Extension Factory Builder
25/07/2012 à 12:52
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le pétrole, l'une des principales raisons du conflit qui oppose les deux Soudans. Le pétrole, l'une des principales raisons du conflit qui oppose les deux Soudans. © AFP

Un an après l'indépendance du Sud, les deux voisins sont incapables de résoudre leurs différends. En cause : le tracé de la frontière et le partage des revenus de l'or noir.

Indépendance : voilà un beau mot que bien des pays africains, après des années de colonisation, ont chacun modelé à leur manière. Liesse populaire, espoirs, déceptions ont rythmé les hauts et les bas de longs et complexes processus. Mais rarement naissance aura été plus mouvementée que celle, arrachée au forceps après quelque quarante ans de guerre civile, du Soudan du Sud. Le 9 juillet, le 54e État africain a fêté sa première année d'existence. Dans la capitale, Djouba, la foule en liesse était là, comme les chants, les concerts de klaxon, les invités de marque et le défilé militaire à proximité du mémorial John-Garang, père de la nation décédé dans un accident d'hélicoptère en 2005. Mais, au-delà de cette joie de façade, c'est l'inquiétude qui dominait. Le président, Salva Kiir, ne l'a pas caché : « Nous avons combattu pour le droit d'appartenir à la communauté des nations libres et nous l'avons gagné. Mais, puisque nous dépendons toujours des autres, notre liberté est aujourd'hui incomplète. Nous ne devons pas être seulement libérés, nous devons être économiquement indépendants. »

De ce point de vue, la partie est loin d'être gagnée. Après des mois de tensions avec Khartoum, Djouba a en effet choisi de fermer le robinet pétrolier afin de ne pas avoir à payer les taxes exorbitantes exigées par le Nord pour faire transiter le brut jusqu'à Port-Soudan : plus de 30 euros par baril alors qu'un prix raisonnable, quoique élevé, se situerait entre 4 et 6 euros. Ce faisant, Djouba se privait de 98 % de ses revenus. Des maux qui s'ensuivirent, l'inflation galopante n'est pas le pire.

Notre liberté est incomplète. Nous devons être économiquement indépendants.

SALVA KIIR, Président du Soudan du Sud

Les "insectes" du sud

En avril, les deux pays se sont militairement affrontés dans les zones (pétrolifères) frontalières contestées de Heglig et d'Abyei. L'escalade aurait pu - et peut toujours - dégénérer en conflit ouvert. Le président soudanais, Omar el-Béchir, qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt lancé par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide au Darfour, n'hésitait pas à dire du Soudan du Sud : « Nous le considérons comme un insecte [...] cherchant à détruire le Soudan, et notre principal but désormais est d'éliminer complètement cet insecte. » Depuis, les deux capitales se sont engagées à cesser les hostilités, sans pour autant parvenir à un accord sur le partage de la manne pétrolière et le tracé de la frontière.

Si Djouba, qui ne possède ni industrie ni agriculture, souffre de la fermeture de ses puits, le Nord - qui a perdu 75 % de ses anciennes réserves de brut lors de la partition - paie aussi le prix fort de cette incapacité à s'entendre. Plus encore que le manque de libertés publiques, la crise économique a, ces dernières semaines, poussé bien des citoyens soudanais à sortir dans les rues pour manifester, à leurs risques et périls, leur hostilité à Omar el-Béchir. Depuis l'annonce de nouvelles mesures d'austérité, mi-juin, et notamment de la baisse des subventions sur le carburant, le gouvernement a du mal à gérer une contestation urbaine grandissante malgré un recours intense à la force et aux gaz lacrymogènes.

« Le petit homme de Khartoum », comme l'a qualifié son homologue ougandais, Yoweri Museveni, semble ne pas percevoir ce petit vent de Printemps arabe et prêche pour une nouvelle loi fondamentale : « Nous voulons une Constitution 100 % islamique, sans communisme, ni laïcisme, ni influences occidentales », a-t-il déclaré. Et bien entendu, il ne s'est pas rendu à Djouba, où Salva Kiir l'avait invité pour le premier anniversaire du Soudan du Sud : il s'est contenté d'y dépêcher son vice-ministre des Affaires étrangères.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Soudan

'Princess of North Sudan' : Disney accusé de glorifier le colonialisme

"Princess of North Sudan" : Disney accusé de glorifier le colonialisme

Le prochain Disney, encore dans les cartons, s'appuie sur l'histoire vraie d'un Américain venu planter l'étendard familial dans le nord du Soudan pour faire de sa fille une "princesse"... Au mépris[...]

Soudan du Sud : 300 000 personnes sans assistance, l'ONU suspend ses opérations

En raison des combats qui frappent le nord du Soudan du Sud, les Nations unies et MSF ont annoncé leur retrait.[...]

Soudan : Omar el-Béchir réélu président avec 94,5% des voix

Selon la commission électorale, le président Omar el-Béchir a été réélu, sans surprise, avec un score stalinien de 94,5% des voix. Le chef de l'État soudanais est au pouvoir[...]

Militaro-islamisme

Les semaines se suivent et ne se ressemblent pas ! La semaine dernière, nous nous sommes félicités de cette belle "alternance à la nigériane" : début avril, le plus grand[...]

Classement "Time" 2015 : qui sont les Africains les plus influents du monde ?

L'hebdomadaire américain "Time" a publié mercredi sa liste annuelle des 100 personnalités les plus influentes du monde. Dans le lot, quelques Africains : Muhammadu Buhari, président[...]

Présidentielle au Soudan : deux candidats indépendants se retirent

Dénonçant des irrégularités dans le processus électoral en cours dans le pays, deux candidats indépendants se sont retirés mercredi de l'élection présidentielle au[...]

Le français BRL Ingénierie va mesurer l'impact du barrage de la Renaissance sur les eaux du Nil

Le cabinet d'études français BRL Ingénierie a été choisi pour mesurer l'impact de la construction du barrage Grande Renaissance sur les ressources en eau du Nil, a appris "Jeune[...]

Présidentielle au Soudan : pourquoi Omar el-Béchir va être réélu

Les élections générales soudanaises, présidentielle et législatives, se déroulent les 13, 14 et 15 avril. Quelque 13 millions d'électeurs, pour une population estimée[...]

Des rebelles s'emparent de matériel électoral au Soudan

Des rebelles de la région du Kordofan-Sud au Soudan ont affirmé dimanche s'être emparé d'un camion transportant des urnes destinées aux élections générales prévues la[...]

Répartition des eaux du Nil : on ne fait plus de vagues

Fini la discorde entre l'Éthiopie, l'Égypte et le Soudan. Ce lundi 23 mars, les trois pays ont signé un accord de principe pour la construction du barrage éthiopien Grande renaissance.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers