Extension Factory Builder
26/07/2012 à 11:21
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Les Lions indomptables sur la pelouse du stade de Sydney après leur victoire aux JO en 2000. Les Lions indomptables sur la pelouse du stade de Sydney après leur victoire aux JO en 2000. © AFP

Ancien attaquant des Lions indomptables du Cameroun, champions olympiques en 2000 et vainqueurs de la Coupe d'Afrique des nations en 2000 et 2002

Privilégié que je suis, j'ai eu cette immense chance de représenter mon pays, le Cameroun, aux Jeux olympiques (JO). Alors, lorsque l'on m'interroge sur le souvenir que j'en ai gardé, je réponds volontiers : « L'important c'est - presque - d'y participer. » Comment en effet ne pas reconnaître que vivre les Jeux olympiques est une chance unique ? Le bonheur de participer à une ou plusieurs olympiades est, toutes proportions gardées, similaire à une paternité. On les estime toutes. Bien entendu, comme pour tout vrai défi, chaque athlète ambitieux cherche à décrocher la timbale. Mais ne nous perdons pas dans ces considérations.

L'année 2000 fut pour moi l'occasion de m'échapper, de m'évader, de profiter de mon statut de sportif de haut niveau pour prendre part - je l'ai découvert ensuite - à la plus grande manifestation sportive au monde. Nous étions réunis loin de nos bases, à l'autre bout du monde, à Sydney, en Australie.

J'ai pu participer, avec beaucoup de bonheur, à deux Coupes du monde de football, en 1998 et 2002. Ce fut à mes yeux presque aussi beau. Presque seulement ! Il y a certes nombre de points communs : le monde entier s'arrête pour admirer ses athlètes, la sécurité est parfaitement maîtrisée, etc. Toutefois, les JO de Sydney m'ont ouvert les yeux sur une tout autre dimension.

Le nombre de pays représentés est sans commune mesure, les récompenses tombent chaque jour. Il n'y a pas de répit, et un incroyable perfectionnisme se dégage des attitudes des participants.

Le plus marquant, c'est certainement l'intérieur du village olympique, là où tout se concentre. L'atmosphère y est unique ! L'abondance de services (salles de jeux, espaces de fitness, internet, balnéothérapie, etc.) et le fait que tous puissent être entretenus, choyés à l'extrême, voire adulés, sécurise tout le monde. On peut s'y sentir « grand » !

Le respect d'autrui semble être une règle tacitement observée. La communauté est implicitement composée de personnes de tous sexes, âges, origines, mentalités, corpulences, disciplines, races ou pays. Les attitudes y sont respectueuses et non ostentatoires. Si, logiquement, seuls quelques-uns sont les figures de proue, personne n'est mis à l'écart. Il y a toujours quelque chose à découvrir. Au village règnent les nobles sentiments de tolérance, de simplicité mais surtout d'humilité. Seuls le temps qui file et, dans une autre mesure, les langues parlées par les uns et les autres peuvent être les limites à cet espace de communion et d'échanges incomparable.

Évidemment, la compétition elle-même est ce qui est le plus visible du public. Foule nombreuse, chaleureuse et bruyante, celui-ci permet aux protagonistes de se surpasser. Joies et peines s'entremêlent au milieu de sports divers et variés. Pour certains, la clameur et la participation des spectateurs sont nécessaires. Pour d'autres, le silence doit être observé au moment de l'action. C'est la magie des Jeux.

Loin de moi l'envie de mettre en avant les succès que j'ai pu obtenir dans ma carrière de footballeur. Toutefois, comment ne pas évoquer une fois de plus le moment vécu le 30 septembre 2000 ? Un stade de plus de 100 000 places, presque toutes occupées, un ciel dégagé, une affiche (Cameroun-Espagne) extraordinaire. Un suspense bien particulier est venu s'ajouter à un match qui ne sortira plus des mémoires des Camerounais, sortis vainqueurs de cet affrontement.

Que dire de l'instant unique où l'hymne du (des) médaillé(s) d'or retentit, quand le drapeau est hissé vers les cieux ? Le respect de l'institution est à ce moment à son comble, et le degré de fierté qui pénètre le vainqueur est incommensurable. En tout cas, bien difficile à retranscrire en quelques mots. En ce qui me concerne, rien ne pourra me faire oublier ces instants uniques.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Cameroun

Cameroun : coup d'accélérateur pour le barrage de Nachtigal

Cameroun : coup d'accélérateur pour le barrage de Nachtigal

Le mégabarrage camerounais de Nachtigal, au coût estimé à 1 milliard de dollars, avance. Selon les informations recueillies par "Jeune Afrique", les principaux termes du contrat de réali[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique du Sud : que nous apprend le scandale des "Spy Cables" ?

Des documents révélant les échanges entre les services secrets sud-africains et leurs homologues étrangers et publiés depuis lundi par la chaîne Al-Jazeera et le quotidien britannique The[...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

"Plus jamais Ebola..." : ce sera sans Manu Dibango

Manu Dibango s'est retiré d'un projet musical de sensibilisation à la lutte contre Ebola. Il n'aurait pas supporté que des personnes soient rétribuées pour ce projet censé être[...]

Boko Haram, une guerre qui coûte cher au Cameroun

Le nerf de la guerre contre Boko Haram est un souci de première importance au Cameroun.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Boko Haram : la sale guerre a commencé

Composée des troupes du Cameroun, du Niger, du Nigeria et du Tchad, la force régionale s'est lancée dans la bataille pour enrayer l'avancée de la secte jihadiste Boko Haram. Une course contre la[...]

Cameroun : Afriland First Bank ouvre une agence dédiée à la finance islamique

Le groupe bancaire camerounais vient d'ouvrir à Yaoundé sa première agence spécialisée dans la finance islamique et envisage une extension du réseau au reste du pays. Une première[...]

Boko Haram, la tactique du boucher

Le groupe islamiste agit-il en ordre dispersé ou suivant une véritable stratégie militaire ? De batailles en massacres, son organisation se dévoile peu à peu.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2688p032.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2688p032.xml0 from 172.16.0.100