Extension Factory Builder
27/07/2012 à 11:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Des Israéliens manifestent le 7 juillet à Tel Aviv pour réclamer le service militaire pour tous. Des Israéliens manifestent le 7 juillet à Tel Aviv pour réclamer le service militaire pour tous. © AFP

Poussé par l'opinion laïque, le gouvernement israélien veut imposer le service militaire à tous, notamment aux Arabes et aux ultraorthodoxes, jusqu'ici exemptés. Mais cette réforme sème le trouble.

En Israël, le service militaire s'inscrit comme une étape de la vie. Il est imposé à chaque jeune qui atteint la majorité : trois ans pour les hommes, deux ans pour les femmes, et des périodes de réserve plus ou moins régulières jusqu'à l'âge de 45 ans. Dans un pays en état de guerre permanent depuis sa création, s'enrôler sous les drapeaux reste largement perçu comme un rite de citoyenneté, voire un acte de patriotisme.

Cette conscription vaut à Tsahal l'appellation d'armée du peuple. Elle a pourtant toujours épargné deux catégories de la population : les Arabes israéliens et les ultraorthodoxes. Si les premiers sont exemptés au motif qu'ils pourraient à tout moment basculer dans le camp ennemi, les seconds bénéficient d'un statut privilégié qui remonte à David Ben Gourion, quand 400 séminaristes ultraorthodoxes furent dispensés d'obligations militaires afin de poursuivre leurs études en yeshiva (école talmudique).

Au fil des années l'exception s'est transformée en règle sans qu'aucun cadre légal soit défini.

Mais au fil des années l'exception s'est transformée en règle sans qu'aucun cadre légal soit défini. Ce n'est qu'en 2002 que l'exemption des haredim (« craignant Dieu ») fut actée par la loi Tal, celle-ci leur offrant la possibilité de refuser un enrôlement dans l'armée ou de différer l'échéance. Le débat sur une conscription universelle, en d'autres termes sur la fin du privilège dont bénéficient les ultra­orthodoxes, n'a depuis cessé de prendre de l'ampleur. D'autant qu'à la faveur d'une démographie galopante la proportion des « hommes en noir » est passée de 2 % de la population dans les années 1970 à près de 15 % aujourd'hui.

Sanctions

Comme souvent en Israël, la polémique est née d'une décision de la Cour suprême. En février, la plus haute instance démocratique de l'État hébreu estimait que la loi Tal était anticonstitutionnelle et qu'elle serait considérée comme caduque à compter du 1er août, donnant de facto le statut de déserteur à quelque 70 000 jeunes ultraorthodoxes. « Les ressortissants arabes et les haredim doivent partager le fardeau », a tranché le Premier ministre, Benyamin Netanyahou. La commission Plasner, qu'il a mandatée pour élaborer une réforme du service militaire, propose que pour chaque classe d'appelés un quota de 1 500 ultraorthodoxes puisse poursuivre ses études religieuses. Mais elle prône aussi des sanctions fiscales ou financières contre ceux qui se soustrairaient à leurs obligations militaires. Quant aux Arabes israéliens (20 % de la population), ils seraient progressivement soumis à un service national civil.

Reste que ce projet met en péril la coalition au pouvoir. D'un côté, les partis religieux (16 sièges) refusent tout compromis sur cette question, arguant que les prières acharnées des jeunes ultraorthodoxes participent à la défense du pays. De l'autre, la formation d'extrême droite Israel Beitenou (15 sièges) du ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman réclame le service militaire pour tous. Pour ne rien arranger, le parti centriste Kadima (28 sièges) menace de quitter le gouvernement si celui-ci ne mène pas la réforme à son terme, faisant ressurgir l'hypothèse d'élections anticipées.

Dans la presse, les éditorialistes ne donnent pas cher des chances du Premier ministre de faire prévaloir son point de vue, « car il n'est pas affectivement bâti pour une telle rupture avec ses alliés religieux », prédit Ben Caspit dans les colonnes du quotidien Maariv. Pendant ce temps, la rue laïque gronde et accentue un peu plus la pression. Le 7 juillet, 20 000 Israéliens ont bruyamment défilé à Tel-Aviv. Lassés d'être des « pigeons », ils ne veulent plus être les seuls à porter la sacro-sainte sécurité d'Israël sur leurs épaules.

__

Maxim Perez, à Jérusalem

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Documentaire : 'Eau argentée', contre la guerre

Documentaire : "Eau argentée", contre la guerre

Le documentaire "Eau argentée" de Ossama Mohammed et Simav, sorti en salles le 17 décembre à Paris, est un bouleversant témoignage sur le conflit syrien et un âpre réquisitoir[...]

État palestinien : comment la France a (presque) dit oui...

Après leurs homologues britanniques, irlandais et espagnols, les députés français ont à leur tour invité leur gouvernement  à reconnaître l'État de[...]

Le pétrole sera moins cher

L'année 2014 ne s'achève que dans trois semaines, mais 2015 occupe déjà tous les esprits. Je vous propose donc de commencer à nous interroger sur ce que promet de nous apporter[...]

Cisjordanie : un ministre de l'Autorité palestinienne meurt dans des heurts avec des soldats israéliens

Il manifestait pacifiquement contre les confiscations de terres, près de Ramallah, en Cisjordanie. Victime, selon un de ses collaborateurs, d'un coup de crosse porté par un soldat israélien, Ziad Abou[...]

Migration clandestine : la Méditerranée, "route la plus mortelle du monde" en 2014

En 2014, 3 419 migrants en quête d’un avenir meilleur ont perdu la vie en tentant de traverser la Méditerranée, selon un rapport rendu public mercredi par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les[...]

Sous pression, le Qatar officialise son rapprochement avec l'Égypte

La crise ouverte au sein des monarchies pétro-gazières du Golfe par le soutien du Qatar aux Frères musulmans persécutés en Égypte est désormais officiellement refermée. Dans[...]

Islam : le cheikh d'Al-Azhar condamne la "barbarie" de l'État islamique

Ahmed al-Tayeb, le cheikh d'Al-Azhar, a condamné mercredi les "crimes barbares commis par le groupe État islamique (EI) en Irak et en Syrie" lors d'une conférence internationale.[...]

Les députés français adoptent une résolution en faveur de la reconnaissance de l'État palestinien

Les députés français ont adopté mardi une résolution en faveur de la reconnaissance de l'État palestinien. Ce texte n'est toutefois pas contraignant pour l'État français.[...]

Iran : Soleimani le magnifique

Coordinateur de la résistance chiite irakienne contre l'État islamique, le chef des opérations extérieures des Gardiens de la révolution a été élevé au rang de[...]

Israël : Benyamin Netanyahou entre deux feux

Le Premier ministre israélien veut éviter une troisième Intifada tout en satisfaisant ses alliés qui le poussent à plus de fermeté. Pas simple.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers