Extension Factory Builder
26/07/2012 à 11:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les Lions indomptables sur la pelouse du stade de Sydney après leur victoire aux JO en 2000. Les Lions indomptables sur la pelouse du stade de Sydney après leur victoire aux JO en 2000. © AFP

Ancien attaquant des Lions indomptables du Cameroun, champions olympiques en 2000 et vainqueurs de la Coupe d'Afrique des nations en 2000 et 2002

Privilégié que je suis, j'ai eu cette immense chance de représenter mon pays, le Cameroun, aux Jeux olympiques (JO). Alors, lorsque l'on m'interroge sur le souvenir que j'en ai gardé, je réponds volontiers : « L'important c'est - presque - d'y participer. » Comment en effet ne pas reconnaître que vivre les Jeux olympiques est une chance unique ? Le bonheur de participer à une ou plusieurs olympiades est, toutes proportions gardées, similaire à une paternité. On les estime toutes. Bien entendu, comme pour tout vrai défi, chaque athlète ambitieux cherche à décrocher la timbale. Mais ne nous perdons pas dans ces considérations.

L'année 2000 fut pour moi l'occasion de m'échapper, de m'évader, de profiter de mon statut de sportif de haut niveau pour prendre part - je l'ai découvert ensuite - à la plus grande manifestation sportive au monde. Nous étions réunis loin de nos bases, à l'autre bout du monde, à Sydney, en Australie.

J'ai pu participer, avec beaucoup de bonheur, à deux Coupes du monde de football, en 1998 et 2002. Ce fut à mes yeux presque aussi beau. Presque seulement ! Il y a certes nombre de points communs : le monde entier s'arrête pour admirer ses athlètes, la sécurité est parfaitement maîtrisée, etc. Toutefois, les JO de Sydney m'ont ouvert les yeux sur une tout autre dimension.

Le nombre de pays représentés est sans commune mesure, les récompenses tombent chaque jour. Il n'y a pas de répit, et un incroyable perfectionnisme se dégage des attitudes des participants.

Le plus marquant, c'est certainement l'intérieur du village olympique, là où tout se concentre. L'atmosphère y est unique ! L'abondance de services (salles de jeux, espaces de fitness, internet, balnéothérapie, etc.) et le fait que tous puissent être entretenus, choyés à l'extrême, voire adulés, sécurise tout le monde. On peut s'y sentir « grand » !

Le respect d'autrui semble être une règle tacitement observée. La communauté est implicitement composée de personnes de tous sexes, âges, origines, mentalités, corpulences, disciplines, races ou pays. Les attitudes y sont respectueuses et non ostentatoires. Si, logiquement, seuls quelques-uns sont les figures de proue, personne n'est mis à l'écart. Il y a toujours quelque chose à découvrir. Au village règnent les nobles sentiments de tolérance, de simplicité mais surtout d'humilité. Seuls le temps qui file et, dans une autre mesure, les langues parlées par les uns et les autres peuvent être les limites à cet espace de communion et d'échanges incomparable.

Évidemment, la compétition elle-même est ce qui est le plus visible du public. Foule nombreuse, chaleureuse et bruyante, celui-ci permet aux protagonistes de se surpasser. Joies et peines s'entremêlent au milieu de sports divers et variés. Pour certains, la clameur et la participation des spectateurs sont nécessaires. Pour d'autres, le silence doit être observé au moment de l'action. C'est la magie des Jeux.

Loin de moi l'envie de mettre en avant les succès que j'ai pu obtenir dans ma carrière de footballeur. Toutefois, comment ne pas évoquer une fois de plus le moment vécu le 30 septembre 2000 ? Un stade de plus de 100 000 places, presque toutes occupées, un ciel dégagé, une affiche (Cameroun-Espagne) extraordinaire. Un suspense bien particulier est venu s'ajouter à un match qui ne sortira plus des mémoires des Camerounais, sortis vainqueurs de cet affrontement.

Que dire de l'instant unique où l'hymne du (des) médaillé(s) d'or retentit, quand le drapeau est hissé vers les cieux ? Le respect de l'institution est à ce moment à son comble, et le degré de fierté qui pénètre le vainqueur est incommensurable. En tout cas, bien difficile à retranscrire en quelques mots. En ce qui me concerne, rien ne pourra me faire oublier ces instants uniques.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Cameroun

Everjobs veut doper le marché de l'emploi en Afrique

Everjobs veut doper le marché de l'emploi en Afrique

Everjobs a choisi le Cameroun pour lancer ses activités, le 23 avril. Opérationnel en Côte d’Ivoire, au Sénégal et en Ouganda, ce portail d'offres d'emploi développé par A[...]

Cameroun : 19 morts dans une attaque de Boko Haram

L'attaque menée dans la nuit de jeudi à vendredi par le groupe islamiste nigérian Boko Haram sur le village de Bia, dans la région de l'Extrême-Nord du Cameroun, a fait 19 morts dont une[...]

Cameroun : une attaque de Boko Haram fait 10 morts dans l'Extrême-Nord

Dans la nuit de jeudi à vendredi, ce sont dix civils camerounais qui ont été tués par Boko Haram, lors d'une attaque du village de Bia, dans l'Extrême-Nord du pays, à la frontière du[...]

Rwanda, Côte d'Ivoire, RDC... : Stromae annonce une grande tournée africaine avec 8 dates de concert dans 8 pays

Stromae a annoncé vendredi les dates de sa première tournée africaine. Le chanteur de "Papaoutai" se rendra au Sénégal, en Côte d'Ivoire, au Cap-Vert au Cameroun, au Gabon, au[...]

N'ayons pas peur de toucher aux constitutions !

Yann Gwet est un entrepreneur et essayiste camerounais. Diplômé de Sciences Po Paris, il vit et travaille au Cameroun. Bas les pattes ! Du Burundi aux Congo, en passant par le Rwanda, le message est identique :[...]

Les français Marck et Ineo veulent équiper les casques bleus africains

 Le groupe Marck et Ineo Support Global, filiale de GDF Suez, vont collaborer pour la fourniture d'équipement aux policiers et aux soldats mis à la disposition de l'ONU par les États africains.[...]

Stanley Enow : "Ce qui manquait au rap camerounais, c'était moi"

Nommé "Révélation de l’année" aux derniers MTV Africa Music Awards, à Durban en Afrique du Sud, Stanley Enow est aujourd'hui le fer de lance du rap camerounais. Avec un album[...]

Acha Leke, mentor d'élite chez McKinsey

Destiné à une belle carrière dans la Silicon Valley, ce Camerounais a finalement choisi l'Afrique. Consultant pour le cabinet américain, il accompagne les leaders d'aujourd'hui et de demain.[...]

Jovi, rappeur camerounais : "L'Afrique a le potentiel pour prolonger l'ère du hip-hop"

Il travaille avec Akon, lance sa musique dans les écouteurs de Youssoupha, mais rien, chez Jovi, ne trahit un penchant pour le bling-bling. Le rappeur basé à Yaoundé prêche[...]

Afrique centrale et Boko Haram : la solidarité attendra

Les fonds promis par les États d'Afrique centrale aux membres qui sont directement concernés par la lutte contre Boko Haram tardent à être versés.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2688p032.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2688p032.xml0 from 172.16.0.100