Extension Factory Builder
06/07/2012 à 15:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président pakistanais, Ali Asif Zardari. Le président pakistanais, Ali Asif Zardari. © Liu Jin/AP/SIPA

Un Premier ministre destitué, un autre écarté avant son investiture, un troisième accusé de corruption. Tout ça en trois jours !

Un Premier ministre destitué, un autre forcé de jeter l'éponge à peine pressenti, un troisième accusé de corruption... Derrière ces péripéties se trame l'éviction du très impopulaire président Ali Asif Zardari, épilogue attendu du bras de fer qui oppose la toute-puissante armée à un pouvoir civil pris de timides velléités d'indépendance. Flash-back. 

Octobre 2011

Persuadé que les militaires préparent un coup d'État, Zardari ne quitte plus guère son palais et vit dans la hantise d'être assassiné comme Benazir Bhutto, son épouse. Il fait parvenir une note à l'amiral Mike Mullen, le chef d'état-major des armées américaines, demandant aux États-Unis de l'aider à écarter ce danger en échange d'une réelle coopération dans la lutte antiterroriste. Avec ce Memogate, Zardari passe pour « un traître à la nation ». En décembre, il se rend à Dubaï. Son entourage parle d'une opération consécutive à un malaise cardiaque. Beaucoup pensent qu'il a été victime d'un coup d'État feutré. Pourtant, il revient.

Février 2012

La Cour suprême, qui passe pour être proche de l'opposition, voire de l'armée, inculpe Youssouf Raza Gilani pour « outrage à la justice ». Motif : arguant que Zardari est protégé par son immunité, le Premier ministre refuse de demander la réouverture de poursuites que la Suisse avait diligentées contre le président pour détournement de fonds. 

19 juin

La cour destitue Gilani. Face à ce coup de force judiciaire, le Parti du peuple pakistanais (PPP, au pouvoir) s'incline pour éviter une confrontation avec l'armée et désigne son candidat, Makhdoom Shahabuddin. Patatras ! La veille de son investiture, celui-ci est accusé de trafic de drogue. Parmi ses complices présumés, Ali Musa Gilani, le fils de l'ex-Premier ministre... Le PPP choisit alors Raja Pervez Ashraf. Investi le 22 juin, celui-ci est aussitôt accusé de corruption dans une affaire qui remonte à 2008, quand il était ministre de l'Eau et de l'Électricité.

Depuis le 25 juin, de nouvelles manoeuvres judiciaires visent à déclarer inconstitutionnels l'immunité de Zardari et son cumul de fonctions de président du pays et de vice-président du PPP. Pourtant, l'armée ne paraît pas désireuse de gouverner directement un pays en proie à une grave crise économique et à la violence islamiste. Sans doute mise-t-elle sur des législatives anticipées pour installer des hommes à sa main. Nawaz Sharif, le chef de la Ligue musulmane (PML-N), et le très antiaméricain Imran Khan (l'ancien champion de cricket) pourraient ainsi se disputer un pouvoir civil discrédité et affaibli.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Syrie : à Kobané, l'armée américaine largue des armes aux Kurdes

Syrie : à Kobané, l'armée américaine largue des armes aux Kurdes

L'armée américaine a annoncé dimanche soir avoir largué pour la première fois des armes aux combattants kurdes qui défendent la ville syrienne de Kobané, assiégée pa[...]

Orrick s'installe officiellement à Abidjan

Exclusif - Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le président et le patron Afrique d'Orrick expliquent pourquoi ce géant mondial du droit avec 1100 avocats dans 25 pays a choisi la capitale[...]

Vatican : vote très attendu à l'issue d'un synode sur la famille et l'homosexualité

Les participants au synode sur la famille, réunis depuis deux semaines au Vatican, devaient voter samedi un document final, concluant des débats mouvementés sur des sujets de société[...]

La bataille contre Ebola en passe d'être "perdue", faute de solidarité

L'ONU et la Banque mondiale s'alarment du manque de solidarité internationale envers les pays africains touchés par Ebola, qui a tué 4.555 personnes, et appellent à convertir en actes les promesses[...]

France : après plus dix années passées en prison, deux Marocains tentent d'obtenir une indemnisation

Injustement condamnés pour meurtre, les Marocains Kader Azzimani et Brahim El Jabri ont respectivement passé onze et treize ans en prison. Finalement relaxés le 3 juillet, ils s'efforcent[...]

On vous aura prévenus

La liberté d'expression ne s'est jamais aussi mal portée en Afrique qu'aujourd'hui. Je ne parle pas de celle qui autorise les médias à naître, à diffuser, à paraître et[...]

Fonds de l'ONU contre Ebola : seulement 100 000 dollars sur les 20 millions promis

Le fonds spécial des Nations unies destiné à lutter contre le virus Ebola ne dispose que de 100 000 dollars sur les 20 millions initialement promis, a déploré jeudi le secrétaire[...]

France : agenda judiciaire chargé pour l'humoriste Dieudonné

Le polémiste-humoriste Dieudonné M'bala M'bla accumule les rendez-vous avec la justice française. Retour sur les principaux dossiers le concernant.[...]

Samba, "happy" clandestin

Comment ne pas aimer Samba ? Sujet grave, mais traitement léger. Casting impeccable avec, à la proue, un tandem amoureux césarisé (Omar Sy et Charlotte Gainsbourg). Une pincée d'action,[...]

Les sons de la semaine #18 : Real World, BKO Quintet, Hanni El Khatib, Hempolics, Art Melody...

De Londres à Ouaga, bienvenue dans notre d'horizon hebdomadaire de l'actualité musicale ![...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers