Extension Factory Builder
25/07/2012 à 17:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le judoka français Sofiane Milous rattrapera les jours de jeûne après les JO. Le judoka français Sofiane Milous rattrapera les jours de jeûne après les JO. © AFP

Les épreuves de JO 2012 se déroulent pendant le ramadan. Pour les quelque 3 000 sportifs musulmans présents à Londres, la question est épineuse.

Hasard du calendrier, les premiers Jeux olympiques (JO) après les révolutions arabes et la poussée des mouvements islamistes coïncident avec le mois de ramadan. L'événement se voulant « apolitique et areligieux », ni le Comité international olympique (CIO) ni l'organisation des Jeux n'ont envisagé, malgré les protestations de la Commission islamique des droits de l'homme, de la Turquie, de l'Égypte et du Maroc, de décaler le calendrier des rencontres. Les quelque 3 000 sportifs musulmans en lice se trouvent donc face à un choix épineux. Jeûner ou ne pas jeûner, là est la question.

Prudents, les Comités nationaux olympiques (CNO) n'ont pas tranché, tout en avertissant les athlètes des impacts sur l'organisme. « Pour que le jeûne n'ait pas d'effet sur les performances, il faut une longue période d'adaptation, ce qui n'est pas toujours envisageable », souligne le Dr Moncef Ben Abid, du CNO tunisien, alors qu'Anis Chaouachi, chercheur au Centre national de la médecine et des sciences des sports à Tunis, assène que, « pour ce qui est de jeûner ou pas en compétition, chacun doit faire son choix ».

Pénitence

« On peut tout à fait concourir même si on jeûne, estime le Saoudien Ossemah Masoud Alshinqiti, champion paralympique du triple saut à Pékin. On l'a déjà fait en 2008. » Mais certains pays suggèrent que les spécialistes des lois islamiques émettent un avis dispensant les sportifs en compétition d'observer le ramadan ; d'autres souhaitent que la participation aux JO soit assimilée à un voyage, qui exempte les musulmans du carême. Des oulémas estiment cependant que les athlètes qui ne jeûneront pas devront faire pénitence, car leur décision est volontaire. Pour chaque jour non respecté, ils devront jeûner soixante jours, nourrir 60 pauvres ou faire un don financier équivalent. C'est le choix de Mohamed Sbihi, de l'équipe britannique d'aviron : « Je ne jeûnerai pas ; en contrepartie, je nourrirai 1 800 démunis au Maroc. C'est une décision personnelle prise en accord avec ma famille. »

Dans tous les cas, malgré la présence de cellules d'aide et de conseil, les athlètes seront seuls face à leur décision : se donner les moyens de remporter des médailles au risque d'un opprobre public ou respecter la religion... quitte à rater le podium. 

>> Lire aussi : "JO 2012 : la mode du hijab sportswear est lancée"

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même ê[...]

Chine : bébés en boîte

En Chine, où n'existent ni protection sociale ni accouchement sous X, des structures d'accueil pour enfants abandonnés - et souvent handicapés - sont mises en place.[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

Les quatre journalistes français libérés samedi après dix mois d'une éprouvante captivité en Syrie aux mains d'un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda, sont arrivés en[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces