Extension Factory Builder
25/07/2012 à 19:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les insurgés de l'ASL affrontent les forces gouvernementales, à Damas, le 18 juillet. Les insurgés de l'ASL affrontent les forces gouvernementales, à Damas, le 18 juillet. © Anonymous/AP/Sipa

La mort des principaux responsables de l'appareil sécuritaire semble annoncer la fin du régime Assad. Tour d'horizon des scénarios possibles.

Jamais la maison Assad n'a semblé aussi fragile. L'attentat à la bombe qui, le 18 juillet, a décapité l'appareil sécuritaire du régime est sans conteste le coup le plus rude qu'il a reçu depuis le début de l'insurrection, en mars 2011. Cette opération a coûté la vie à Assef Chawkat, le beau-frère de Bachar al-Assad, aux généraux Daoud Rajha, son ministre de la Défense, et Hassan Turkmani, coordonnateur de la cellule antisubversion, ainsi qu'à Hicham Bakhtiar, le patron du renseignement militaire. Il s'agit donc de la première grande victoire militaire de l'opposition, jusque-là engluée dans de byzantines querelles de leadership. Un succès d'autant plus éclatant que cet attentat a déclenché la bataille de Damas. Désormais, la capitale syrienne n'est plus épargnée par la guérilla qui sévissait dans les bastions de l'insurrection : le croissant Deraa-Homs-Idleb.

Dès l'annonce de l'identité des victimes de l'attentat, les quartiers populaires de Damas Yarmouk et Qaboun se sont embrasés, provoquant une fuite massive de Damascènes vers la frontière libanaise, à 40 km. On parle de plus de 10 000 nouveaux réfugiés en quelques heures.

Présentée depuis plusieurs mois déjà comme imminente par les chancelleries occidentales et les relais de l'opposition syrienne, la chute de Bachar al-Assad semble plus proche que jamais. Toutefois, bien malin celui qui pourrait dire quand et comment. Connaîtra-t-il une fin similaire à celle de Mouammar Kadhafi, un lynchage public ? Mourra-t-il sur une potence érigée par une justice de vainqueurs, à l'instar de Saddam Hussein ? Aura-t-il le temps de négocier un départ « civilisé », comme l'a annoncé, le 20 juillet, Alexandre Orlov, l'ambassadeur de Russie en France - information aussitôt démentie par les autorités syriennes ? Bref, un scénario à la libyenne, à l'irakienne ou à la yéménite. Dans les deux premiers cas, il serait brutalement renversé, capturé ou exécuté. Les forces de la disparate Armée syrienne libre (ASL) seraient alors les mieux placées pour s'emparer du pouvoir. Ultraminoritaires, les éléments salafistes constitueraient le principal obstacle à l'édification d'un État réellement démocratique et la contagion menacerait deux voisins fragiles : le Liban et la Jordanie. La nouvelle donne ne simplifierait pas non plus la cohabitation avec Israël, notamment sur la question du Golan. Un scénario à la yéménite aurait, lui, pour but d'éviter une évolution à l'irakienne en maintenant intactes les structures de l'État.

Forteresse

Pour l'heure, aucune personnalité de l'opposition ne semble s'affirmer comme le successeur possible d'un Bachar fugitif. Les pistes menant à son oncle Rifaat ou au fils de ce dernier, Ribal, paraissent farfelues. Tout comme le recours à Abdel Halim Khaddam, l'ancien vice-président. La personnalité la plus consensuelle de l'ancien régime est sans doute Farouk al-Chareh, actuel vice-président et ex-chef de la diplomatie. Réputé intègre et resté à l'écart des opérations de répression, il aurait pu assurer la continuité de l'État durant une période de transition. Toutefois, son retrait de la scène depuis le début de l'insurrection exclut une telle éventualité.

Si la disparition des principaux cadres de l'appareil sécuritaire est surmontée, un autre scénario pourrait être envisagé : que Bachar se retire en pays alaouite, transformé en forteresse confessionnelle. Une solution imaginée dans les années 1920 déjà, quand la puissance mandataire française avait songé à la création d'un État alaouite. Mais, d'un scénario à l'autre, la partie semble d'ores et déjà finie pour Assad. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Le Yémen, l'eau, la guerre

Il y a plus d'une vingtaine d'années, un chercheur canadien, appelons-le Stéphane L., était venu nous rendre visite au centre de recherche où je travaillais alors, à l'École des mi[...]

Yémen : Abd Rabbo Mansour Hadi, sans fleurs ni couronne

Vaincu par la milice chiite houthiste, le président du Yémen a fui le pays. Ce n'est pas la gloire, aux yeux de ses compatriotes...[...]

"Taxi Téhéran" : la caméra sur 4 roues de Jafar Panahi

Depuis qu'Abbas Kiarostami a cessé de tourner en Iran et se fait rare, le cinéma de la République islamique n'a plus qu'un fer de lance capable de s'imposer sur le plan international : Jafar Panahi. [...]

État islamique : vivre le califat

Le seul nom de Daesh, auteur de violentes exactions, suscite la terreur. Mais sur les territoires conquis, le groupe tente aussi de gagner les coeurs et les esprits et de s'imposer en tant qu'État.[...]

Émirats arabes unis : des ouvriers se révoltent et incendient leur chantier

Des ouvriers travaillant à la construction d'un campus universitaire, dans le nord des Émirats arabes unis, se sont révoltés en incendiant une partie des bâtiments de leur chantier. Des[...]

Israël - Palestine : Tony Blair, envoyé spécieux

Chargé de favoriser le processus de paix, il aura surtout profité de sa position pour s'en mettre plein les poches. À la grande consternation des Palestiniens.[...]

Mathieu Guidère : "La compétition d'Aqmi et de l'État islamique en Tunisie est un facteur aggravant"

L'attraction du groupe terroriste de l'État islamique sur les jihadistes africains se fait de plus en plus forte. Décryptage des conséquences de ce phénomène avec l'islamologue Mathieu[...]

Yémen : les rebelles chiites Houthis s'emparent du palais présidentiel à Aden

Nouveau succès militaire des Houthis et leurs alliés au Yémen : les rebelles chiites ont mis la main sur le palais présidentiel de la ville d'Aden jeudi, huit jours après le début de la[...]

Yémen : des dizaines de civils tués dans des frappes de la coalition arabe

Une frappe aérienne de la campagne militaire arabe au Yémen a touché, lundi, un camp de déplacés situé dans le nord-ouest du pays. Des dizaines de civils ont été[...]

Yémen : le jihad des Saoud

D'un côté, une rébellion houthiste soutenue par l'Iran. De l'autre, Tempête décisive, une coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite. Au milieu de ce champ de bataille entre[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2689p013.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2689p013.xml0 from 172.16.0.100