Extension Factory Builder
06/07/2012 à 15:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Finlando-Libyen, Maruan el-Krekshi est de la Crisis Management Initiative. Le Finlando-Libyen, Maruan el-Krekshi est de la Crisis Management Initiative. © Roni Rekomaa/Lehtikuva pour J.A.

Finlando-Libyen, Maruan el-Krekshi, ce jeune citoyen du monde se voue à la résolution des conflits au sein de la Crisis Management Initiative.

La Finlande, la Libye, le Maroc, le Yémen : d'une certaine manière, Maruan el-Krekshi représente ces quatre pays. À l'aise en arabe comme en français, en anglais et en finnois, le responsable de projets pour l'Afrique du Nord de la Crisis Management Initiative (CMI) est plus que tout autre un « citoyen du monde ». Né à Tajoura (Libye) en mars 1978, il est le fils d'un Libyen ayant rencontré et épousé une Finlandaise en France. Il a vécu au Maroc, puis à Helsinki, avant de rencontrer sa propre femme au Yémen. Tandis que la langue commune de ses parents était le français, son couple communique en anglais et en arabe... Qui dit mieux ?

Les sept premières années de sa vie, il les a passées en Libye. Il en parle en oscillant entre émotion et recul analytique : « Dans les années 1980, le pays était très fermé, les magasins étaient vides, les gens faisaient la queue. Mon père voyageait et ramenait beaucoup de choses : du savon, du dentifrice... L'eau du robinet était salée... Je me souviens des chants révolutionnaires antiaméricains et antisionistes que nous entonnions... On m'embêtait un peu parce que ma mère était finlandaise. On disait qu'elle était non croyante... Je me souviens aussi des séjours à la plage... Je ne suis pas traumatisé. » Issu d'un milieu privilégié - son père travaille d'abord dans la banque, puis pour la Libyan Arab Foreign Investment Company -, il a un peu de mal à s'adapter quand, en 1986, la famille s'installe au Maroc, mais un prof de français à domicile l'aide à boucler « deux années en une » avec « les gosses de l'élite ». Plus tard, dans un lycée public de Casablanca, il découvrira « un autre Maroc ».

Citoyen du monde

« On n'a coupé le contact ni avec la Libye ni avec la Finlande, où nous nous rendions chaque été, dit-il. D'ailleurs, à l'époque, c'était assez bizarre, car il n'y avait pas beaucoup d'étrangers dans les rues d'Helsinki. Maintenant, c'est plus commun. » En 1996, ses parents rentrent en Libye, où son père deviendra responsable de la coopération économique au sein du ministère des Affaires étrangères et où sa mère trouvera un poste dans une entreprise pétrolière norvégienne. Lui passe les très sélectifs examens de l'université de Helsinki et effectue son service militaire sur l'une des nombreuses îles qui parsèment la mer Baltique, aux abords de la capitale. « C'était intéressant car, dans l'armée, tu vois toutes les couches sociales du pays », affirme-t-il. Ensuite, tout en se passionnant pour la politique finlandaise - son grand-père maternel est membre du Parti social-démocrate -, il suit le cursus des « development studies », effectuant des stages au sein du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) et du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud). « Ce choix était assez naturel puisque je viens d'un pays en voie de développement, explique-t-il. Je m'intéresse surtout à la relation Sud-Nord et aux problèmes structurels qui existent entre les deux. Je n'ai pas de problème à naviguer d'un bord à l'autre. » Passionné de nature, adepte du cyclisme et de la randonnée, il passe ses vacances... en Libye. Une fois les études terminées, en 2006, il continue sur sa lancée : Programme alimentaire mondial à Rome, Pnud au Yémen sur un programme du ministère finlandais des Affaires étrangères. C'est là que l'amour s'invite : « J'ai rencontré ma femme au bureau. Dès le début, j'ai pensé qu'elle pourrait être ma compagne. Nous nous sommes mariés en 2009. » Si elle a fait ses études au Liban et aux États-Unis, elle vient d'une famille traditionnellement engagée, se référant à la jurisprudence islamique dans le pays. Lui se dit musulman : « Je fais le ramadan, j'essaie de vivre en accord avec les principes généraux de la religion. »

La libye de l'après-Kadhafi

Des principes de paix, notamment, qui correspondent à ceux défendus par la CMI, créée en 2000 par l'ancien président finlandais et Prix Nobel de la Paix Martti Ahtisaari. « Résoudre les conflits et construire une paix durable à travers le monde » : voilà à quoi il s'emploie aujourd'hui depuis Helsinki. Chargé de la Tunisie et du Maroc, il suit de près ce qui se passe en Libye depuis la chute de Kadhafi.

« Pendant les révolutions arabes, on était collés à la télé. Mon père était à New York et il a fait défection avec tout un groupe d'officiels. On n'avait plus aucune nouvelle de ma mère. Elle a finalement réussi à prendre le dernier vol. Nous avions peur des représailles, mais rien n'est arrivé. » Point d'épanchement : c'est en analyste que le jeune papa décrypte le déroulé des événements : « Quand Ben Ali est parti, j'ai supposé qu'il y aurait une contagion, sans imaginer que la Libye serait touchée aussi vite. Mais passé un certain nombre de personnes tuées, la population va jusqu'au bout. » Soutenant que « la clé est la gestion de la manne pétrolière de façon équitable et transparente », il se veut optimiste. Et compte s'impliquer, quand son épouse aura terminé ses études en Finlande : « Je pourrais être utile en matière de réconciliation après ce qui a été une vraie guerre civile. Je serais bien placé pour m'en occuper : je ne fais pas partie d'une tribu, je suis plus neutre. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Un Michel peut en cacher un autre

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Allemagne, la crise d'asthme

Les mauvaises nouvelles se succèdent, l'économie s'essouffle et le spectre de la récession menace. Mais Angela Merkel refuse d'infléchir sa politique. Louable opiniâtreté ou[...]

Algérie : nouveau blocage dans l'enquête sur la mort des moines de Tibhirine ?

Les magistrats français qui se sont rendus en Algérie la semaine dernière n'ont pas pu emporter les prélèvements effectués sur les restes des crânes des sept moines[...]

Migration : quand les Africains ne défendent pas les Africains

En pleine polémique européenne sur l’immigration, Daxe Dabré n’a pas honte de publier le livre "Je suis noir : j'ai honte...". Aiguillon salutaire dans le débat ou ramassis de[...]

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Des boucles d'oreille aux peluches en forme de virus, les produits dérivés à l'effigie d'Ebola se multiplient sur la Toile. Alors que l'épidémie fait rage, avec un bilan de 10 000 cas en Afrique[...]

Canada : un militaire et un assaillant tués après une fusillade au Parlement d'Ottawa

Un tireur, décrit comme un "terroriste" par le Premier ministre canadien, a tué mercredi un soldat à Ottawa et semé la panique au Parlement avant d'être abattu par la police.[...]

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement[...]

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

 Pour prendre la succesion de Christophe de Margerie, décédé le 20 octobre dans un accident d'avion, le groupe français Total a confié le poste de président du Conseil[...]

Ebola : "Je suis un Libérien, pas un virus", la campagne qui veut vaincre la stigmatisation

#IamALiberianNotAVirus (comprenez : "Je suis un Libérien, pas un virus"). C'est la nouvelle campagne qui anime les réseaux sociaux américains pour lutter contre la stigmatisation des personnes[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers