Extension Factory Builder
27/07/2012 à 16:28
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Michel Thierry Atangana, suivi par la France Michel Thierry Atangana, suivi par la France © Diego Ravier pour J.A

Incarcérés depuis quinze ans, Michel Thierry Atangana et Titus Edzoa pensaient enfin sortir de prison. Mais ils ont appris, le 18 juillet, que la procédure pourrait repartir de zéro...

Ils ont longtemps attendu ce 18 juillet, guettant la fin d'une longue nuit. Titus Edzoa, l'ancien secrétaire général à la présidence, et son ex-bras droit, l'homme d'affaires français d'origine camerounaise Michel Thierry Atangana, accusés de détournements de fonds, avaient rendez-vous au tribunal de Yaoundé pour entendre le verdict qui, au bout de quinze ans de détention, leur rendrait la liberté. Leurs espoirs ont été déçus. KO debout, Atangana a envoyé un SMS désespéré à ses proches : « Après une attente de deux heures, l'audience a eu la durée record de trois minutes. L'État nous a informés de la mutation [survenue en avril, NDLR] de l'une des trois juges qui devaient prononcer la décision. Incompréhensible. »

Le verdict est reporté au 30 juillet. Pis, « il n'est pas exclu que les débats repartent de zéro, prolongeant les tourments des accusés », explique un avocat, qui estime que le ministère de la Justice aurait pu attendre l'issue du procès pour notifier sa mutation à la juge. Un habitué du palais cite l'affaire de la Société immobilière du Cameroun (SIC) où la juge Édith Ngo Djang, présidente de la cour d'appel, elle aussi mutée, avait vidé le délibéré avant de rejoindre son nouveau poste.

Souvenir cuisant

Atangana et Edzoa, dont la peine a été prononcée en octobre 1997, devaient être libérés le 12 mai dernier. Ils ont pourtant été maintenus en détention, une autre affaire de détournements de fonds ayant été diligentée il y a trois ans. Tous deux vont devoir attendre dans leur cellule la nomination d'un nouveau juge, lequel devra se prononcer sur un procès auquel il n'a pas assisté en se fiant aux pièces du dossier et aux comptes rendus du greffier. À moins qu'il ne demande la reprise des débats et des plaidoiries. Débats dont Atangana garde un souvenir cuisant. Agacés par le soutien que Paris lui apportait, avocats et représentants de l'État avaient tenté d'en faire un argument contre lui... « La France exprime le souhait que la procédure judiciaire puisse aboutir dans les meilleurs délais », a déclaré le 18 juillet Bernard Valero, le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, ajoutant que le Quai d'Orsay « continuera de suivre la situation de M. Atangana avec la plus grande attention ».

Si les deux accusés trouvent le temps long, Marafa Hamidou Yaya, l'ancien ministre de l'Administration territoriale, accusé lui aussi de détournements de fonds, redoutait au contraire une procédure trop rapide. Mais son procès, qui s'est ouvert le 16 juillet, a tourné court : le juge Gilbert Schlick l'a reporté au 24, le temps que Marafa et son coaccusé, Yves-Michel Fotso, l'ancien patron de la Cameroon Airlines, prennent connaissance de leur dossier. À son arrivée au palais de justice, l'ex-ministre a eu droit à un accueil de vedette. Il a serré des mains, et quelques « Marafa président ! » ont jailli de la foule. Les audiences ont commencé le 26 juillet.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Ces humoristes africaines qui brûlent les planches parisiennes

Ces humoristes africaines qui brûlent les planches parisiennes

Vent de révolution sur les planches parisiennes ? Tout porte à croire qu’en matière de stand-up, les femmes de la diaspora africaine prennent le pouvoir. Claudia Tagbo, Tatiana Rojo, Selavie Newway et Ro[...]

Selavie Neway, la persévérante

Vent de révolution sur les planches parisiennes ? Tout porte à croire qu’en matière de stand-up, les femmes de la diaspora africaine prennent le pouvoir. Connue et reconnue au Cameroun, Selavie Neway a[...]

Qui dirige vraiment le Cameroun ?

Le président règne de loin et supervise de haut, chargeant une poignée de fidèles d'appliquer - voire de déchiffrer - ses directives. Et depuis trente-trois ans ça[...]

Un Boeing d'Air France évite de justesse une collision avec le mont Cameroun

Le crash d'un avion d'Air France a été évité de justesse au Cameroun, au début du mois de mai. C'est une alarme d'urgence qui a incité les pilotes à redresser l'appareil. Le Bureau[...]

Cameroun : sur le port de Kribi, Paul Biya joue la montre

 L'impatience grandit chez les candidats ayant postulé pour les deux terminaux, l'un à conteneurs et l'autre polyvalent, du port de Kribi, au Cameroun. Le dossier a été repris en main par la[...]

Rap camerounais : "Mboko God", de Jovi, album incontournable !

Si, comme nous, vous attendiez l'album du rappeur camerounais Jovi avec impatience, vous ne serez pas déçus. Disponible depuis le 20 mai, "Mboko God" est une réussite incontestable.[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

Football camerounais : les "stats" d'une crise historique

Trois CAN ratées, une Coupe du monde au goût amer, d'anciennes gloires qui se déchirent... Le football camerounais traverse actuellement l'une des pires périodes de son histoire. Où en est-il [...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

Rap camerounais : Tilla "La Marraine"

Impossible de passer à côté d'eux, ils illuminent la scène hip-hop camerounaise. L'un a créé son propre label, les deux autres connaissent des débuts fulgurants.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers