Extension Factory Builder
23/07/2012 à 15:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La jeune cavalière saoudienne Dalma Rushdi Malhas, 20 ans, n'a pas pu se qualifier. La jeune cavalière saoudienne Dalma Rushdi Malhas, 20 ans, n'a pas pu se qualifier. © AFP

À quelques jours de l'ouverture des Jeux olympiques de Londres, le royaume wahhabite d'Arabie saoudite est désormais le seul pays dont la délégation ne comptera aucune femme.

L'Arabie saoudite n'est pas précisément un modèle d'émancipation du beau sexe. Sur le plan sportif, elle fait même désormais figure d'exception depuis que le Qatar et le sultanat de Brunei, à la demande du Comité international olympique (CIO), ont accepté d'envoyer des femmes aux Jeux de Londres (27 juillet-12 août).

En mars, pour contourner l'intransigeance de Riyad, le CIO a décidé d'inviter la jeune cavalière Dalma Rushdi Malhas, 20 ans, une Saoudienne née aux États-Unis, à participer aux épreuves d'équitation pour représenter le royaume. Si ce dernier acceptait l'invitation, il se voyait en retour accordé le droit d'aligner une délégation cent pour cent masculine dans la discipline. Portée par une (petite) volonté d'ouverture du roi Abdallah, l'Arabie saoudite a fait savoir dans un premier temps qu'elle « ne s'y opposait pas », avant que le Comité olympique saoudien annonce, à la mi-juin, que le royaume n'enverrait aucune athlète féminine aux Jeux. Décision infirmée le 24 juin par son ambassade à Londres, qui a indiqué que Riyad allait autoriser pour la première fois des athlètes féminines à participer aux JO. Sauf que, deux jours plus tard, la Fédération équestre internationale (FEI) annonçait que, à cause d'une blessure de sa monture, Dalma Rushdi Malhas avait finalement échoué à se qualifier pour Londres. Retour, ou presque, à la case départ.

Incertitudes

Alors que le compte à rebours touche à sa fin, « le CIO est en train d'examiner, selon Ingmar De Vos, secrétaire général de la FEI, le cas d'un certain nombre d'athlètes saoudiennes dans d'autres disciplines ». Viendront, viendront pas, les paris sont ouverts.

On peut en tout cas s'étonner face à de telles tergiversations alors que le règlement des JO dispose que « toute forme de discrimination fondée sur des considérations de sexe ou autres est incompatible avec l'appartenance au mouvement olympique ». Même le Soudan, l'Iran ou encore le Pakistan ont assoupli les règles en matière de pratique sportive féminine. En totale adéquation avec les principes de l'islam.

Un règlement que les Saoudiens ont jusqu'à présent ostensiblement foulé aux pieds sans jamais encourir la moindre sanction, alors que l'Afrique du Sud avait été tenue éloignée des JO aussi longtemps qu'a sévi l'apartheid.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un [...]

Jihad : la cyber-guerre est déclarée

Aqmi, Boko Haram, Shebab somaliens... Les jihadistes africains s'appuient sur la Toile pour diffuser leur propagande et recruter à tour de bras. Pourraient-ils aller jusqu'à déstabiliser des[...]

Mahmoud Abbas attendu à Addis-Abeba pour le sommet de l'UA

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, est attendu vendredi à Addis-Abeba pour l’ouverture du sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Union[...]

Gaza : l'ONU suspend son aide à la reconstruction, faute d'argent

L'ONU a annoncé mardi suspendre son aide financière à des dizaines de milliers de Palestiniens de Gaza, laquelle visait à réparer leurs maisons ou payer leurs loyers. Motif : l'organisation est[...]

Arabie saoudite : Salman Ibn Abdelaziz Al Saoud, la continuité sans le changement

Le roi Abdallah est mort, vive son frère ! Le 25e fils du fondateur du royaume d'Arabie saoudite accède au trône, à l'âge de 79 ans. Trop vieux pour incarner le changement dans un pays[...]

Syrie : Daesh revendique l'assassinat d'un otage japonais

Le groupe Etat islamique a revendiqué dimanche l'exécution d'un otage nippon, réclamant que soit relâchée une jihadiste en échange de la libération du deuxième Japonais aux[...]

SOS islam

Pour les intéressés, le sujet est tabou, mais il est grand temps qu'ils l'abordent de front et sans oeillères. Mis à l'index, méconnu, objet de tous les clichés, le monde[...]

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Ennemies au Moyen-Orient, les deux grandes mouvances de l'islamisme radical ont tendance à s'imbriquer à mesure que l'on s'éloigne du foyer syro-irakien.[...]

La guerre du sacré n'aura pas lieu

Dans les banlieues françaises ou à Casablanca, au Caire, à Islamabad ou à Tataouine, Charlie Hebdo n'a pas bonne presse. À cause, bien sûr, des caricatures du prophète[...]

Arabie Saoudite : 5 choses à savoir sur le roi Salmane Ben Abdel Aziz, successeur d'Abdallah

Qui est Salmane Ben Abdel Aziz, l'ancien numéro 2 du royaume d'Arabie Saoudite, devenu roi vendredi 23 janvier ? Réponse en 5 points.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2688p046NEW-bis.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2688p046NEW-bis.xml0 from 172.16.0.100