Extension Factory Builder
11/07/2012 à 17:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abdoulaye Wade le 17 février 2012 à Dakar. Abdoulaye Wade le 17 février 2012 à Dakar. © AFP

Après sa défaite à l'élection présidentielle de mars dernier, l'ancien président sénégalais, Abdoulaye Wade, vient d'essuyer un second échec cuisant, celui des législatives. De là à prendre sa retraite...

C'est l'histoire d'un homme unique et insaisissable. Celle d'un cerveau qui ne connaît pas le repos, d'un ego rare et d'une volonté que rien ne peut arrêter. L'histoire d'une personnalité à nul autre pareil. Abdoulaye Wade, 86 ans, sans doute même un peu plus, est un génie. Pour le meilleur, comme pour le pire. Chez lui, les idées fusent et s'entrechoquent en permanence sous un crâne que l'on a toujours connu chauve. Idées novatrices, souvent, tantôt pertinentes, tantôt saugrenues, utiles mais aussi futiles : l'homme, et c'est rare sur le continent, a développé, au cours de ses cinq décennies de combat politique, dont douze ans au pouvoir, une véritable vision pour le Sénégal comme pour l'Afrique. Même ses pires détracteurs le reconnaissent.

Depuis sa cuisante défaite à la présidentielle de mars face à Macky Sall, qu'il présentait pourtant comme son « apprenti », Abdoulaye Wade est revenu à ses premières amours : l'opposition. Un fait rarissime sur le continent et dans le monde : un ancien chef d'État, battu à une élection, qui retourne dans l'arène politique sans perspective aucune de reprendre le pouvoir... « Gorgui » (« le vieux », en wolof) a mené la bataille des législatives du 1er juillet à la tête de sa créature, le Parti démocratique sénégalais (PDS). Résultat : une nouvelle claque, puisque la coalition de l'actuel président a remporté près de 120 sièges sur les 150 que compte l'Assemblée, ne laissant que quelques miettes aux autres formations. Pis, le PDS, avec une douzaine de députés, est menacé d'implosion. 

Doutes et craintes

Les dissidents Pape Diop et Abdoulaye Baldé, naguère fidèles parmi les fidèles, ainsi que ceux qui les ont suivis, pèsent, au bout de seulement quelques semaines d'existence, le tiers de la formation de Wade... Quand on connaît les ressorts de la vie politique sénégalaise, cette faculté qu'ont certains politiques à retourner leur veste en un tournemain pour se précipiter ventre à terre chez les vainqueurs, on se dit que le temps de la curée est proche... Et que Wade, malgré tout ce qu'il a pu faire pour l'ascension des siens, se retrouvera bien seul d'ici peu. Il en est en grande partie responsable. Car il n'a rien d'un bon manageur : il n'a su garder aucun de ses lieutenants autour de lui, s'est brouillé avec la quasi-totalité de ses Premiers ministres et a repoussé le processus de sa succession - fait étrange tout de même pour un homme de son âge - aux calendes grecques, à la tête de l'État comme à celle de son parti. À vrai dire, n'ayant pas vu venir sa défaite présidentielle, il ne s'était absolument pas préparé à organiser l'après-Wade. Il pensait que son dernier mandat, qu'il imaginait ne pas achever pour transmettre le flambeau lui-même, lui en laisserait le loisir. Que le temps n'aurait jamais de prise sur lui. Que ses troupes attendraient éternellement qu'il passe la main. Que considérer - et l'exprimer en public - les siens comme roupie de sansonnet, qui ne seraient rien sans lui et qui ne lui arrivaient de toute façon pas à la cheville, ne pouvait avoir de conséquences sur leur fidélité ou leur patience. Après tout, il est Abdoulaye Wade, celui qui a fait trembler Senghor et Diouf et qui a mis à bas quarante ans de règne socialiste...

Personne, pas même ses proches, ne sait ce qu'il fera désormais. Aucun nouveau défi à l'horizon. En revanche, beaucoup de doutes et de craintes. Voir les audits en cours emporter les siens. Disparaître des écrans radars médiatiques qu'il affectionne tant. Ne plus être considéré à sa juste valeur : celle de l'auteur d'un parcours remarquable. L'histoire, en somme, d'un homme qui n'a pas su s'arrêter à temps pour partir dignement.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade accuse Macky Sall de corruption

Lors d'une réunion du comité directeur du Parti démocratique sénégalais (PDS), mardi à Dakar, l'ancien président Abdoulaye Wade a accusé le chef de l'État, Macky[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Sénégal - Macky Sall : "Mes principaux adversaires ne sont pas Wade et consorts, ce sont les inégalités sociales"

Réformes, Wade père et fils, procès Habré, Ebola, diplomatie... Macky Sall, le chef de l'État sénégalais répond à toutes nos questions, et défend son [...]

Sénégal : pas de production pétrolière avant 2020

Le Sénégal espère produire son premier baril d'or noir en 2019-2020 à la suite de la récente découverte de pétrole au large de ses côtes, a affirmé le 15 octobre[...]

Carte interactive : ces événements menacés ou annulés à cause d'Ebola

Depuis le début de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, en décembre 2013, une dizaine d'événements ont été annulés sur le continent. D'autres, censés se[...]

Omar Sy : "Je ne suis pas un acteur noir"

Le comédien le plus populaire de France incarne un sans-papiers dans "Samba", le dernier film d'Éric Toledano et Olivier Nakache. Son dernier rôle, son aventure hollywoodienne, la place des[...]

Le Sénégalais Makhtar Diop ne sera pas candidat à la BAD

Quelques jours après avoir été mis en retrait de la vice-présidence Afrique de la Banque mondiale, Makhtar Diop annonce sur Twitter sa décision de ne pas se présenter à la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers