Extension Factory Builder
26/07/2012 à 11:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les Lions indomptables sur la pelouse du stade de Sydney après leur victoire aux JO en 2000. Les Lions indomptables sur la pelouse du stade de Sydney après leur victoire aux JO en 2000. © AFP

Ancien attaquant des Lions indomptables du Cameroun, champions olympiques en 2000 et vainqueurs de la Coupe d'Afrique des nations en 2000 et 2002

Privilégié que je suis, j'ai eu cette immense chance de représenter mon pays, le Cameroun, aux Jeux olympiques (JO). Alors, lorsque l'on m'interroge sur le souvenir que j'en ai gardé, je réponds volontiers : « L'important c'est - presque - d'y participer. » Comment en effet ne pas reconnaître que vivre les Jeux olympiques est une chance unique ? Le bonheur de participer à une ou plusieurs olympiades est, toutes proportions gardées, similaire à une paternité. On les estime toutes. Bien entendu, comme pour tout vrai défi, chaque athlète ambitieux cherche à décrocher la timbale. Mais ne nous perdons pas dans ces considérations.

L'année 2000 fut pour moi l'occasion de m'échapper, de m'évader, de profiter de mon statut de sportif de haut niveau pour prendre part - je l'ai découvert ensuite - à la plus grande manifestation sportive au monde. Nous étions réunis loin de nos bases, à l'autre bout du monde, à Sydney, en Australie.

J'ai pu participer, avec beaucoup de bonheur, à deux Coupes du monde de football, en 1998 et 2002. Ce fut à mes yeux presque aussi beau. Presque seulement ! Il y a certes nombre de points communs : le monde entier s'arrête pour admirer ses athlètes, la sécurité est parfaitement maîtrisée, etc. Toutefois, les JO de Sydney m'ont ouvert les yeux sur une tout autre dimension.

Le nombre de pays représentés est sans commune mesure, les récompenses tombent chaque jour. Il n'y a pas de répit, et un incroyable perfectionnisme se dégage des attitudes des participants.

Le plus marquant, c'est certainement l'intérieur du village olympique, là où tout se concentre. L'atmosphère y est unique ! L'abondance de services (salles de jeux, espaces de fitness, internet, balnéothérapie, etc.) et le fait que tous puissent être entretenus, choyés à l'extrême, voire adulés, sécurise tout le monde. On peut s'y sentir « grand » !

Le respect d'autrui semble être une règle tacitement observée. La communauté est implicitement composée de personnes de tous sexes, âges, origines, mentalités, corpulences, disciplines, races ou pays. Les attitudes y sont respectueuses et non ostentatoires. Si, logiquement, seuls quelques-uns sont les figures de proue, personne n'est mis à l'écart. Il y a toujours quelque chose à découvrir. Au village règnent les nobles sentiments de tolérance, de simplicité mais surtout d'humilité. Seuls le temps qui file et, dans une autre mesure, les langues parlées par les uns et les autres peuvent être les limites à cet espace de communion et d'échanges incomparable.

Évidemment, la compétition elle-même est ce qui est le plus visible du public. Foule nombreuse, chaleureuse et bruyante, celui-ci permet aux protagonistes de se surpasser. Joies et peines s'entremêlent au milieu de sports divers et variés. Pour certains, la clameur et la participation des spectateurs sont nécessaires. Pour d'autres, le silence doit être observé au moment de l'action. C'est la magie des Jeux.

Loin de moi l'envie de mettre en avant les succès que j'ai pu obtenir dans ma carrière de footballeur. Toutefois, comment ne pas évoquer une fois de plus le moment vécu le 30 septembre 2000 ? Un stade de plus de 100 000 places, presque toutes occupées, un ciel dégagé, une affiche (Cameroun-Espagne) extraordinaire. Un suspense bien particulier est venu s'ajouter à un match qui ne sortira plus des mémoires des Camerounais, sortis vainqueurs de cet affrontement.

Que dire de l'instant unique où l'hymne du (des) médaillé(s) d'or retentit, quand le drapeau est hissé vers les cieux ? Le respect de l'institution est à ce moment à son comble, et le degré de fierté qui pénètre le vainqueur est incommensurable. En tout cas, bien difficile à retranscrire en quelques mots. En ce qui me concerne, rien ne pourra me faire oublier ces instants uniques.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Cameroun

Rap camerounais : 'Mboko God', de Jovi, album incontournable !

Rap camerounais : "Mboko God", de Jovi, album incontournable !

Si, comme nous, vous attendiez l'album du rappeur camerounais Jovi avec impatience, vous ne serez pas déçus. Disponible depuis le 20 mai, "Mboko God" est une réussite incontestable.[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

Football camerounais : les "stats" d'une crise historique

Trois CAN ratées, une Coupe du monde au goût amer, d'anciennes gloires qui se déchirent... Le football camerounais traverse actuellement l'une des pires périodes de son histoire. Où en est-il [...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

Rap camerounais : Tilla "La Marraine"

Impossible de passer à côté d'eux, ils illuminent la scène hip-hop camerounaise. L'un a créé son propre label, les deux autres connaissent des débuts fulgurants.[...]

Mondial 2022 au Qatar : trois hauts dirigeants du football africain nommément accusés de corruption

Au mois de juin 2014, le "Sunday Times" publiait une enquête dénonçant l'existence d'un système de pots-de-vin ayant conduit à l’attribution de la Coupe du monde de football au[...]

Rap camerounais : hip hip-hop hourra !

Les rappeurs camerounais vivent une véritable success-story. Leur recette ? Ils utilisent les langues du pays, évoquent le quotidien de leurs compatriotes et s'adressent directement à la jeunesse.[...]

Cameroun : Douala-Yaoundé par la nationale 3, l'axe du mal

La nationale 3 au Cameroun est l'une des routes les plus dangereuses au monde. Et ce ne sont pas quelques radars qui feront ralentir les chauffards.[...]

Unis pour le Cameroun : Boko Haram ? Même pas peur !

Unis pour le Cameroun, un collectif apolitique, a rassemblé plus de 20 000 personnes contre Boko Haram. Entraînant finalement dans leur mouvement le pouvoir et l'opposition[...]

Jeu vidéo : Aurion, un Fantasy à l'africaine

La société Kiro'o Games lance Aurion, un jeu vidéo entièrement conçu au pays. Séduira-t-il les marchés américain et européen ?[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers