Extension Factory Builder
11/07/2012 à 17:01
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abdoulaye Wade le 17 février 2012 à Dakar. Abdoulaye Wade le 17 février 2012 à Dakar. © AFP

Après sa défaite à l'élection présidentielle de mars dernier, l'ancien président sénégalais, Abdoulaye Wade, vient d'essuyer un second échec cuisant, celui des législatives. De là à prendre sa retraite...

C'est l'histoire d'un homme unique et insaisissable. Celle d'un cerveau qui ne connaît pas le repos, d'un ego rare et d'une volonté que rien ne peut arrêter. L'histoire d'une personnalité à nul autre pareil. Abdoulaye Wade, 86 ans, sans doute même un peu plus, est un génie. Pour le meilleur, comme pour le pire. Chez lui, les idées fusent et s'entrechoquent en permanence sous un crâne que l'on a toujours connu chauve. Idées novatrices, souvent, tantôt pertinentes, tantôt saugrenues, utiles mais aussi futiles : l'homme, et c'est rare sur le continent, a développé, au cours de ses cinq décennies de combat politique, dont douze ans au pouvoir, une véritable vision pour le Sénégal comme pour l'Afrique. Même ses pires détracteurs le reconnaissent.

Depuis sa cuisante défaite à la présidentielle de mars face à Macky Sall, qu'il présentait pourtant comme son « apprenti », Abdoulaye Wade est revenu à ses premières amours : l'opposition. Un fait rarissime sur le continent et dans le monde : un ancien chef d'État, battu à une élection, qui retourne dans l'arène politique sans perspective aucune de reprendre le pouvoir... « Gorgui » (« le vieux », en wolof) a mené la bataille des législatives du 1er juillet à la tête de sa créature, le Parti démocratique sénégalais (PDS). Résultat : une nouvelle claque, puisque la coalition de l'actuel président a remporté près de 120 sièges sur les 150 que compte l'Assemblée, ne laissant que quelques miettes aux autres formations. Pis, le PDS, avec une douzaine de députés, est menacé d'implosion. 

Doutes et craintes

Les dissidents Pape Diop et Abdoulaye Baldé, naguère fidèles parmi les fidèles, ainsi que ceux qui les ont suivis, pèsent, au bout de seulement quelques semaines d'existence, le tiers de la formation de Wade... Quand on connaît les ressorts de la vie politique sénégalaise, cette faculté qu'ont certains politiques à retourner leur veste en un tournemain pour se précipiter ventre à terre chez les vainqueurs, on se dit que le temps de la curée est proche... Et que Wade, malgré tout ce qu'il a pu faire pour l'ascension des siens, se retrouvera bien seul d'ici peu. Il en est en grande partie responsable. Car il n'a rien d'un bon manageur : il n'a su garder aucun de ses lieutenants autour de lui, s'est brouillé avec la quasi-totalité de ses Premiers ministres et a repoussé le processus de sa succession - fait étrange tout de même pour un homme de son âge - aux calendes grecques, à la tête de l'État comme à celle de son parti. À vrai dire, n'ayant pas vu venir sa défaite présidentielle, il ne s'était absolument pas préparé à organiser l'après-Wade. Il pensait que son dernier mandat, qu'il imaginait ne pas achever pour transmettre le flambeau lui-même, lui en laisserait le loisir. Que le temps n'aurait jamais de prise sur lui. Que ses troupes attendraient éternellement qu'il passe la main. Que considérer - et l'exprimer en public - les siens comme roupie de sansonnet, qui ne seraient rien sans lui et qui ne lui arrivaient de toute façon pas à la cheville, ne pouvait avoir de conséquences sur leur fidélité ou leur patience. Après tout, il est Abdoulaye Wade, celui qui a fait trembler Senghor et Diouf et qui a mis à bas quarante ans de règne socialiste...

Personne, pas même ses proches, ne sait ce qu'il fera désormais. Aucun nouveau défi à l'horizon. En revanche, beaucoup de doutes et de craintes. Voir les audits en cours emporter les siens. Disparaître des écrans radars médiatiques qu'il affectionne tant. Ne plus être considéré à sa juste valeur : celle de l'auteur d'un parcours remarquable. L'histoire, en somme, d'un homme qui n'a pas su s'arrêter à temps pour partir dignement.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités lun[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Le Sénégal lève 500 millions de dollars sur les marchés internationaux

Le Sénégal a levé 500 millions de dollars sur les marchés internationaux. L'eurobond, d'une maturité de dix ans, a été émis à un taux de 6,25 % et a attiré un[...]

Drague : le bal des faux-culs

Ils sont discrets, rembourrés et très à la mode en Afrique de l'Ouest... Zoom sur ces collants qui permettent aux femmes d'afficher de jolies fesses rebondies à moindre prix.[...]

Sculpture : Diadji Diop, la vie en rouge

Aussi discret que ses sculptures sont remarquables, cet artiste d'origine sénégalaise s'est fait repérer... dans les jardins de l'Élysée ![...]

OIF : qui veut être sur le ticket de Michaëlle Jean ?

Le Canada met toutes les chances de son côté dans sa course à l'OIF. Comme proposer un deal à certains États membres de l'OIF pour les convaincre de voter pour Michaëlle Jean.[...]

Sénégal : Mahammed Dionne, le premier de la classe

Chargé jusque-là du Plan Sénégal émergent, ce fidèle de Macky Sall succède à Aminata Touré à la tête du gouvernement. Plus consensuel, il devrait[...]

Sénégal : Khalifa Sall, un destin présidentiel ?

Avec une victoire écrasante à Dakar, le destin présidentiel du socialiste Khalifa Sall se précise...[...]

Sénégal : carton jaune pour Macky Sall

Réduction de la durée du mandat présidentiel, pouvoir d'achat, couverture sociale... Le président sénégalais, Macky Sall, élu il y a plus de deux ans, n'a pas encore tenu[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers