Extension Factory Builder
06/07/2012 à 15:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président pakistanais, Ali Asif Zardari. Le président pakistanais, Ali Asif Zardari. © Liu Jin/AP/SIPA

Un Premier ministre destitué, un autre écarté avant son investiture, un troisième accusé de corruption. Tout ça en trois jours !

Un Premier ministre destitué, un autre forcé de jeter l'éponge à peine pressenti, un troisième accusé de corruption... Derrière ces péripéties se trame l'éviction du très impopulaire président Ali Asif Zardari, épilogue attendu du bras de fer qui oppose la toute-puissante armée à un pouvoir civil pris de timides velléités d'indépendance. Flash-back. 

Octobre 2011

Persuadé que les militaires préparent un coup d'État, Zardari ne quitte plus guère son palais et vit dans la hantise d'être assassiné comme Benazir Bhutto, son épouse. Il fait parvenir une note à l'amiral Mike Mullen, le chef d'état-major des armées américaines, demandant aux États-Unis de l'aider à écarter ce danger en échange d'une réelle coopération dans la lutte antiterroriste. Avec ce Memogate, Zardari passe pour « un traître à la nation ». En décembre, il se rend à Dubaï. Son entourage parle d'une opération consécutive à un malaise cardiaque. Beaucoup pensent qu'il a été victime d'un coup d'État feutré. Pourtant, il revient.

Février 2012

La Cour suprême, qui passe pour être proche de l'opposition, voire de l'armée, inculpe Youssouf Raza Gilani pour « outrage à la justice ». Motif : arguant que Zardari est protégé par son immunité, le Premier ministre refuse de demander la réouverture de poursuites que la Suisse avait diligentées contre le président pour détournement de fonds. 

19 juin

La cour destitue Gilani. Face à ce coup de force judiciaire, le Parti du peuple pakistanais (PPP, au pouvoir) s'incline pour éviter une confrontation avec l'armée et désigne son candidat, Makhdoom Shahabuddin. Patatras ! La veille de son investiture, celui-ci est accusé de trafic de drogue. Parmi ses complices présumés, Ali Musa Gilani, le fils de l'ex-Premier ministre... Le PPP choisit alors Raja Pervez Ashraf. Investi le 22 juin, celui-ci est aussitôt accusé de corruption dans une affaire qui remonte à 2008, quand il était ministre de l'Eau et de l'Électricité.

Depuis le 25 juin, de nouvelles manoeuvres judiciaires visent à déclarer inconstitutionnels l'immunité de Zardari et son cumul de fonctions de président du pays et de vice-président du PPP. Pourtant, l'armée ne paraît pas désireuse de gouverner directement un pays en proie à une grave crise économique et à la violence islamiste. Sans doute mise-t-elle sur des législatives anticipées pour installer des hommes à sa main. Nawaz Sharif, le chef de la Ligue musulmane (PML-N), et le très antiaméricain Imran Khan (l'ancien champion de cricket) pourraient ainsi se disputer un pouvoir civil discrédité et affaibli.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
États-Unis : ticket, please !

Article pr�c�dent :
Maruan el-Krekshi, le pacificateur

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Le Français Luis Fernandez pourrait signer son contrat de sélectionneur de la Guinée dans le week-end.  [...]

Les sons de la semaine #33 : Les Ambassadeurs du Motel de Bamako, Protoje, FKA Twigs, Kaaris

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Djibouti : Le Drian viendra... mais plus tard

Très attendue par les autorités comme par les militaires français, la visite de Jean-Yves Le Drian à Djibouti, qui devait avoir lieu au mois d'avril, a été reportée.[...]

Santiago Zannou : un rôle à jouer

De père béninois et de mère espagnole, le réalisateur place l'immigration et le métissage au coeur de ses films. La singularité de ses histoires lui a ouvert les portes du[...]

Yémen : le président Abd Rabbo Mansour Hadi s'est réfugié en Arabie saoudite

Alors que la confusion règnait sur le sort du président Abd Rabbo Mansour Hadi, ce dernier est arrivé jeudi en Arabie saoudite, le jour même où la coalition menée par Ryad[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Cinéma : Dear White People, chers petits Blancs...

Avec son film "Dear White People", le réalisateur africain-américain Justin Simien dénonce les préjugés raciaux toujours vivaces dans le pays d'Obama... et suscite la[...]

Hervé Ladsous : "Le maintien de la paix ne représente que 0,4% des budgets militaires dans le monde"

Pour la première fois, les chefs d'état-major de 120 pays membres des Nations unies se réunissent vendredi 27 mars à New York pour plancher sur les enjeux complexes du maintien de la paix à[...]

Yémen : les rebelles progressent, le président Hadi en fuite

Alors que l'incertitude régnait sur son sort, le président yéménite, Abd Rabbo Mansour Hadi, a quitté le pays en bateau, ont annoncé des responsables yéménites.[...]

Racisme en Belgique : "Il faut prendre conscience de l'ampleur du problème"

Depuis le lancement du hashtag #dailyracism, de nombreux Belges ont témoigné, sur les réseaux sociaux, du racisme quotidien qu'ils subissent.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2686p054-055_02.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2686p054-055_02.xml0 from 172.16.0.100