Extension Factory Builder
27/07/2012 à 16:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Michel Thierry Atangana, suivi par la France Michel Thierry Atangana, suivi par la France © Diego Ravier pour J.A

Incarcérés depuis quinze ans, Michel Thierry Atangana et Titus Edzoa pensaient enfin sortir de prison. Mais ils ont appris, le 18 juillet, que la procédure pourrait repartir de zéro...

Ils ont longtemps attendu ce 18 juillet, guettant la fin d'une longue nuit. Titus Edzoa, l'ancien secrétaire général à la présidence, et son ex-bras droit, l'homme d'affaires français d'origine camerounaise Michel Thierry Atangana, accusés de détournements de fonds, avaient rendez-vous au tribunal de Yaoundé pour entendre le verdict qui, au bout de quinze ans de détention, leur rendrait la liberté. Leurs espoirs ont été déçus. KO debout, Atangana a envoyé un SMS désespéré à ses proches : « Après une attente de deux heures, l'audience a eu la durée record de trois minutes. L'État nous a informés de la mutation [survenue en avril, NDLR] de l'une des trois juges qui devaient prononcer la décision. Incompréhensible. »

Le verdict est reporté au 30 juillet. Pis, « il n'est pas exclu que les débats repartent de zéro, prolongeant les tourments des accusés », explique un avocat, qui estime que le ministère de la Justice aurait pu attendre l'issue du procès pour notifier sa mutation à la juge. Un habitué du palais cite l'affaire de la Société immobilière du Cameroun (SIC) où la juge Édith Ngo Djang, présidente de la cour d'appel, elle aussi mutée, avait vidé le délibéré avant de rejoindre son nouveau poste.

Souvenir cuisant

Atangana et Edzoa, dont la peine a été prononcée en octobre 1997, devaient être libérés le 12 mai dernier. Ils ont pourtant été maintenus en détention, une autre affaire de détournements de fonds ayant été diligentée il y a trois ans. Tous deux vont devoir attendre dans leur cellule la nomination d'un nouveau juge, lequel devra se prononcer sur un procès auquel il n'a pas assisté en se fiant aux pièces du dossier et aux comptes rendus du greffier. À moins qu'il ne demande la reprise des débats et des plaidoiries. Débats dont Atangana garde un souvenir cuisant. Agacés par le soutien que Paris lui apportait, avocats et représentants de l'État avaient tenté d'en faire un argument contre lui... « La France exprime le souhait que la procédure judiciaire puisse aboutir dans les meilleurs délais », a déclaré le 18 juillet Bernard Valero, le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, ajoutant que le Quai d'Orsay « continuera de suivre la situation de M. Atangana avec la plus grande attention ».

Si les deux accusés trouvent le temps long, Marafa Hamidou Yaya, l'ancien ministre de l'Administration territoriale, accusé lui aussi de détournements de fonds, redoutait au contraire une procédure trop rapide. Mais son procès, qui s'est ouvert le 16 juillet, a tourné court : le juge Gilbert Schlick l'a reporté au 24, le temps que Marafa et son coaccusé, Yves-Michel Fotso, l'ancien patron de la Cameroon Airlines, prennent connaissance de leur dossier. À son arrivée au palais de justice, l'ex-ministre a eu droit à un accueil de vedette. Il a serré des mains, et quelques « Marafa président ! » ont jailli de la foule. Les audiences ont commencé le 26 juillet.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Cameroun - Me Bertrand : 'On nous cache quelque chose sur la mort d'Albert Ebossé' en Algérie

Cameroun - Me Bertrand : "On nous cache quelque chose sur la mort d'Albert Ebossé" en Algérie

Le 23 août dernier, quelques minutes après la rencontre entre la JS Kabylie et l’USM Alger (1-2), l’attaquant camerounais de la JSK Albert Ebossé (24 ans) trouvait la mort à la sortie du te[...]

Cameroun : Martin Chungong, l'apôtre des Parlements du monde

Ce Camerounais est le premier Africain à diriger, à Genève, l'Union interparlementaire, vénérable institution créée en 1889.[...]

Investissements : le Cameroun lance un plan d'urgence avec l'appui du secteur bancaire

 Deutsch Bank, BGFI, Ecobank, Banque Atlantique et Standard Chartered Bank vont contribuer à hauteur de plus de 630 milliards F CFA au plan d'urgence triennal de 925 milliards de F CFA validé le 09[...]

CAN 2015 : les dix buteurs africains qui affolent les compteurs

Des valeurs sûres, des révélations et des come-back inespérés… Alors que la fin de l’année approche, certains joueurs africains squattent le haut du classement des buteurs des[...]

CAN 2015 : calendrier des matchs, groupes et résultats

La Coupe d'Afrique des nations (CAN) 2015 débute le 17 janvier. Consultez le calendrier complet et les résultats des matchs de la compétition qui s'achèvera le 8 février en Guinée[...]

Préparation à la CAN 2015 : Ghana, Mali, Côte d'Ivoire... tous à Abou Dhabi !

Alors que le tirage au sort de la phase finale de la CAN 2015 (17 janvier-8 février) a eu lieu le 3 décembre au soir à Malabo (Guinée Équatoriale), les seize qualifiés ont pour la[...]

Otages : les dessous d'une libération... et d'un coup de pub de la présidence camerounaise

La libération du prêtre polonais Mateusz Dziedzic et d'une trentaine d'autres otages centrafricains et camerounais fin novembre a fait couler beaucoup d'encre. La présidence y est elle aussi allé[...]

Le Camerounais Alain Nkontchou rejoint le conseil d'administration d'Ecobank

 Le conseil d'administration d'Ecobank a annoncé la nomination de quatre nouveaux administrateurs non-exécutifs à son conseil d’administration, parmi lesquels le financier camerounais Alain[...]

Cameroun : Amadou Ali - Cavaye Yéguié Djibril, l'autre guerre du Nord

Tous deux originaires du nord du Cameroun, le président de l'Assemblée nationale, Cavaye Yéguié Djibril, et vice-Premier ministre Amadou Ali se livrent une âpre bataille pour la succession[...]

La drôle de guerre du Cameroun contre Boko Haram

C'est un conflit bâtard, contre un ennemi qui se joue des frontières et qui a fait de l'Extrême-Nord sa base arrière. Personne ne sait même quand il a commencé. L'État[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers