Extension Factory Builder
24/07/2012 à 19:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Tunisie : Chedly Ayari nommé gouverneur de la Banque centrale Tunisie : Chedly Ayari nommé gouverneur de la Banque centrale

L'Assemblée nationale constituante a nommé Chedly Ayari, ex-ministre de Bourguiba, à la tête de la Banque centrale de Tunisie par 97 voix pour et 89 contre. Portrait.

Pour son retour sur la scène publique, Chedly Ayari aurait pu rêver d’une situation plus apaisée. C’est dans un chaos indescriptible, le 19 juillet, à l’Assemblée constituante (ANC), qu’a été reporté le débat sur sa nomination au poste de gouverneur de la Banque centrale de Tunisie (BCT). Réunie le 24 juillet, l'ANC a toutefois validé sa nomination en fin d'après-midi par 97 voix pour et 89 contre. Ce ne fut pas sans difficultés. En cause notamment, son âge. À 78 ans, l’ancien ministre de Bourguiba (de1969 à 1975) et ancien président de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique n’a pas exercé de responsabilités majeures depuis plus d’un quart de siècle. « Moi-même, je me suis interrogé sur l’opportunité de sortir de ma retraite, mais les entretiens que j’ai eus avec Mustapha Ben Jaafar [président de la Constituante, NDLR] puis le chef du gouvernement, m’ont convaincu, confie-t-il à Jeune Afrique. Je n’envisage pas nécessairement d’effectuer le mandat de six ans prévu dans les statuts. »

Indépendance ?

L'agence de notation Moody's vient de faire part de ses inquiétudes quant à la stabilité macro économique du pays.

Ayari devra faire oublier Mustapha Kamel Nabli,dont le limogeage a déclenché des protestations jusque dans la majorité. Ferjani Doghmane (Ennahdha),président de la commission des finances de la Constituante, avait prévenu le gouvernement : « un changement à la tête de la Banque centrale serait mal vu. » Une crainte légitime. En coulisses, certains bailleurs de fonds évoquent le risque de voir l’institution se plier aux injonctions du pouvoir. Il y a quelques jours, l'agence de notation Moody's a fait part de ses inquiétudes quant à la stabilité macro économique du pays.« L’indépendance de la BCT est évidemment incontournable », réagit Ayari, tout en précisant que sa politique sera en synergie avec les objectifs de la troïka.

Sa priorité devrait être de soulager le secteur bancaire en trouvant une solution au problème des créances toxiques. Si d’autres noms de gouverneurs potentiels circulaient encore à Tunis la semaine dernière – comme ceux de l’économiste Moncef Cheikhrouhou et du représentant du Fonds monétaire international en Mauritanie, Tijani Najeh–, Ayari avait reçu des soutiens, dont celui de Tarek Chérif, fondateur du nouveau mouvement patronal Conect.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : ces clubs où les VIP se retrouvent (EB OK VEN 29)

Révolution oblige, l'ostentation n'est plus de mise en Tunisie. On ne se cache pas, certes, mais mieux vaut tout de même se faire discret en ne s'exhibant que dans certaines occasions. Reste qu'un brin de friv[...]

Tunisie : Ennahdha lorgne les portefeuilles sociétaux

Ennahdha ambitionne d'influencer la société tunisienne en profondeur. Son premier objectif pour y parvenir : s'emparer des portefeuilles dits "sociétaux".[...]

Tunisie : quand l'Histoire tombe en ruine

Négligé ou pillé sous Ben Ali, le patrimoine archéologique pâtit aujourd'hui d'une gestion défaillante imputable à une absence de coordination et à un manque de[...]

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex