Extension Factory Builder
12/07/2012 à 12:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Barack Obama après la validation de la loi sur l'assurance-maladie, le 28 juin. Barack Obama après la validation de la loi sur l'assurance-maladie, le 28 juin. © AFP

Loin de se réjouir de la validation par la Cour suprême de la loi sur l'assurance santé, Obama paraît pressé de passer à autre chose, tandis que les républicains cachent à peine leur satisfaction. Curieux, non ?

En validant l'essentiel de la loi sur l'assurance santé - l'obligation faite à chaque Américain de se doter d'ici à 2014 d'une assurance maladie sous peine de sanctions financières -, la Cour suprême aurait, nous dit-on, offert à Obama une retentissante victoire, mis dans l'embarras Mitt Romney, son concurrent républicain, et évité la guerre des institutions - Congrès contre Cour suprême - que l'annulation du texte n'aurait pas manqué de provoquer.

Pourtant, après l'annonce de la décision, Barack Obama, qui, selon un proche, n'a jamais douté de la validation de « sa » loi, a adopté un profil étonnamment bas. Il a certes salué un « jour historique pour les Américains », mais, aussitôt après, il a invité ses compatriotes à se concentrer sur l'essentiel : l'économie. Ce manque flagrant d'enthousiasme est quand même un peu curieux. Ne s'agit-il pas là de la grande affaire de son premier mandat ? Quant à Romney, l'un de ses conseillers a affirmé froidement que la décision de la Cour constituait une bonne nouvelle. C'est à n'y rien comprendre.

Les attendus de ladite décision sont très alambiqués. Or, comme l'on sait, le diable est dans les détails. En joignant sa voix à celles des libéraux pour donner à Obama une courte majorité (cinq juges contre quatre), John Roberts, le très conservateur président de la Cour, a paradoxalement donné à Romney des raisons d'espérer.

Trahison

En estimant que l'obligation faite aux Américains de s'assurer était un impôt et non un prélèvement obligatoire - distinction qui, à ses yeux, établit la constitutionnalité de la loi -, la Cour ouvre un boulevard aux républicains, qui ne vont pas se priver de marteler qu'Obama a trahi son engagement de ne pas alourdir la fiscalité. Jamais très bon à quatre mois d'une échéance électorale capitale.

Au point où en sont les choses, seule l'élection de Romney en novembre peut encore permettre d'abroger cette loi honnie par la base républicaine. Laquelle s'est d'ailleurs trouvée ragaillardie par la décision de la Cour : dans les vingt-quatre heures qui ont suivi, le Grand Old Party a engrangé 4 millions de dollars (3,2 millions d'euros) de dons.

Surtout, le pays est fatigué d'un débat qui dure depuis maintenant plus de deux ans. Tout le monde souhaite passer à autre chose. C'est le cas d'Obama, qui, on l'a vu, ne mentionne que rarement l'Affordable Care Act : il n'y a par exemple consacré que quarante-quatre mots dans son dernier discours sur l'état de l'Union - qui a duré près d'une heure. C'est aussi le cas de Romney, qui, à l'époque où il était gouverneur du Massachusetts, a fait voter une loi similaire et ne tient pas trop à ce qu'on s'en souvienne. C'est enfin le cas de l'opinion : selon un récent sondage, seuls 34 % des Américains sont en faveur de l'Obamacare, proportion inchangée depuis deux ans.

D'autant que de grandes incertitudes entourent l'application de la loi. En estimant que l'État fédéral ne pouvait contraindre les États à étendre la couverture maladie des plus pauvres (programme Medicaid) et sachant fort bien que vingt-six d'entre eux, au moins, s'y refuseront puisqu'ils ont attaqué la loi devant la Cour, les juges risquent de priver d'assurance santé quelque 16 millions d'Américains. Soit la moitié des 32 millions d'Américains dépourvus d'assurance auxquels la loi était censée offrir une couverture. Décidément, une drôle de victoire pour Obama.

__

Jean-Éric Boulin, à New York

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Justice : soupçons de corruption, arrestations au sein de la Fifa en Suisse

Justice : soupçons de corruption, arrestations au sein de la Fifa en Suisse

Des fonctionnaires de la Fifa ont été interpellés par la police suisse mercredi matin à Zurich à la demande de la justice américaine. Ces hauts responsables du monde du football sont soup&[...]

Un Kényan offre 50 vaches pour épouser Malia, la fille aînée de Barack Obama

Un avocat kényan veut épouser Malia, la fille aînée de Barack Obama. Pour appuyer sa demande, Felix Kiprono offre à la famille de l'élue de son cœur 50 vaches, des moutons et des[...]

France : Sarko et sa batterie de cuisine

À deux ans de l'échéance, l'ancien chef de l'État paraît bien placé pour prendre sa revanche. Son principal handicap ? Les multiples casseroles judiciaires qu'il traîne[...]

Mehdi Benatia : "Fier et heureux, avec le Bayern et avec le Maroc"

Recruté à l’été 2014 par le Bayern Munich pour 30 millions d’euros, Mehdi Benatia a remporté avec le championnat d’Allemagne le premier titre de sa carrière. À[...]

Foot : Hervé Renard sera le nouvel entraîneur de Lille

Comme prévu, l'ancien entraîneur de la Côte d'Ivoire, Hervé Renard, a signé au LOSC.[...]

Washington apaise les tensions avec Bagdad, après des critiques sur son armée

La Maison Blanche a tenté d'apaiser lundi les tensions avec Bagdad, après les critiques portées par le secrétaire à la Défense sur l'armée irakienne, accusée d'un[...]

Le prix de la différence

Malgré tous nos efforts pour retarder l'échéance, voire l'éviter, nous avons dû nous résoudre à l'inéluctable : augmenter le prix de Jeune Afrique. La[...]

Football : l'Ivoirien Copa Barry passé du rôle de bouc émissaire à celui de héros de la CAN

Héros d’une finale qu’il ne devait pas jouer, Boubacar Copa Barry a inscrit le tir au but qui a offert la Coupe d’Afrique des nations 2015 (CAN) à la Côte d’Ivoire face au Ghana en[...]

Naufrages de migrants en Méditerranée : le silence des dirigeants africains

  Les dirigeants africains se montrent remarquablement silencieux sur les naufrages de migrants en Méditerranée, qui concernent pourtant nombre de leurs citoyens, en particulier dans l'ouest du continent, une[...]

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers