté et, en général, un vétéran de la vie politique en fin de carrière, à l'instar de Pranab Mukherjee, 76 ans. Originaire de l'État du Bengale-Occidental, il est le fils d'un militant du Parti du Congrès, dont le nouvel élu a défendu les couleurs pendant plus de quarante ans. Les proches de Mukherjee aiment rappeler qu'il est entré au Parlement le jour où Neil Armstrong a marché sur la Lune, le 21 juillet 1969. Il est très vite devenu l'homme de confiance d'Indira Gandhi, qui l'a nommé ministre. Il a ensuite détenu des portefeuilles dans tous les gouvernements congressistes, occupant les postes les plus importants, de l'Économie aux Affaires étrangères en passant par l'Intérieur et la Défense. Avec plus ou moins de bonheur, d'ailleurs.

Ministre des Finances dans le gouvernement de Manmohan Singh jusqu'à il y a encore deux mois, Pranab Mukherjee a prêté le flanc aux critiques à cause de quelques décisions malencontreuses. Sa politique de taxation rétrospective des investisseurs étrangers et l'interruption, depuis deux ans, des réformes économiques ne sont sans doute pas étrangères au ralentissement de la croissance indienne. Il est considéré par la presse locale comme le « pire ministre des Finances » que le pays ait connu depuis 1991. Son bilan controversé n'a toutefois pas été un obstacle à sa désignation comme candidat à l'élection présidentielle. 

Loyal envers son parti

Certes, le Congrès a rencontré quelques difficultés pour imposer son choix à ses alliés gouvernementaux. D'ailleurs, le parti The Trinamool Congress (TMC) du Bengale-Occidental, important membre de la coalition au pouvoir, qui s'était dans un premier temps opposé à sa candidature, est revenu sur sa position et a appelé à voter pour lui.

Les mauvaises langues disent que les responsables du Parti du Congrès ont profité de l'élection présidentielle pour éloigner un ministre devenu l'homme à abattre dans le milieu des affaires. Pour Sonia Gandhi, patronne du parti des Nehru-Gandhi, l'arrivée de Pranab Mukherjee au sommet de l'État est aussi une assurance pour l'avenir, en vue des élections législatives prévues pour 2014. Selon le scénario le plus vraisemblable, aucun parti ne devrait disposer d'une majorité claire. Dans ce contexte, c'est le président qui prend la main et appelle le leader de son choix à former le gouvernement. Connu pour sa loyauté envers le parti auquel il doit tout, le président Mukherjee devrait donner l'avantage au Congrès.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Espagne : le roi d'Espagne a-t-il comploté contre le gouvernement dans les années 1980 ?

Espagne : le roi d'Espagne a-t-il comploté contre le gouvernement dans les années 1980 ?

Le roi d'Espagne a-t-il, en 1980, donné son feu vert à une tentative de coup d'État militaire ? C'est la thèse d'un livre qui fait scandale.[...]

Aïda Diarra, "Madame Afrique" de Western Union

La Malienne Aïda Diarra est vice-présidente Afrique de Western Union. Son défi : innover pour préserver le leadership du groupe américain dans les flux d'argent à destination du[...]

France : quand François Hollande oublie les "tirailleurs"

À la Grande Mosquée de Paris, sur la plaque gravée en hommage aux soldats musulmans mort pour la France, l'Élysée va devoir réparer son omission.[...]

Faïza Guène, écrivain à part et entière

Depuis le best-seller "Kiffe kiffe demain", paru il y a dix ans et vendu à 400 000 exemplaires, la jeune auteure n'a pas cessé d'écrire. Dernier opus : "Un homme, ça ne pleure[...]

La police de New York démantèle son unité chargée d'espionner la communauté musulmane

Vous ne saviez sans doute pas qu'elle existait. Pourtant, la police new-yorkaise a annoncé mardi qu'elle avait fermé son unité secrète chargée d'espionner la communauté musulmane de la[...]

Wilson Kipsang : "Le record du monde du marathon n'est pas une fin en soi"

Vainqueur du marathon de Londres dimanche 13 avril, le recordman du monde (2 h 03 ' 23) Wilson Kipsang Kiprotich a assis un peu plus sa domination mondiale. Impérial tout au long de la course, le Kényan de 32 ans[...]

Japon - Yoshifumi Okamura : en Afrique, "c'est maintenant qu'il faut y aller !"

De passage à Paris, l'ancien ambassadeur du Japon en Côte d'Ivoire - et désormais représentant personnel du Premier ministre pour l'Afrique-, Yoshifumi Okamura, évoque l'avancée des[...]

Les sons de la semaine : les Lijadu Sisters, Nas, Bibi Tanga, "Ghana Mixtape"...

Envie de faire une pause ? Voici de quoi vous détendre avec notre sélection musicale de la semaine. Au programme : le retour des Lijadu Sisters, le XXe anniversaire de l'album "Ilmatic" de Nas, le nouveau[...]

Ukraine : la guerre par d'autres moyens

Frapper les intérêts russes à l'étranger pour dissuader le Kremlin d'envahir de nouveau l'Ukraine ? Cette politique de sanctions ciblées est dans l'air du temps. Ses résultats sont[...]

Casa África, aux Canaries, une fenêtre espagnole sur le continent

Créée en 2006 comme un consortium entre le ministère espagnol des Affaires étrangères, le gouvernement des Canaries et la municipalité de Las Palmas où elle a son siège,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers