Extension Factory Builder
25/07/2012 à 19:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les insurgés de l'ASL affrontent les forces gouvernementales, à Damas, le 18 juillet. Les insurgés de l'ASL affrontent les forces gouvernementales, à Damas, le 18 juillet. © Anonymous/AP/Sipa

La mort des principaux responsables de l'appareil sécuritaire semble annoncer la fin du régime Assad. Tour d'horizon des scénarios possibles.

Jamais la maison Assad n'a semblé aussi fragile. L'attentat à la bombe qui, le 18 juillet, a décapité l'appareil sécuritaire du régime est sans conteste le coup le plus rude qu'il a reçu depuis le début de l'insurrection, en mars 2011. Cette opération a coûté la vie à Assef Chawkat, le beau-frère de Bachar al-Assad, aux généraux Daoud Rajha, son ministre de la Défense, et Hassan Turkmani, coordonnateur de la cellule antisubversion, ainsi qu'à Hicham Bakhtiar, le patron du renseignement militaire. Il s'agit donc de la première grande victoire militaire de l'opposition, jusque-là engluée dans de byzantines querelles de leadership. Un succès d'autant plus éclatant que cet attentat a déclenché la bataille de Damas. Désormais, la capitale syrienne n'est plus épargnée par la guérilla qui sévissait dans les bastions de l'insurrection : le croissant Deraa-Homs-Idleb.

Dès l'annonce de l'identité des victimes de l'attentat, les quartiers populaires de Damas Yarmouk et Qaboun se sont embrasés, provoquant une fuite massive de Damascènes vers la frontière libanaise, à 40 km. On parle de plus de 10 000 nouveaux réfugiés en quelques heures.

Présentée depuis plusieurs mois déjà comme imminente par les chancelleries occidentales et les relais de l'opposition syrienne, la chute de Bachar al-Assad semble plus proche que jamais. Toutefois, bien malin celui qui pourrait dire quand et comment. Connaîtra-t-il une fin similaire à celle de Mouammar Kadhafi, un lynchage public ? Mourra-t-il sur une potence érigée par une justice de vainqueurs, à l'instar de Saddam Hussein ? Aura-t-il le temps de négocier un départ « civilisé », comme l'a annoncé, le 20 juillet, Alexandre Orlov, l'ambassadeur de Russie en France - information aussitôt démentie par les autorités syriennes ? Bref, un scénario à la libyenne, à l'irakienne ou à la yéménite. Dans les deux premiers cas, il serait brutalement renversé, capturé ou exécuté. Les forces de la disparate Armée syrienne libre (ASL) seraient alors les mieux placées pour s'emparer du pouvoir. Ultraminoritaires, les éléments salafistes constitueraient le principal obstacle à l'édification d'un État réellement démocratique et la contagion menacerait deux voisins fragiles : le Liban et la Jordanie. La nouvelle donne ne simplifierait pas non plus la cohabitation avec Israël, notamment sur la question du Golan. Un scénario à la yéménite aurait, lui, pour but d'éviter une évolution à l'irakienne en maintenant intactes les structures de l'État.

Forteresse

Pour l'heure, aucune personnalité de l'opposition ne semble s'affirmer comme le successeur possible d'un Bachar fugitif. Les pistes menant à son oncle Rifaat ou au fils de ce dernier, Ribal, paraissent farfelues. Tout comme le recours à Abdel Halim Khaddam, l'ancien vice-président. La personnalité la plus consensuelle de l'ancien régime est sans doute Farouk al-Chareh, actuel vice-président et ex-chef de la diplomatie. Réputé intègre et resté à l'écart des opérations de répression, il aurait pu assurer la continuité de l'État durant une période de transition. Toutefois, son retrait de la scène depuis le début de l'insurrection exclut une telle éventualité.

Si la disparition des principaux cadres de l'appareil sécuritaire est surmontée, un autre scénario pourrait être envisagé : que Bachar se retire en pays alaouite, transformé en forteresse confessionnelle. Une solution imaginée dans les années 1920 déjà, quand la puissance mandataire française avait songé à la création d'un État alaouite. Mais, d'un scénario à l'autre, la partie semble d'ores et déjà finie pour Assad. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Israël : les fous du Temple

Israël : les fous du Temple

À l'origine des tensions actuelles à Jérusalem, le courant messianique juif ne cesse de gagner du terrain. Et menace d'enterrer toute perspective de paix avec le monde arabe.[...]

Le groupe EI affirme avoir décapité un Américain et 18 soldats syriens

Le groupe ultra-radical Etat islamique (EI) a revendiqué l'exécution par décapitation de l'otage américain Peter Kassig, enlevé en Syrie, et d'au moins 18 soldats syriens, dans une vidéo[...]

Soufisme : islam du coeur, coeur de l'islam

Voie de réalisation spirituelle, le courant mystique de la religion musulmane exprime la quintessence de la Révélation. Aux antipodes du littéralisme rigoriste des salafistes.[...]

La prière des mortes

- Au Nigeria, les quelques lycéennes rescapées des geôles de Boko Haram - parmi les 276 jeunes filles enlevées le 14 avril à Chibok, dans l'est du pays - racontent leur[...]

Palestine : 13 novembre 1974, discours historique de Yasser Arafat à l'ONU

Alors que le monde entier célébrait le 11 novembre les dix ans de la mort de Yasser Arafat, le 13 novembre est une autre date importante de son destin politique. Il y a quarante ans, le leader palestinien[...]

Dix ans après sa mort, les rameaux de Yasser Arafat sont fanés

En acceptant de renoncer à la violence et de reconnaître l'État hébreu, Abou Ammar avait fait naître des espoirs de paix. Dix ans après sa mort, ils se sont presque évanouis.[...]

Israël - Palestine : tensions sur l'esplanade des Mosquées

Troisième lieu saint de l'islam et site le plus sacré du judaïsme, l'esplanade des Mosquées, à Jérusalem, est au centre de toutes les tensions.[...]

Allemagne : Raed Saleh, tombeur de murs

Le maire de Berlin, Klaus Wowereit, quittera ses fonctions le 11 décembre. Candidat à sa succession, Raed Saleh, un Palestinien de 37 ans.[...]

La candidature du Libanais Michel Sleiman à l'OIF n'était qu'une rumeur

L'élection du successeur d'Abdou Diouf approche et les rumeurs continuent d'aller bon train. Celle qui avançait une candidature de Michel Sleiman s'est éteinte.[...]

Photographie : rap et résistance en Palestine

Le photographe Pierre Mérimée et le journaliste Jacques Denis sont partis à la rencontre des artistes hip-hop palestiniens. Plus qu'un moyen d'expression, leur musique est un cri de révolte.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers