Extension Factory Builder
06/07/2012 à 15:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Rob Portman, sénateur républicain de l'Ohio. Rob Portman, sénateur républicain de l'Ohio. © Alan Diaz/AP/SIPA

Mitt Romney continue à chercher son colistier républicain pour la présidentielle américaine de novembre. Un choix délicat tant les candidats abondent.

Face au ticket démocrate Barack Obama-Joe Biden, qui sera le compagnon de route (ou de déroute) de Mitt Romney ? S'il est un sujet qui préoccupe actuellement le candidat républicain à l'élection présidentielle américaine du mois de novembre, c'est bien le choix de son colistier. Avec un impératif : éviter le renouvellement du fiasco de 2008, quand John McCain avait, à la surprise générale, porté son choix sur la catastrophique Sarah Palin (au détriment, d'ailleurs, de Romney, un temps envisagé). Peut-être le pire choix jamais fait par un candidat à la présidence.

Mitt Romney, qui ne laisse jamais rien au hasard, a confié cette tâche à Beth Myers, sa plus proche collaboratrice, qui s'est alors isolée à dessein du reste de l'équipe. Dans son QG de Boston, elle épluche inlassablement les CV des prétendants, explore les recoins de leur passé, analyse leurs réponses au questionnaire très touffu qu'elle leur a envoyé... Elle passe ensuite à une évaluation plus politique. L'aspirant vice-président est-il suffisamment conservateur pour la base du parti, tout en ne rebutant pas les indépendants ? Vient-il d'un État électoralement stratégique ? Ne risque-t-il pas de faire de l'ombre à Romney, dont le charisme laisse beaucoup à désirer ? Dans plusieurs interviews, Romney lui-même a dressé le portrait-robot du running mate (« colistier ») idéal. Les trois qualités essentielles qu'il exige de lui ? Une expérience gouvernementale, une carrure d'homme d'État (puisque le vice-président remplace le président en cas d'empêchement) et une loyauté à toute épreuve.

Marco Rubio, sénateur républicain de Floride.

Marco Rubio, sénateur républicain de Floride.

© Gerald Herbert/AP/SIPA

Rien n'a encore filtré de cette sélection très secrète. Beaucoup de noms circulent donc. Parmi eux, ceux de Marco Rubio, jeune sénateur de Floride d'origine cubaine, Tim Pawlenty, ancien gouverneur du Minnesota et candidat malheureux aux primaires, Paul D. Ryan, jeune loup ultraconservateur représentant du Wisconsin, et même Chris Christie, le fantasque gouverneur du New Jersey. Lors d'un show sur NBC, Romney a eu un mot pour chacun. Christie ? Il est « insubmersible ». Ryan ? Très « créatif » ? Rubio ? L'« incarnation du rêve américain ». Pourtant, aux dernières nouvelles, c'est Rob Portman, le terne sénateur de l'Ohio, qui semble tenir la corde, alors que le choix Rubio serait sans doute plus judicieux. Étoile montante chez les républicains, chouchou du Tea Party et élu d'un État crucial, ce dernier présenterait en effet l'avantage d'attirer dans le giron du Grand Old Party une partie de l'électorat latino, qui incline plutôt en faveur d'Obama.

La date à laquelle Romney fera connaître sa décision est encore top secret. Ce sera au plus tard le 29 août, lors de la convention du Parti républicain, à Tampa (Floride), mais peut-être dès le courant du mois de juillet, pour permettre aux duettistes républicains de croiser le fer avec les démocrates pendant la majeure partie de l'été.

Problème

S'il est élu, Romney sera alors confronté à un autre problème. Il lui faudra surveiller les faits et gestes de son vice-président, qui, s'il n'a que peu de prérogatives constitutionnelles, peut s'arroger un vrai pouvoir... de nuisance. On a vu l'impétueux Joe Biden, à qui l'on prête des ambitions présidentielles, mettre Obama en difficulté en se déclarant en faveur du mariage gay alors que le chef de l'exécutif tenait à ne surtout pas aborder le sujet. Résultat : deux jours plus tard, ce dernier a été contraint d'abonder dans le sens de Biden. Une mésaventure que Romney s'efforcera à tout prix d'éviter.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Cameroun - Athlétisme : Mbango atterit en France

Article pr�c�dent :
Pakistan : à qui le tour ?

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Massacre de Sétif en Algérie : premier hommage d'un ministre français 70 ans après

Massacre de Sétif en Algérie : premier hommage d'un ministre français 70 ans après

Le secrétaire d'Etat français chargé des Anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, a rendu dimanche un hommage aux victimes algériennes de Sétif, 70 ans après le massacre qui a fait de[...]

Naufrage de migrants en Méditerranée : hécatombe de 700 morts redoutée

Le naufrage d'un chalutier chargé de migrants au large de la Libye dans la nuit de samedi à dimanche fait redouter une véritable "hécatombe" en Méditerranée avec quelque 700[...]

Jusqu'à 700 morts redoutés après le naufrage d'un bateau de migrants en Méditerranée

Le naufrage d'un chalutier chargé de migrants au large des côtes libyennes pourrait avoir fait jusqu'à 700 morts, a annoncé dimanche le Haut-commissariat aux Nations unies pour les[...]

Immigration clandestine : Obama et Renzi insistent sur une solution en Libye

La crise tragique de l'immigration clandestine en Méditerranée ne pourra être résolue sans stabilisation de la situation en Libye, ont martelé jeudi Matteo Renzi et Barack Obama, soulignant que[...]

Énergie : à Paris, des maires africains se mobilisent pour l'électrifrication du continent

Une vingtaine de maires francophones de grandes villes africaines se sont réunis vendredi à Paris, à l'initiative de Jean-Louis Borloo et de Anne Hidalgo, maire de la capitale française, pour mettre en[...]

Fifa : Figo, Hayatou et les lusophones

L'Afrique unie derrière Issa Hayatou, l'inamovible patron de la CAF, pour voter comme un seul homme pour Sepp Blatter, l'inamovible patron de la Fifa ? Voire...[...]

Baisers amers d'Istanbul

Istanbul. Printemps 2015. J'ai vu la ville aux mille mosquées penchée sur le Bosphore au milieu de ses splendeurs ottomanes.[...]

Cambodge : 17 avril 1975, le cauchemar commence

Il y a tout juste quarante ans, Phnom Penh tombait entre les mains des soldats de Pol Pot et était aussitôt évacué par la force. Jusqu'en 1979, le régime khmer rouge allait faire[...]

Peinture : l'Ivoirien Ouattara Watts, au-delà de Basquiat

L'artiste ivoirien Ouattara Watts expose jusqu'au 5 mai à Paris. L'occasion de revenir sur l'œuvre de celui qui fréquenta le génie de l'art contemporain Basquiat à la fin de sa vie.[...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2686p056.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2686p056.xml0 from 172.16.0.100