Extension Factory Builder
25/07/2012 à 17:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le judoka français Sofiane Milous rattrapera les jours de jeûne après les JO. Le judoka français Sofiane Milous rattrapera les jours de jeûne après les JO. © AFP

Les épreuves de JO 2012 se déroulent pendant le ramadan. Pour les quelque 3 000 sportifs musulmans présents à Londres, la question est épineuse.

Hasard du calendrier, les premiers Jeux olympiques (JO) après les révolutions arabes et la poussée des mouvements islamistes coïncident avec le mois de ramadan. L'événement se voulant « apolitique et areligieux », ni le Comité international olympique (CIO) ni l'organisation des Jeux n'ont envisagé, malgré les protestations de la Commission islamique des droits de l'homme, de la Turquie, de l'Égypte et du Maroc, de décaler le calendrier des rencontres. Les quelque 3 000 sportifs musulmans en lice se trouvent donc face à un choix épineux. Jeûner ou ne pas jeûner, là est la question.

Prudents, les Comités nationaux olympiques (CNO) n'ont pas tranché, tout en avertissant les athlètes des impacts sur l'organisme. « Pour que le jeûne n'ait pas d'effet sur les performances, il faut une longue période d'adaptation, ce qui n'est pas toujours envisageable », souligne le Dr Moncef Ben Abid, du CNO tunisien, alors qu'Anis Chaouachi, chercheur au Centre national de la médecine et des sciences des sports à Tunis, assène que, « pour ce qui est de jeûner ou pas en compétition, chacun doit faire son choix ».

Pénitence

« On peut tout à fait concourir même si on jeûne, estime le Saoudien Ossemah Masoud Alshinqiti, champion paralympique du triple saut à Pékin. On l'a déjà fait en 2008. » Mais certains pays suggèrent que les spécialistes des lois islamiques émettent un avis dispensant les sportifs en compétition d'observer le ramadan ; d'autres souhaitent que la participation aux JO soit assimilée à un voyage, qui exempte les musulmans du carême. Des oulémas estiment cependant que les athlètes qui ne jeûneront pas devront faire pénitence, car leur décision est volontaire. Pour chaque jour non respecté, ils devront jeûner soixante jours, nourrir 60 pauvres ou faire un don financier équivalent. C'est le choix de Mohamed Sbihi, de l'équipe britannique d'aviron : « Je ne jeûnerai pas ; en contrepartie, je nourrirai 1 800 démunis au Maroc. C'est une décision personnelle prise en accord avec ma famille. »

Dans tous les cas, malgré la présence de cellules d'aide et de conseil, les athlètes seront seuls face à leur décision : se donner les moyens de remporter des médailles au risque d'un opprobre public ou respecter la religion... quitte à rater le podium. 

>> Lire aussi : "JO 2012 : la mode du hijab sportswear est lancée"

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Chaud, le ramadan !

Article pr�c�dent :
JO 2012 : la mode du "hijab sportswear" est lancée

Réagir à cet article

International

Naufrages de migrants en Méditerranée : le silence des dirigeants africains

Naufrages de migrants en Méditerranée : le silence des dirigeants africains

  Les dirigeants africains se montrent remarquablement silencieux sur les naufrages de migrants en Méditerranée, qui concernent pourtant nombre de leurs citoyens, en particulier dans l'ouest du continent, une cr[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si[...]

François Durpaire : "La commémoration de la fin de l'esclavage est l'affaire de tous"

François Durpaire est historien, membre du Comité national pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage.[...]

Birmanie : les nouveaux boat people

Plus d'un million de Rohingyas, musulmans, sont privés de tout droit et confinés dans des camps de déplacés dans des conditions déplorables. Leur seul espoir ? Fuir par la mer. Au[...]

Niger - Putsch de Seyni Kountché : et si la France n'y était pour rien ?

On croyait tout savoir de la chute du président Diori, en 1974. Mais des archives encore confidentielles suggèrent que le putschiste Seyni Kountché a pris tout le monde de court. Y compris Paris.[...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le[...]

"Princess of North Sudan" : Disney accusé de glorifier le colonialisme

Le prochain Disney, encore dans les cartons, s'appuie sur l'histoire vraie d'un Américain venu planter l'étendard familial dans le nord du Soudan pour faire de sa fille une "princesse"... Au mépris[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Chine-Taïwan : nuages noirs sur le détroit

À huit mois d'une élection présidentielle à haut risque, la poignée de main très médiatisée entre Xi Jinping et Eric Chu Li-luan ne doit pas faire illusion :[...]

Génocide des Tutsis au Rwanda : déjà condamné en Allemagne, Rwabukombe sera rejugé

L'ancien maire rwandais Onesphore Rwabukombe, condamné l'an passé pour "complicité" dans le génocide des Tutsis en 1994, encourt désormais la perpétuité. Il est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers