Extension Factory Builder
27/07/2012 à 16:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Michel Thierry Atangana, suivi par la France Michel Thierry Atangana, suivi par la France © Diego Ravier pour J.A

Incarcérés depuis quinze ans, Michel Thierry Atangana et Titus Edzoa pensaient enfin sortir de prison. Mais ils ont appris, le 18 juillet, que la procédure pourrait repartir de zéro...

Ils ont longtemps attendu ce 18 juillet, guettant la fin d'une longue nuit. Titus Edzoa, l'ancien secrétaire général à la présidence, et son ex-bras droit, l'homme d'affaires français d'origine camerounaise Michel Thierry Atangana, accusés de détournements de fonds, avaient rendez-vous au tribunal de Yaoundé pour entendre le verdict qui, au bout de quinze ans de détention, leur rendrait la liberté. Leurs espoirs ont été déçus. KO debout, Atangana a envoyé un SMS désespéré à ses proches : « Après une attente de deux heures, l'audience a eu la durée record de trois minutes. L'État nous a informés de la mutation [survenue en avril, NDLR] de l'une des trois juges qui devaient prononcer la décision. Incompréhensible. »

Le verdict est reporté au 30 juillet. Pis, « il n'est pas exclu que les débats repartent de zéro, prolongeant les tourments des accusés », explique un avocat, qui estime que le ministère de la Justice aurait pu attendre l'issue du procès pour notifier sa mutation à la juge. Un habitué du palais cite l'affaire de la Société immobilière du Cameroun (SIC) où la juge Édith Ngo Djang, présidente de la cour d'appel, elle aussi mutée, avait vidé le délibéré avant de rejoindre son nouveau poste.

Souvenir cuisant

Atangana et Edzoa, dont la peine a été prononcée en octobre 1997, devaient être libérés le 12 mai dernier. Ils ont pourtant été maintenus en détention, une autre affaire de détournements de fonds ayant été diligentée il y a trois ans. Tous deux vont devoir attendre dans leur cellule la nomination d'un nouveau juge, lequel devra se prononcer sur un procès auquel il n'a pas assisté en se fiant aux pièces du dossier et aux comptes rendus du greffier. À moins qu'il ne demande la reprise des débats et des plaidoiries. Débats dont Atangana garde un souvenir cuisant. Agacés par le soutien que Paris lui apportait, avocats et représentants de l'État avaient tenté d'en faire un argument contre lui... « La France exprime le souhait que la procédure judiciaire puisse aboutir dans les meilleurs délais », a déclaré le 18 juillet Bernard Valero, le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, ajoutant que le Quai d'Orsay « continuera de suivre la situation de M. Atangana avec la plus grande attention ».

Si les deux accusés trouvent le temps long, Marafa Hamidou Yaya, l'ancien ministre de l'Administration territoriale, accusé lui aussi de détournements de fonds, redoutait au contraire une procédure trop rapide. Mais son procès, qui s'est ouvert le 16 juillet, a tourné court : le juge Gilbert Schlick l'a reporté au 24, le temps que Marafa et son coaccusé, Yves-Michel Fotso, l'ancien patron de la Cameroon Airlines, prennent connaissance de leur dossier. À son arrivée au palais de justice, l'ex-ministre a eu droit à un accueil de vedette. Il a serré des mains, et quelques « Marafa président ! » ont jailli de la foule. Les audiences ont commencé le 26 juillet.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Cameroun : prison express pour Bapès Bapès

Cameroun : prison express pour Bapès Bapès

Vingt-quatre heures. C'est le temps passé par Louis Bapès Bapès, ministre des Enseignements secondaires, derrière les barreaux avant de reprendre son travail comme si de rien n'était. Cou[...]

"Le Christ selon l'Afrique" : et il est comment le dernier Calixthe Beyala ?

Calixthe Beyala a au moins un talent : celui de faire croire à ses lecteurs occidentaux que l'Afrique n'est autre qu'une terre miséreuse victime de son passé et de la mondialisation. Une image[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Éric Jennings : "L'Afrique a financé la résistance française"

Sans l'engagement d'une partie du continent, de Gaulle aurait-il pu vaincre l'Allemagne nazie ? Pas sûr. C'est ce que démontre l'historien dans un ouvrage fort documenté, fruit d'une large enquête[...]

Cameroun : Henri Ewelé débarqué de la direction de Chanas

Le conseil d’administration de l'assureur camerounais Chanas Assurances vient de relever Henri Ewelé de son poste de directeur général. Il a été remplacé par Albert Pamsy, sept mois[...]

Alice Nkom : "L'homosexualité n'est pas importée, c'est sa répression qui l'est !"

L'avocate camerounaise Alice Nkom s'attaque, depuis plus de dix ans, à l'article 347 bis, pénalisant l'homosexualité au Cameroun. Farouche militante des droits de l'homme, elle a accepté de partager[...]

Sommet UE-Afrique : un visiteur nommé Claude Guéant

Mais à quels dirigeant(s) africain(s) Claude Guéant a-t-il rendu visite à Bruxelles ? Une piste au moins se dessine.[...]

Enlèvements au Cameroun : les forces de sécurité ratissent le terrain

Les forces de sécurité camerounaises ratissaient dimanche la région où deux prêtres italiens et une religieuse canadienne ont été enlevés dans la nuit de vendredi à[...]

Deux prêtres italiens et une religieuse canadienne ont été enlevés au Cameroun

Deux prêtres italiens et une soeur canadienne ont été enlevés au nord du Cameroun, a indiqué samedi à l'AFP le ministère des Affaires étrangères qui a mis sur pied [...]

Vidéo - Mondial 2014 : des rappeurs tournent un clip de soutien aux Lions indomptables

Le Mondial 2014 au Brésil approche à grands pas. Au Cameroun, la scène urbaine chante déjà à l'unisson "Allez les lions ! ".[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces