Extension Factory Builder
24/07/2012 à 19:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Tunisie : Chedly Ayari nommé gouverneur de la Banque centrale Tunisie : Chedly Ayari nommé gouverneur de la Banque centrale

L'Assemblée nationale constituante a nommé Chedly Ayari, ex-ministre de Bourguiba, à la tête de la Banque centrale de Tunisie par 97 voix pour et 89 contre. Portrait.

Pour son retour sur la scène publique, Chedly Ayari aurait pu rêver d’une situation plus apaisée. C’est dans un chaos indescriptible, le 19 juillet, à l’Assemblée constituante (ANC), qu’a été reporté le débat sur sa nomination au poste de gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT). Réunie le 24 juillet, l'ANC a toutefois validé sa nomination en fin d'après-midi par 97 voix pour et 89 contre. Ce ne fut pas sans difficultés. En cause notamment, son âge. À 78 ans, l’ancien ministre de Bourguiba (de1969 à 1975) et ancien président de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique n’a pas exercé de responsabilités majeures depuis plus d’un quart de siècle. « Moi-même, je me suis interrogé sur l’opportunité de sortir de ma retraite, mais les entretiens que j’ai eus avec Mustapha Ben Jaafar [président de la Constituante, NDLR] puis le chef du gouvernement, m’ont convaincu, confie-t-il à Jeune Afrique. Je n’envisage pas nécessairement d’effectuer le mandat de six ans prévu dans les statuts. »

Indépendance ?

L'agence de notation Moody's vient de faire part de ses inquiétudes quant à la stabilité macro économique du pays.

Ayari devra faire oublier Mustapha Kamel Nabli,dont le limogeage a déclenché des protestations jusque dans la majorité. Ferjani Doghmane (Ennahdha),président de la commission des finances de la Constituante, avait prévenu le gouvernement : « un changement à la tête de la Banque centrale serait mal vu. » Une crainte légitime. En coulisses, certains bailleurs de fonds évoquent le risque de voir l’institution se plier aux injonctions du pouvoir. Il y a quelques jours, l'agence de notation Moody's a fait part de ses inquiétudes quant à la stabilité macro économique du pays.« L’indépendance de la BCT est évidemment incontournable », réagit Ayari, tout en précisant que sa politique sera en synergie avec les objectifs de la troïka.

Sa priorité devrait être de soulager le secteur bancaire en trouvant une solution au problème des créances toxiques. Si d’autres noms de gouverneurs potentiels circulaient encore à Tunis la semaine dernière – comme ceux de l’économiste Moncef Cheikhrouhou et du représentant du Fonds monétaire international en Mauritanie, Tijani Najeh–, Ayari avait reçu des soutiens, dont celui de Tarek Chérif, fondateur du nouveau mouvement patronal Conect.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Tunisie : chamboule-tout diplomatique

Les missions diplomatiques tunisiennes à Washington, Paris, Berne, Rome, Le Caire, Mascate, Koweït et Oslo (entre autres) auront prochainement de nouveaux chefs.[...]

Pourquoi la Tunisie est une et indivisible

Aïssa Baccouche est sociologue et urbaniste.[...]

Tunisie : Loukil autorisé à coter sa branche automobile

La Bourse de Tunis a donné son accord de principe pour la cotation de UADH (Universal automobile distributors holding), la branche automobile du groupe tunisien Loukil. L'opération, prévue pour la seconde[...]

Tunisie : tapis rouge pour la démocratie

La visite de Béji Caïd Essebsi à Paris a été marquée par des honneurs exceptionnels. Les deux pays peuvent maintenant envisager une nouvelle amitié. En attendant que les[...]

Tunisie : l'Algérien Belmokhtar derrière l'attentat du Bardo ?

Le terroriste algérien Mokhtar Belmokhtar serait impliqué dans l'attentat du musée du Bardo, le 18 mars à Tunis.[...]

Tunisie : en attendant les hélicoptères Black Hawk

Plusieurs hélicoptères vont être mis à disposition de l'armée tunisienne par les Émirats arabes unis, en attendant la livraison de douze appareils Black Hawk commandés aux[...]

Tunisie : l'école, premier rempart contre l'obscurantisme

Pourquoi tant de jeunes éduqués, comme l'un des tueurs du Musée du Bardo, partent combattre en Syrie ? Une partie de la réponse se trouve peut-être dans la faillite du système[...]

Racisme en Tunisie : Saadia Mosbah, l'indignée

De retour d'une tournée dans le Sud, l'égérie tunisienne de la lutte contre le racisme appelle à un débat national, mais peine à se faire entendre.[...]

Tunisie : le festival "Jazz à Carthage", la culture à cor et à cri

Initialement prévue pour le 8 avril, le festival de musique tunisien "Jazz à Carthage" débutera finalement le 10 avril. En cause, l’annulation de plusieurs artistes américains, qui[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2689p014-015-bis.xml2 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2689p014-015-bis.xml2 from 172.16.0.100