Extension Factory Builder
11/07/2012 à 16:34
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Danièle Boni-Claverie veut obtenir la libération des pro-Gbagbo. Danièle Boni-Claverie veut obtenir la libération des pro-Gbagbo. © D.R.

Libérée de prison en 2011, quand d'autres pro-Gbagbo ont été inculpés de génocide en Côte d'Ivoire, Danièle Boni-Claverie se bat pour ses ex-camarades.

Danièle Boni-Claverie ne regrette rien et n'en veut à personne. Dans le bureau de sa résidence, l'ex-ministre ivoirienne de la Femme, de la Famille et de l'Enfant du dernier gouvernement de Laurent Gbagbo garde les volets ouverts pour profiter des rayons du soleil. Longtemps, elle en a été privée : après trois mois passés en résidence surveillée à l'hôtel Nouvelle Pergola, à Abidjan, elle a été incarcérée, de juillet à novembre 2011, à Boundiali (Nord-Ouest).

À ses côtés, dans la prison, l'ex-Premier ministre Gilbert Aké N'Gbo, Alcide Djédjé, son ministre des Affaires étrangères, ou Désiré Dallo, autrefois chargé de l'Économie et des Finances. Le 25 juin, ils ont tous les trois été inculpés de « crimes de sang, meurtres, assassinats, incendies volontaires d'immeubles et génocide ». Pas Danièle Boni-Claverie. Réputée modérée, elle est accusée d'atteinte à la sûreté de l'État, mais a été remise en liberté provisoire il y a sept mois. La justice ivoirienne pourrait bien avoir renoncé à s'intéresser à elle.

"Vraiment, je ne regrette rien"

Depuis son bureau de la Riviera Golf, à Cocody, elle téléphone à des diplomates européens accrédités en Côte d'Ivoire, qu'elle aimerait convaincre de demander avec elle la libération des pro-Gbagbo, et s'enquiert de la santé de ses anciens camarades. De ses mois passés en prison, elle refuse de parler, « par pudeur ». Tout juste confie-t-elle que, « à Boundiali, les conditions de détention étaient comme dans toutes les prisons africaines ». Depuis qu'elle en est sortie, ses comptes ont été dégelés. À plus de 50 ans (elle refuse de donner son âge), elle s'applique désormais à essayer de relancer son petit parti, l'Union républicaine pour la démocratie (URD), et à réhabiliter sa résidence, pillée lors de la crise postélectorale.

Originaire de Tiassalé, en plein pays akan, au nord-ouest d'Abidjan, Boni-Claverie a dirigé la Radio Télévision ivoirienne (RTI, média public) et été membre du bureau politique du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI). Ministre de la Communication (1993-1999) sous Henri Konan Bédié, elle s'est rapprochée en 2000 du général putschiste Robert Gueï. Et quand, en septembre 2002, éclate la rébellion, elle rejoint la mouvance patriotique proche de Gbagbo. À ceux qui raillent son nomadisme politique, elle répond qu'elle « soutient les institutions de la République, quel que soit le régime ». Sa nomination par Gbagbo a surpris ses proches. Cette fois encore, elle rétorque que, si elle a accepté, c'est parce que « Gbagbo était à cette époque le garant des institutions ». « Vraiment, je ne regrette rien, insiste-t-elle. Je fais de la politique et j'ai fait un choix dont j'assume les conséquences. Je n'étais pas préparée à aller en prison, mais je considère cette expérience comme un aléa de la vie politique africaine. Je n'éprouve aucun sentiment de vengeance. »

La libération des pro-Gbagbo, Boni-Claverie en a fait son cheval de bataille. « Cela contribuera à faire avancer le processus de réconciliation », explique-t-elle. Un engagement nouveau qui séduit presque les autorités ivoiriennes. « Paradoxalement, elle dépense plus d'énergie à faire libérer les pro-Gbagbo que les responsables actuels du FPI [Front populaire ivoirien, NDLR] », confie un proche du Premier ministre Jeannot Ahoussou Kouadio, qui reconnaît sa « détermination ».

C'est un fait, Boni-Claverie a pris ses distances avec le FPI, mais reste au Congrès national de la résistance pour la démocratie (CNRD, coalition de formations favorables à l'ancien président). « Le FPI a du mal à nous accepter en tant que parti, poursuit-elle, mais l'opposition demeure unie. Pour ma part, j'ai un parcours et une histoire qui me portent à être modérée. » Une histoire qui ne l'empêcherait pas d'entrer dans un gouvernement d'Alassane Ouattara si on devait le lui proposer, même si « on n'en est pas là » et que « cela n'est pas une priorité ». Et même si cela ne manquera pas de faire sourire ses détracteurs.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

Grèves au Togo : les syndicats de la fonction publique durcissent le ton

Grèves au Togo : les syndicats de la fonction publique durcissent le ton

Les fonctionnaires togolais poursuivent les mouvements entamés depuis quelques semaines pour obtenir une amélioration de leurs conditions de vie. Une assemblée générale devrait décider en[...]

Palestine : l'OLP menace de suspendre sa coopération sécuritaire avec Israël

L’organisation de la libération de la Palestine (OLP), un organe-clé de la direction palestinienne, a réclamé jeudi 5 mars la fin de la coopération sécuritaire avec Israël. Mais[...]

Sénégal : le PDS désignera son candidat à la présidentielle le 20 mars

Initialement annoncée pour le mois d'août, la désignation du candidat du PDS (opposition) à la prochaine présidentielle aura finalement lieu le 20 mars. Trois jours avant le jugement de la CREI co[...]

Côte d'Ivoire - Pascal Affi N'Guessan : "Je suis toujours le président du FPI"

Un communiqué du FPI a annoncé jeudi la destitution de son président, Pascal Affi N'Guessan. Ce dernier, joint au téléphone par "Jeune Afrique", dément ce qu'il qualifie de "[...]

Burkina : le film "Timbuktu" ovationné par le public au Fespaco

Projeté jeudi soir au Fespaco, le film "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako a reçu un franc succès après la polémique sur son éventuelle suspension pour des raisons sécuritai[...]

Affaire des canettes périmées au Burkina : le PDG du groupe Obouf placé en détention provisoire

Le scandale des 1300 tonnes de soda périmé a secoué le Burkina. Le 2 mars, le PDG du groupe Obouf, Boureima Ouédraogo, a été écroué à Ouagadougou. Il sera entendu le 1[...]

Le 6 mars 1957, le Ghana devient indépendant

Le Ghana célèbre ce vendredi, le 58e anniversaire de son accession à l’indépendance. Nous vous proposons à cette occasion un article publié par Jeune Afrique le 6 mars 2005.[...]

Sport : ces femmes qui font briller le continent africain

À l'occasion de la journée de la femme, dimanche 8 mars, "Jeune Afrique" a choisi de rappeler qu'elles sont nombreuses, depuis longtemps, à faire briller l'Afrique dans le monde entier, notamment d[...]

Burkina Faso : Gilbert Diendéré, chef de l'antiterrorisme ?

Ancien chef d'état-major particulier de Blaise Compaoré, le général Gilbert Diendéré est sérieusement pressenti pour prendre la tête de la lutte antiterroriste au Bu[...]

France - Maroc : Laurent Fabius attendu à Rabat pour confirmer "le renouveau des relations"

Laurent Fabius, le ministre français des Affaires étrangères, sera lundi et mardi au Maroc. Selon son ministère, cette visite a pour objectif de confirmer "le renouveau des relations d'amiti&eac[...]

Les jihadistes tunisiens de Libye sur le pied de guerre

Sous les ordres d'Abou Iyadh, plusieurs milliers de Tunisiens s'entraînent en Libye. Avec pour but de mener prochainement des actions dans leur pays natal.[...]

CPI : Fatou Bensouda et les impatiences centrafricaines

Fatou Bensouda, la procureure de la Cour pénale internationale (CPI), demande à Bangui un peu de patience avant de pouvoir présenter des dossiers solides sur les exactions commises en Centrafrique.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2686p039.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2686p039.xml0 from 172.16.0.100