Extension Factory Builder
12/07/2012 à 12:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'artiste présente 'Leïla et Ben Ali : une histoire sanglante' à Newcastle. L'artiste présente "Leïla et Ben Ali : une histoire sanglante" à Newcastle. © Kalpesh Lathigra/J.A

Lotfi Achour voulait faire de la politique, la vie en a décidé autrement : son engagement s'exprime aujourd'hui sur les planches des théâtres.

La Tunisie et la France : Lotfi Achour porte en lui ces deux pays. Et, s'il ne cesse de s'interroger sur l'identité dans son oeuvre, il considère qu'il n'en a pas. Ou alors qu'elle n'est pas figée, mais plurielle, constamment en mouvement. « Après la révolution tunisienne, le débat a été détourné des vraies questions de liberté et de justice sociale et ramené sur le terrain de l'identité nationale par les islamistes, juge le metteur en scène, d'une voix grave et élégante. Tout le monde est tombé dans ce piège. » Lotfi Achour vit entre Tunis et Paris, au gré de ses projets. « Chacun choisit de se définir comme il l'entend. Je ne ressens aucun malaise, ni en Tunisie, ni en France. »

Ses deux derniers spectacles interrogent justement les représentations et les perceptions de l'autre. Dans Hobb Story, qui traite à la fois de l'amour, du sexe et de la télé, il s'intéresse aux relations amoureuses chez les Arabes. Dans La Comédie indigène, à travers l'histoire de la colonisation française, il démonte le processus de fabrication des clichés et des fantasmes. « J'aime déconstruire les discours, dit-il. Depuis quelques années, je ne crée plus de fables classiques mais un théâtre de collages, comme en arts plastiques. Je procède par thématiques, que j'essaie d'éclairer sous plusieurs angles. »

Engagement

Lotfi Achour est un enfant de Bab Souika, un quartier de la médina de Tunis. Il y a fait ses études à l'école publique et à l'école coranique, s'exprimant en arabe et en français dès l'âge de 4 ans. « J'étais en lien réel avec mon histoire, mon milieu. » Tous les dimanches, il allait voir deux films au cinéma. De là lui est venue l'envie de jouer. Du collège aussi où, à 11 ans, il s'est inscrit à un atelier de théâtre pour jouer Topaze, de Marcel Pagnol. « Au début, c'était par curiosité, se souvient-il. Et puis j'étais complètement amoureux de la prof ! » Il poursuit l'aventure jusqu'au lycée : les clubs de théâtre sont alors des espaces de petite liberté, vitale quand on est adolescent. Les pièces sont très politisées, mais il avoue aujourd'hui qu'il n'y comprenait pas grand-chose. Il découvre surtout ce qui continue à l'habiter : l'engagement.

Sa soeur aînée, étudiante en sociologie en France, l'aide à se former via des livres ou des disques de chanteurs engagés... « Bien que je ne vienne pas d'un milieu culturel, j'ai baigné dans un univers ouvert au monde. » À l'époque, il n'entend pas faire de la scène son métier. Il se voit plutôt dans la politique. Après son bac, il s'inscrit à la faculté de droit et de sciences économiques de Tunis, mais tout bascule quand son petit frère de 14 ans, gravement malade, décède en France, où il avait été hospitalisé. À 20 ans, Achour abandonne tout : ses études, sa vie à Tunis, la politique... La scène reste la seule évidence. Il reprend ses études à Paris, à l'Institut d'études théâtrales, puis aux Ateliers Varan.

Liberté d'expression

Depuis, il a signé plus d'une vingtaine de pièces de théâtre, présentées à la fois en France et en Tunisie, ainsi que trois courts-métrages. Premier metteur en scène tunisien à se produire dans le « in » d'Avignon - en 1998, avec L'Angélie, de l'écrivaine française Natacha de Pontcharra -, il a aussi dirigé pendant quatre ans le théâtre Le Rio à Grenoble. En 2002, Oum, coproduction franco-­maghrébine sur la diva égyptienne Oum Kalsoum, marque un véritable tournant. À partir de ce moment, ses productions réunissent des artistes venus des deux rives de la Méditerranée.

Dans la Tunisie de Ben Ali, Lotfi Achour s'est offert la liberté d'expression que l'on refusait aux artistes. Hobb Story, présenté un an avant la chute du régime, a été le spectacle le plus problématique. À chaque jour son lot d'insultes et de menaces. « On se débrouillait pour contourner les interdits, dit-il. Lors de notre premier passage devant la commission de censure, nous avons négocié, enlevé deux ou trois choses. La pièce a rencontré un vif succès. » Après la révolution, c'est l'autocensure qui a paradoxalement fait son retour. Une partie de son équipe a refusé de jouer par peur des représailles. « Dans nos pays, l'art doit insuffler une énergie libératrice et permettre de déconstruire les mécanismes d'emprisonnement dans le politiquement et le religieusement correct. » Lotfi Achour travaille d'ailleurs avec son collectif APA (Artistes producteurs associés) à la création d'un théâtre mobile en Tunisie. Mais sa prochaine création est présentée au Royaume-Uni. Au mois de juillet, pendant les JO, dans le cadre de l'Olympiade culturelle, il monte Leïla et Ben Ali : une histoire sanglante, libre transposition de Macbeth dans laquelle il s'interroge sur la relation des Arabes au pouvoir et qui sera présentée lors du World Shakespeare Festival. Après le sexe, la politique et l'argent. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Attentat du Bardo : un second suspect marocain arrêté en Tunisie

Selon l'AFP, un Marocain suspecté de complicité dans l'attentat du Bardo a été arrêté jeudi en Tunisie. Un autre ressortissant du royaume avait été interpellé en Italie[...]

Tunisie : fusillade dans la caserne de Bouchoucha à Tunis, sept militaires tués

Un soldat tunisien a ouvert le feu lundi matin sur d'autres soldats, dans la caserne de Bouchoucha, à Tunis. Au moins sept militaires ont été tués et d'autres blessés, selon le ministère[...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Tunisie : contre la contrebande, l'électronique !

Habib Essid, le Premier ministre tunisien, et Slim Chaker, son ministre des Finances, ont donné carte blanche à Adel Ben Hassine, le directeur général des douanes fraîchement nommé,[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi reçu par Barack Obama à la Maison blanche

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi sera reçu jeudi à Washington par son homologue américain Barack Obama. Cette deuxième rencontre entre les deux hommes à la Maison[...]

Comment Samir Tarhouni, l'ancien chef de la BAT, a empêché les Trabelsi de quitter la Tunisie en 2011

Samir Tarhouni, l'ancien patron de la brigade antiterrorisme (BAT) a été l'un des principaux protagonistes du départ de Ben Ali. Retour sur un épisode clé de l'histoire tunisienne[...]

Tunisie : voyage au coeur de la BAT, la brigade antiterrorisme

Devenue un symbole national depuis l'arrestation des Trabelsi, en 2011, la brigade antiterrorisme nous ouvre pour la première fois ses portes.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers