Extension Factory Builder
12/07/2012 à 12:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Barack Obama après la validation de la loi sur l'assurance-maladie, le 28 juin. Barack Obama après la validation de la loi sur l'assurance-maladie, le 28 juin. © AFP

Loin de se réjouir de la validation par la Cour suprême de la loi sur l'assurance santé, Obama paraît pressé de passer à autre chose, tandis que les républicains cachent à peine leur satisfaction. Curieux, non ?

En validant l'essentiel de la loi sur l'assurance santé - l'obligation faite à chaque Américain de se doter d'ici à 2014 d'une assurance maladie sous peine de sanctions financières -, la Cour suprême aurait, nous dit-on, offert à Obama une retentissante victoire, mis dans l'embarras Mitt Romney, son concurrent républicain, et évité la guerre des institutions - Congrès contre Cour suprême - que l'annulation du texte n'aurait pas manqué de provoquer.

Pourtant, après l'annonce de la décision, Barack Obama, qui, selon un proche, n'a jamais douté de la validation de « sa » loi, a adopté un profil étonnamment bas. Il a certes salué un « jour historique pour les Américains », mais, aussitôt après, il a invité ses compatriotes à se concentrer sur l'essentiel : l'économie. Ce manque flagrant d'enthousiasme est quand même un peu curieux. Ne s'agit-il pas là de la grande affaire de son premier mandat ? Quant à Romney, l'un de ses conseillers a affirmé froidement que la décision de la Cour constituait une bonne nouvelle. C'est à n'y rien comprendre.

Les attendus de ladite décision sont très alambiqués. Or, comme l'on sait, le diable est dans les détails. En joignant sa voix à celles des libéraux pour donner à Obama une courte majorité (cinq juges contre quatre), John Roberts, le très conservateur président de la Cour, a paradoxalement donné à Romney des raisons d'espérer.

Trahison

En estimant que l'obligation faite aux Américains de s'assurer était un impôt et non un prélèvement obligatoire - distinction qui, à ses yeux, établit la constitutionnalité de la loi -, la Cour ouvre un boulevard aux républicains, qui ne vont pas se priver de marteler qu'Obama a trahi son engagement de ne pas alourdir la fiscalité. Jamais très bon à quatre mois d'une échéance électorale capitale.

Au point où en sont les choses, seule l'élection de Romney en novembre peut encore permettre d'abroger cette loi honnie par la base républicaine. Laquelle s'est d'ailleurs trouvée ragaillardie par la décision de la Cour : dans les vingt-quatre heures qui ont suivi, le Grand Old Party a engrangé 4 millions de dollars (3,2 millions d'euros) de dons.

Surtout, le pays est fatigué d'un débat qui dure depuis maintenant plus de deux ans. Tout le monde souhaite passer à autre chose. C'est le cas d'Obama, qui, on l'a vu, ne mentionne que rarement l'Affordable Care Act : il n'y a par exemple consacré que quarante-quatre mots dans son dernier discours sur l'état de l'Union - qui a duré près d'une heure. C'est aussi le cas de Romney, qui, à l'époque où il était gouverneur du Massachusetts, a fait voter une loi similaire et ne tient pas trop à ce qu'on s'en souvienne. C'est enfin le cas de l'opinion : selon un récent sondage, seuls 34 % des Américains sont en faveur de l'Obamacare, proportion inchangée depuis deux ans.

D'autant que de grandes incertitudes entourent l'application de la loi. En estimant que l'État fédéral ne pouvait contraindre les États à étendre la couverture maladie des plus pauvres (programme Medicaid) et sachant fort bien que vingt-six d'entre eux, au moins, s'y refuseront puisqu'ils ont attaqué la loi devant la Cour, les juges risquent de priver d'assurance santé quelque 16 millions d'Américains. Soit la moitié des 32 millions d'Américains dépourvus d'assurance auxquels la loi était censée offrir une couverture. Décidément, une drôle de victoire pour Obama.

__

Jean-Éric Boulin, à New York

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

Plus d'une semaine après avoir sauté dans la Garonne, la nuit du 15 au 16 avril, Raphaël Mobutu, un des enfants de l'ancien président de la RDC (ex-Zaïre) est toujours introuvable. À en croire[...]

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même[...]

Chine : bébés en boîte

En Chine, où n'existent ni protection sociale ni accouchement sous X, des structures d'accueil pour enfants abandonnés - et souvent handicapés - sont mises en place.[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces