Extension Factory Builder
24/07/2012 à 19:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Tunisie : Chedly Ayari nommé gouverneur de la Banque centrale Tunisie : Chedly Ayari nommé gouverneur de la Banque centrale

L'Assemblée nationale constituante a nommé Chedly Ayari, ex-ministre de Bourguiba, à la tête de la Banque centrale de Tunisie par 97 voix pour et 89 contre. Portrait.

Pour son retour sur la scène publique, Chedly Ayari aurait pu rêver d’une situation plus apaisée. C’est dans un chaos indescriptible, le 19 juillet, à l’Assemblée constituante (ANC), qu’a été reporté le débat sur sa nomination au poste de gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT). Réunie le 24 juillet, l'ANC a toutefois validé sa nomination en fin d'après-midi par 97 voix pour et 89 contre. Ce ne fut pas sans difficultés. En cause notamment, son âge. À 78 ans, l’ancien ministre de Bourguiba (de1969 à 1975) et ancien président de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique n’a pas exercé de responsabilités majeures depuis plus d’un quart de siècle. « Moi-même, je me suis interrogé sur l’opportunité de sortir de ma retraite, mais les entretiens que j’ai eus avec Mustapha Ben Jaafar [président de la Constituante, NDLR] puis le chef du gouvernement, m’ont convaincu, confie-t-il à Jeune Afrique. Je n’envisage pas nécessairement d’effectuer le mandat de six ans prévu dans les statuts. »

Indépendance ?

L'agence de notation Moody's vient de faire part de ses inquiétudes quant à la stabilité macro économique du pays.

Ayari devra faire oublier Mustapha Kamel Nabli,dont le limogeage a déclenché des protestations jusque dans la majorité. Ferjani Doghmane (Ennahdha),président de la commission des finances de la Constituante, avait prévenu le gouvernement : « un changement à la tête de la Banque centrale serait mal vu. » Une crainte légitime. En coulisses, certains bailleurs de fonds évoquent le risque de voir l’institution se plier aux injonctions du pouvoir. Il y a quelques jours, l'agence de notation Moody's a fait part de ses inquiétudes quant à la stabilité macro économique du pays.« L’indépendance de la BCT est évidemment incontournable », réagit Ayari, tout en précisant que sa politique sera en synergie avec les objectifs de la troïka.

Sa priorité devrait être de soulager le secteur bancaire en trouvant une solution au problème des créances toxiques. Si d’autres noms de gouverneurs potentiels circulaient encore à Tunis la semaine dernière – comme ceux de l’économiste Moncef Cheikhrouhou et du représentant du Fonds monétaire international en Mauritanie, Tijani Najeh–, Ayari avait reçu des soutiens, dont celui de Tarek Chérif, fondateur du nouveau mouvement patronal Conect.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Gouvernement tunisien : pourquoi Afek Tounes a jeté l'éponge

Gouvernement tunisien : pourquoi Afek Tounes a jeté l'éponge

Le parti tunisien Afek Tounes déplore la méthode de négociation quelque peu expéditive du Premier ministre désigné, Habib Essid, pour la formation de son gouvernement.[...]

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Ennemies au Moyen-Orient, les deux grandes mouvances de l'islamisme radical ont tendance à s'imbriquer à mesure que l'on s'éloigne du foyer syro-irakien.[...]

Tunisie : Habib Essid a formé son gouvernement

Après de longues et complexes tractations avec les partis, Habib Essid, le nouveau chef de l’exécutif tunisien, a bouclé vendredi la composition de son gouvernement qu’il présentera[...]

Former le gouvernement tunisien, le casse-tête de Habib Essid

Nouveau chef de l'exécutif tunisien, Habib Essid continue de chercher la formule idéale pour son futur gouvernement, dont la composition doit être annoncée, selon des sources au sein de son [...]

CAN 2015 : la Tunisie assomme les Chipolopolos

Les Zambiens, longtemps dominateurs, ont ouvert le score par Emmanuel Mayuka à l'heure de jeu. Mais les Chipolopolos ont ensuite payé leurs occasions manquées. Résultat, c'est la Tunisie qui a[...]

Tunisie : Selma Elloumi recadrée par BCE

Selma Elloumi, députée de Nabeul, souhaitait abandonner son mandat parlementaire pour devenir conseillère du président tunisien Béji Caïd Essebsi. Qui n'a pas apprécié.[...]

Tunisie : Mohsen Marzouk, l'éminence grise de BCE

Nommé début janvier conseiller spécial du président tunisien avec rang de ministre, en charge des affaires politiques, Mohsen Marzouk fait désormais partie du cercle de confiance de Béji[...]

CAN 2015 : La Tunisie déçoit face au Cap-Vert

Dans le deuxième match du groupe B, la Tunisie a été surprise par les Cap-Verdiens qui ont égalisé sur un penalty litigieux (1-1). Les Aigles de Carthage devront hausser leur niveau de jeu pour[...]

CAN 2015 : ça s'annonce corsé...

Le Nigeria, tenant du titre, ne sera pas là, et une bonne demi-douzaine de sélections peuvent prétendre à sa succession. Avec, dans le costume du favori, l'Algérie. Suspense assuré[...]

Tunisie : pour Z, caricaturiste, "la liberté l'emporte sur la sécurité"

Pour le caricaturiste tunisien Z, contraint à l'anonymat, "Charlie Hebdo" a eu raison de ne "pas s'incliner, de montrer que l'impertinence survivra", comme ils l'ont fait en dessinant de nouveau le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2689p014-015-bis.xml2 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2689p014-015-bis.xml2 from 172.16.0.100