Extension Factory Builder
27/07/2012 à 16:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ignacio Milam Tang, vice-président équato-guinéen. Ignacio Milam Tang, vice-président équato-guinéen. © Vincent Fournier/J.A

La remise, à Paris le 17 juillet, du prix scientifique de l'Unesco financé par la Guinée équatoriale a déclenché une vive polémique.

Un prix international remis par l'Unesco pour récompenser la « recherche dans les sciences de la vie » : l'objectif est noble et l'intention louable, mais l'atmosphère était délétère ce 17 juillet au siège de l'organisation, à Paris, lors de la remise des récompenses aux trois chercheurs lauréats, un Égyptien, un Sud-Africain et une Mexicaine.

Doté de 2,44 millions d'euros et créé en 2008 à l'initiative du président de la Guinée équatoriale, Teodoro Obiang Nguema, ce prix a pris une dimension politique. La veille de la cérémonie, sept ONG, dont Human Rights Watch, dénonçaient « une vaste opération de relations publiques visant à redorer [l']image » du président Obiang.

Boycott

Dans la salle, aucune délégation européenne : l'ensemble de l'Union avait décidé de boycotter l'événement. Les représentants d'Afrique et des pays en développement étaient en revanche nombreux. « L'Occident brandit le spectre des droits l'homme et de la moralité, mais qui exploite les matières premières et qui profite vraiment des richesses de notre continent ? » lance Joseph Makosso, conseiller à la délégation du Congo-Brazzaville. De son côté, la Guinée équatoriale insiste sur l'utilisation de ses revenus pétroliers, qui servent au développement du pays, et elle dénonce une ingérence à géométrie variable. Les capitales européennes, Paris notamment, sont, il est vrai, beaucoup moins regardantes avec les pétrodollars des émirats du Golfe.

Les organisations qui avaient envisagé une manifestation y ont finalement renoncé. Il faut dire que le mandat d'arrêt international lancé le 12 juillet par un juge français contre Teodorín Obiang, le fils du président, dans le cadre de l'affaire dite des « biens mal acquis » avait déjà attiré l'attention sur la famille présidentielle. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Guinée Equatoriale

Francophonie : qui pour succéder à Abdou Diouf ?

Francophonie : qui pour succéder à Abdou Diouf ?

Jean, Nfumu, Lopes, L'Estrac, Buyoya... Qui sera le prochain secrétaire général de l'organisation ? Entre désaccords africains et hésitations françaises, le suspense reste entier.[...]

Guinée équatoriale : faux espoirs pour l'opposition

L'opposition équato-guinéenne, qui attendait beaucoup du dialogue national annoncé le 29 août par Teodoro Obiang Nguema, pourrait bien être déçue.[...]

Guinée équatoriale : l'appel de la présidence au dialogue national, trop beau pour être vrai ?

Le président équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema, invite toutes les composantes de l'opposition à participer à un dialogue national. Mascarade ?[...]

Guinée Équatoriale : les dessous de l'appel au dialogue national d'Obiang Nguema

En lançant le 29 août un appel au dialogue national de tous les partis politiques équato-guinéens, le président Teodoro Obiang Nguema a fait un pas vers la démocratie. Mais il reste[...]

Guinée équatoriale : Obiang Nguema appelle l'opposition au "dialogue national"

Le président équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema a appelé toutes les composantes politiques du pays, y compris l'opposition en exil, à participer à un "dialogue national" en[...]

Juan Antonio de la Morena, un premier maire noir d'Espagne très conservateur

Maire de Villamantilla, près de Madrid, depuis 2007, ce premier édile noir d'Espagne n'hésite pas à se prononcer pour le contrôle des flux migratoires.[...]

Guinée équatoriale : selon HRW, Obama doit inviter Obiang à mettre fin à la torture

Dans un rapport publié mercredi, Human Rights Watch (HRW) somme le président américain Barack Obama d'enjoindre le chef de l'État équato-guinéen à mettre fin aux violations des[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Cemac : l'histoire d'un long accouchement

Surprise ! Le 16 mars 1994 à N'Djamena, au Tchad, l'Union douanière et économique des États de l'Afrique centrale (Udeac) est morte, sans signe avant-coureur. Elle est remplacée, le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers