Extension Factory Builder
05/07/2012 à 16:58
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
En 2009 déjà, de graves émeutes avaient explosé après la mort du Nigérian Emmanuel Okoro. En 2009 déjà, de graves émeutes avaient explosé après la mort du Nigérian Emmanuel Okoro. © thestar.com

Dans un quartier de Canton, en Chine, où vivent près de deux cent mille Africains, la mort d'un Nigérian dans un commissariat de police a mis le feu aux poudres. Explications.

Le quartier ne fait pas plus d'une dizaine de kilomètres carrés. À deux heures de train de Hong Kong, dans le sud de la Chine, « Chocolate City » est sous tension depuis la mort d'un ressortissant nigérian. Pris à partie par la foule après une altercation avec un chauffeur de moto-taxi, celui-ci avait été blessé dans la bagarre, puis embarqué sans ménagement par la police. Il est mort quelques heures plus tard dans une cellule du commissariat.

Spontanément descendus dans la rue dès l'annonce du décès, des centaines de Nigérians se sont heurtés à trois cents policiers. Des images de manifestants en colère ont été diffusées sur internet, attisant le ressentiment de nombreux Chinois qui supportent mal cette mixité et voient dans la présence des étrangers un facteur de troubles.

Émeutes en 2009 dans le quartier de Kuangquan

© thestar.com

Tensions entre chinois et africains

Ce n'est pas la première bagarre qui tourne mal dans cette enclave africaine du sud de la Chine. L'an dernier, déjà, un contrôle d'identité avait dégénéré. Et en 2009, des centaines d'Africains avaient attaqué le commissariat de Kuangquan après la mort de l'un des leurs, qui avait sauté par la fenêtre pour échapper à une descente de police.

Dans cet Africatown, on parle aussi bien le wolof ou le lingala que le mandarin ou le cantonais. Selon les chiffres publiés par le département de sociologie de l'université locale, 33 % des Africains de Canton sont nigérians, 10 % maliens, 8 % ghanéens et 6 % guinéens. Mais il y a aussi pas mal de Congolais, Sénégalais, Ivoiriens, Nigériens, Tanzaniens, Gambiens et Camerounais.

« J'estime qu'il y a bien ici deux cent mille Africains, soit dix fois plus que les chiffres officiels, estime l'universitaire Liu Kuang. Beaucoup n'ont pas de papiers en règle ou ne passent que quelques mois dans la province. Cela représente quelque 2 % de la population cantonaise. À titre de comparaison, les Japonais, qui, géographiquement et culturellement, nous sont beaucoup plus proches, ne sont pas plus de six mille. Forcément, cela crée des tensions, car les Chinois vivent très mal cette cohabitation. Les mariages mixtes sont d'ailleurs plutôt rares. »

Émeutes en 2009 dans le quartier de Kuangquan

© thestar.com

L'eldorado chinois

Ni vraiment chinoise ni vraiment africaine, cette enclave qui s'étend entre les avenues Xiaobei Lu et Guangyuan Xi Lu est organisée en communautés. Francophones ou anglophones, Nigérians ou Sénégalais, chacun vit de son côté. Chaque communauté désigne l'un de ses membres pour la représenter auprès des autorités. Périodiquement, des contrôles ont lieu. Ceux qui n'ont pas de passeport en règle sont impitoyablement sanctionnés par une peine de prison suivie d'une expulsion.

Combien ont été dans ce cas cette année ? Difficile à dire avec précision. « Plusieurs centaines », estime un diplomate, qui rappelle que le nombre des « touristes » africains en Chine a été multiplié par cinq depuis 2000. C'est évidemment une conséquence imprévue de l'émergence de la « Chinafrique » (les échanges commerciaux entre les deux parties ont crû de 700 % en dix ans). Pour les Africains candidats à l'exil, Canton est l'une des portes d'entrée vers l'eldorado chinois.

« Chocolate City » n'est d'ailleurs pas le seul quartier africain de Chine. Il y en a aussi à Yiwu (au sud de Shanghai) et à Pékin. Ces corps étrangers sont de plus en plus mal acceptés. Et les Africains sont les premières victimes de la vague de xénophobie qui balaie le pays.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Syrie : à Kobané, l'armée américaine largue des armes aux Kurdes

Syrie : à Kobané, l'armée américaine largue des armes aux Kurdes

L'armée américaine a annoncé dimanche soir avoir largué pour la première fois des armes aux combattants kurdes qui défendent la ville syrienne de Kobané, assiégée pa[...]

Orrick s'installe officiellement à Abidjan

Exclusif - Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le président et le patron Afrique d'Orrick expliquent pourquoi ce géant mondial du droit avec 1100 avocats dans 25 pays a choisi la capitale[...]

Vatican : vote très attendu à l'issue d'un synode sur la famille et l'homosexualité

Les participants au synode sur la famille, réunis depuis deux semaines au Vatican, devaient voter samedi un document final, concluant des débats mouvementés sur des sujets de société[...]

La bataille contre Ebola en passe d'être "perdue", faute de solidarité

L'ONU et la Banque mondiale s'alarment du manque de solidarité internationale envers les pays africains touchés par Ebola, qui a tué 4.555 personnes, et appellent à convertir en actes les promesses[...]

France : après plus dix années passées en prison, deux Marocains tentent d'obtenir une indemnisation

Injustement condamnés pour meurtre, les Marocains Kader Azzimani et Brahim El Jabri ont respectivement passé onze et treize ans en prison. Finalement relaxés le 3 juillet, ils s'efforcent[...]

On vous aura prévenus

La liberté d'expression ne s'est jamais aussi mal portée en Afrique qu'aujourd'hui. Je ne parle pas de celle qui autorise les médias à naître, à diffuser, à paraître et[...]

Fonds de l'ONU contre Ebola : seulement 100 000 dollars sur les 20 millions promis

Le fonds spécial des Nations unies destiné à lutter contre le virus Ebola ne dispose que de 100 000 dollars sur les 20 millions initialement promis, a déploré jeudi le secrétaire[...]

France : agenda judiciaire chargé pour l'humoriste Dieudonné

Le polémiste-humoriste Dieudonné M'bala M'bla accumule les rendez-vous avec la justice française. Retour sur les principaux dossiers le concernant.[...]

Samba, "happy" clandestin

Comment ne pas aimer Samba ? Sujet grave, mais traitement léger. Casting impeccable avec, à la proue, un tandem amoureux césarisé (Omar Sy et Charlotte Gainsbourg). Une pincée d'action,[...]

Les sons de la semaine #18 : Real World, BKO Quintet, Hanni El Khatib, Hempolics, Art Melody...

De Londres à Ouaga, bienvenue dans notre d'horizon hebdomadaire de l'actualité musicale ![...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers