Extension Factory Builder
11/07/2012 à 17:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le club de Getafe s'est fait escroqué par des faux investisseurs moyen-orientaux. Le club de Getafe s'est fait escroqué par des faux investisseurs moyen-orientaux. © AFP

Le club de Getafe, qui joue en Liga espagnole, a été victime d'une énorme escroquerie montée par de faux investisseurs moyen-orientaux. Il n'est pas le seul.

Pays parmi les plus métissés au monde, le Brésil ne manque pas de diversité. Un Carioca peut donc fort bien ressembler à un Danois, à un Italien, à un Congolais ou à un Arabe. Le réseau d'escrocs que la police catalane a réussi à démanteler à la mi-juin n'avait sans doute pas poussé très loin ses investigations anthropologiques, mais il avait trouvé un cheikh arabe très présentable - et surtout, pas cher - en la personne d'un... serveur brésilien.

Dans l'Espagne en crise, un billet de 50 euros royalement offert par des individus à la morale douteuse peut faire tourner bien des têtes. L'appât brésilien qui touchait cette somme ridicule pour chacune de ses prestations n'était qu'un maillon d'une chaîne bien huilée. Le système était simple. Surfant sur la vague des investissements arabes (du Golfe) dans le football européen (Paris-SG, Malaga, Manchester City), les escrocs avaient proposé au club de Getafe, confronté à de graves difficultés financières, de lui apporter une aide comprise entre 10 millions et 20 millions d'euros dont le versement se serait étalé sur plusieurs années, sous réserve du maintien de l'équipe en Liga. Ángel Torres, le président de Getafe (une cité-dortoir de la banlieue sud de Madrid), avait, comme plusieurs entrepreneurs espagnols, prêté une oreille plus qu'attentive à ce baratin. Bien entendu, les aigrefins avaient exigé en échange le versement d'une caution garantissant la solvabilité du club...

Photos truquées

Ébloui par les somptueuses réceptions organisées dans des palaces de Barcelone et des photos truquées montrant les faux investisseurs en compagnie du roi Juan Carlos, Torres s'est laissé abuser. Il n'a déchanté qu'après avoir déposé à sa banque les deux premiers chèques établis par les prétendus investisseurs : ils n'étaient pas provisionnés. Une dizaine d'autres sociétés auraient été victimes de cette escroquerie de grande ampleur, mais on ne connaît pas le montant total du préjudice.

Sept personnes ont déjà été interpellées, et la police catalane laisse entendre que les arrestations devraient se poursuivre. Ce qui signifie que la liste des pigeons risque de s'allonger.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Mali : SOS Tombouctou

Article pr�c�dent :
États-Unis : la vie de Barack Obama est un roman

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

France-Maroc : Rabat appelle à tourner la page de la crise diplomatique

France-Maroc : Rabat appelle à tourner la page de la crise diplomatique

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, a appelé samedi à tourner la page de la crise diplomatique entre son pays et la France, confirmant un plein rétablissement de [...]

Chine : la "chasse aux renards" est ouverte

Les autorités ont entrepris de pourchasser jusqu'en Europe ou en Afrique les responsables politiques et économiques convaincus de corruption. Une traque difficile ? Oui, mais extrêmement fructueuse.[...]

Cambodge : le docteur-la-mort, l'aiguille et le sida

Comment plus deux cents villageois de la province de Battambang ont-ils été contaminés par le virus du sida ? Un étrange médecin est dans le collimateur des enquêteurs.[...]

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Bienvenue dans notre horizon musical de la semaine ![...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces[...]

Peine de mort aux États-Unis : trois questions soulevées par l'exécution de Warren Hill

Un prisonnier africain-américain a été exécuté aux États-Unis mardi 27 janvier. Cet homme, condamné pour meurtre, aurait pu être gracié en raison de son handicap [...]

Livres - Gaston-Paul Effa : "La France est frappée d'amnésie"

L’écrivain franco-camerounais Gaston-Paul Effa restitue, dans "Rendez-vous avec l’heure qui blesse", le destin de Raphaël Élizé, un Martiniquais déporté au camp de [...]

France : escarpins sur tapis de prière, une oeuvre censurée puis réexposée

L'installation de l'artiste Zoulikah Bouabdellah, d'abord retirée à la demande de son auteur d'une exposition en banlieue parisienne après qu'une association musulmane avait mis en garde sur un risque[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2687p058.xml1 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2687p058.xml1 from 172.16.0.100