Extension Factory Builder
18/07/2012 à 15:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'ex-numéro un mondiale a tenu sa première raquette à l'âge de 4 ans. L'ex-numéro un mondiale a tenu sa première raquette à l'âge de 4 ans. © Sipa

Renaître de ses cendres, la championne américaine de tennis Serena Williams en a fait sa spécialité tout au long de sa carrière.

Le 7 juillet dernier, à 30 ans, la célèbre joueuse a gagné son cinquième tournoi de Wimbledon. Un énième come-back au sommet pour celle qui, après deux opérations du pied et une embolie pulmonaire en 2011, était tombée à la 200e place du classement mondial de la Women's Tennis Association. À la fin du match, Serena s'est allongée sur le cours qu'elle connaît par coeur et a déclaré, la voix tremblante : « C'est un incroyable retour. Tous les titres sont spéciaux, mais celui-là l'est encore plus. Je ne rêvais même pas de pouvoir revenir ici. »

Elle possède pourtant l'un des palmarès les plus impressionnants de l'histoire du tennis : 42 titres, dont 14 du Grand Chelem. L'ancienne numéro un mondiale surpasse même son aînée, Venus. Sa rivale sur le terrain, sa plus grande complice en dehors. Leurs vies, leurs parcours, sont indissociables.

Née pour gagner

Tout commence en 1978. Richard Williams, père de famille d'une banlieue de Los Angeles, décide, après avoir regardé un match de tennis à la télévision - et vu le montant des récompenses -, d'avoir deux autres filles et d'en faire « les meilleures [joueuses de tennis, NDLR] que la Terre ait portées ». Nées à un an d'intervalle, Venus et Serena vont rapidement réaliser ce dessein paternel. Raquette en main à 4 ans, programmées pour réussir, elles deviennent toutes deux professionnelles à 14 ans. Quand elles débarquent dans le monde aseptisé du tennis des années 1990, les deux jeunes femmes noires détonnent. Tresses afros, perles, bijoux et couleurs : c'était ça, les soeurs Williams ! Serena a d'ailleurs lancé sa propre ligne de vêtements en 2004 : Aneres - son prénom inversé.

Très pieuse

Les deux soeurs deviennent de véritables icônes. Serena est la plus sulfureuse. Très disciplinée, très pieuse - elle est Témoin de Jéhovah -, elle se distingue par ses coups de gueule fracassants. Comme en demi-finale de l'US Open 2009 où, pour avoir menacé une juge de ligne - « Je jure devant Dieu de vous enfoncer la balle dans la gorge » -, elle avait écopé d'une amende record de 82 500 dollars (54 700 euros). Après la maladie, les blessures et un drame - l'assassinat de l'une de ses soeurs en 2003 -, Serena Williams semble aujourd'hui sereine.

Seuls quatre titres du Grand Chelem lui manquent pour égaler Martina Navratilova et Chris Evert. « C'est le début d'une grande période. Ma carrière n'est pas finie », a-t-elle lancé après sa dernière consécration. Pas de doute donc, la légende est bien vivante...

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est totaleme[...]

Allemagne, la crise d'asthme

Les mauvaises nouvelles se succèdent, l'économie s'essouffle et le spectre de la récession menace. Mais Angela Merkel refuse d'infléchir sa politique. Louable opiniâtreté ou[...]

Algérie : nouveau blocage dans l'enquête sur la mort des moines de Tibhirine ?

Les magistrats français qui se sont rendus en Algérie la semaine dernière n'ont pas pu emporter les prélèvements effectués sur les restes des crânes des sept moines[...]

Migration : quand les Africains ne défendent pas les Africains

En pleine polémique européenne sur l’immigration, Daxe Dabré n’a pas honte de publier le livre "Je suis noir : j'ai honte...". Aiguillon salutaire dans le débat ou ramassis de[...]

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Des boucles d'oreille aux peluches en forme de virus, les produits dérivés à l'effigie d'Ebola se multiplient sur la Toile. Alors que l'épidémie fait rage, avec un bilan de 10 000 cas en Afrique[...]

Canada : un militaire et un assaillant tués après une fusillade au Parlement d'Ottawa

Un tireur, décrit comme un "terroriste" par le Premier ministre canadien, a tué mercredi un soldat à Ottawa et semé la panique au Parlement avant d'être abattu par la police.[...]

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement[...]

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

 Pour prendre la succesion de Christophe de Margerie, décédé le 20 octobre dans un accident d'avion, le groupe français Total a confié le poste de président du Conseil[...]

Ebola : "Je suis un Libérien, pas un virus", la campagne qui veut vaincre la stigmatisation

#IamALiberianNotAVirus (comprenez : "Je suis un Libérien, pas un virus"). C'est la nouvelle campagne qui anime les réseaux sociaux américains pour lutter contre la stigmatisation des personnes[...]

Ebola : mille patients guéris en Afrique de l'Ouest et deux rémissions occidentales

Il y a parfois des nouvelles heureuses dans les tragédies. L'annonce de Médecins sans frontières du "1 000è survivant" d'Ebola sorti de ses centres en Afrique de l'Ouest, ainsi que celle de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers