Extension Factory Builder
09/07/2012 à 09:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Un 'gacaca' rwandais. Un 'gacaca' rwandais. © AFP

Dix années d'audiences, des centaines de milliers de victimes, presque autant de condamnations pour génocide, assassinats ou pillages... Les gacaca ont officiellement fermé leurs portes le 18 juin. Mettant un terme à un difficile mais salutaire exercice de catharsis nationale.

« Mon père était tutsi et ma mère hutue. Dans ma famille, beaucoup de gens sont passés devant les gacaca. » Alphonse* est un rescapé. Aujourd'hui cadre financier dans une entreprise étrangère, il explique, avec un large sourire pour masquer sa gêne, qu'il a « témoigné pour en accuser certains et pour en innocenter d'autres », et qu'il ne connaît « pas un seul Rwandais qui n'y ait jamais participé ».

Dans les villes, dans les villages, entre voisins et même à l'intérieur des familles : les juridictions gacaca (prononcer « gatchatcha », du nom de l'herbe sur laquelle on s'assoit pour régler les contentieux), chargées de juger les responsables du génocide de 1994, ont remué la société rwandaise en profondeur. Pendant une décennie, des premiers essais en 2002 jusqu'au 18 juin dernier, des audiences ont eu lieu presque chaque semaine.

--> Lire aussi l'interview de Hélène Dumas "Les gacaca n'ont pas rendu une justice ethnique"

La participation était obligatoire. Et pour cause : ce système inspiré de la tradition rwandaise ne comportait ni procureur, ni témoin, ni avocat, mais un public qui devait jouer tour à tour chacun de ces rôles. Les inyangamugayo (« personnes intègres »), juges et arbitres des débats visant à faire émerger la vérité sur le rôle de chacun, étaient des citoyens ordinaires avant leur élection (les professionnels de la justice étant délibérément exclus). « Les Rwandais étaient tous convoqués, parce qu'ils ont tous été témoins du génocide, un crime commis en public, au vu de tous », a justifié Roelof Haveman, professeur de droit à l'Université de Rotterdam, lors de la cérémonie de clôture.

Un million de suspects

Il y avait aussi des raisons plus prosaïques au choix d'une justice populaire. Après sa prise du pouvoir, le Front patriotique rwandais (FPR) était aux prises avec un problème aussi inédit que le génocide fut singulier : les coupables furent presque aussi nombreux que les victimes. Au total, plus de 1 million de personnes ont été soupçonnées (et donc jugées) à des degrés divers (organisation, assassinats, pillages...), soit plus de la moitié des hommes adultes encore en vie en juillet 1994.

En 1999, plus de 120 000 détenus vêtus de rose (marque d'un jugement en attente) vivaient encore dans des prisons conçues pour en accueillir dix fois moins. Le système judiciaire conventionnel, rebâti sur les ruines de quatre années de guerre civile et la mort ou l'exil de nombreux magistrats, n'était pas à la hauteur de la tâche : entre 1996 et 2001, il n'avait réussi à rendre que 6 000 jugements. « À ce rythme-là, il aurait fallu plus d'un siècle pour juger les seuls détenus », selon le ministre rwandais de la Justice, Tharcisse Karugarama.

À moins de laisser la plupart des accusés mourir en prison sans jugement, « il fallait inventer quelque chose, a rappelé le président Paul Kagamé le 18 juin. Sinon, il n'y avait que la vengeance ou l'amnistie. Et les deux auraient conduit à de nouveaux drames ». « L'amnistie était inacceptable pour des raisons historiques et politiques, analyse Hélène Dumas, historienne spécialiste des gacaca (lire interview p. 36). Pour le gouvernement, l'impunité des crimes contre les Tutsis, qui était la règle sous les précédents régimes, était justement l'une des causes profondes du génocide. »

L'enjeu de la vérité

Pas d'amnistie, donc, mais des réductions et des aménagements de peine pour ceux qui passeraient aux aveux. Trop généreuse aux yeux de nombreux rescapés, qui ont souvent vu les assassins de leurs proches revenir au village, cette procédure était essentielle pour obtenir la vérité. L'enjeu : retrouver les corps, permettre le deuil, mais aussi briser les solidarités forgées dans le sang entre leurs tueurs. Car le génocide fut une affaire de groupes, les ibitero (nom donné aux tueurs qui agissaient en bande) rendant chacun de ses membres coresponsable.

Pour le gouvernement rwandais et son habituelle logique mathématique, le processus gacaca est aujourd'hui un motif de fierté nationale. Pour son coût plutôt modeste d'abord (42 millions d'euros), puisque faiblement institutionnalisé et non professionnel. Surtout lorsqu'on le compare, comme le fait Paul Kagamé, au bilan du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), basé à Arusha : 60 personnes jugées depuis 1994 avec un budget incomparablement supérieur. Les objectifs assignés aux gacaca (parmi lesquels renforcer l'unité et la réconciliation et prouver la capacité des Rwandais à résoudre leurs problèmes) sont atteints à « 87,84 % », assure le rapport final du Service national des juridictions gacaca (SNJG), sans préciser comment de telles notions peuvent être quantifiées avec autant de précision.

Un récit traumatisant

Le SNJG reconnaît certaines failles, comme la destitution de 46 000 inyangamugayo (près d'un tiers du total) parce qu'eux-mêmes étaient soupçonnés de génocide. « C'était une stratégie des anciens génocidaires, explique sa secrétaire générale, Domitilla Mukantaganzwa. Ils se faisaient élire par leurs complices pour mieux se défendre. » Difficile de savoir si, à l'inverse, certains rescapés n'ont pas accusé ceux qui leur paraissaient insuffisamment favorables : le nombre de juges destitués finalement condamnés n'est pas connu. Des cas de corruption, de tentatives de règlements de comptes personnels (avec des accusations infondées), de vol ou de destruction de dossiers, sont aussi avérés. Sans compter la crainte de se voir dénoncé ou accusé, qui devrait désormais décroître.

La violence de la vérité brute et le récit détaillé des agressions n'ont pas été sans conséquences. Plus qu'un dommage collatéral négligeable, il s'agit d'un problème de santé publique : 28,5 % des Rwandais de plus de 16 ans présentent des symptômes de traumatismes, se traduisant par une dépression dans la moitié des cas, selon une étude menée par le Dr Naasson Munyandamutsa, de l'Université nationale du Rwanda, en 2009. Mais qui est à blâmer ? La violence des crimes ou les gacaca, qui ont permis, dans une certaine mesure, de les mettre au jour ? 

 

* Le nom a été changé.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Rwanda

Rwanda : vingt ans après... Renaître à Kigali

Rwanda : vingt ans après... Renaître à Kigali

6 avril 1994-6 avril 2014 : alors que la communauté internationale peine encore à examiner ses propres responsabilités dans le génocide des Tutsis, les Rwandais s'efforcent de transcen[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte[...]

Rwanda : le génocide, la France, Kagamé et sa conscience

Le 9 avril, lors d'un café littéraire à Kigali, le président rwandais, Paul Kagamé, a évoqué ses récentes déclarations sur le rôle de la France pendant le[...]

Rwanda - Centrafrique : à Bangui, le passé résonne dans l'esprit des soldats rwandais

Les violences intercommunautaires dans la capitale centrafricaine réveillent de douloureux souvenirs chez les soldats rwandais de la Misca. Qui tentent d'utiliser leur expérience pour apaiser les tensions.[...]

Une histoire du génocide (#3) : attentat du 6 avril 1994, la thèse de la culpabilité du FPR ne tient pas la route

Dans ce troisième billet sur le déclenchement du génocide rwandais de 1994, Laurent Touchard* examine les derniers éléments de la thèse accusant le Front patriotique rwandais (FPR) de Paul[...]

Paul Kagamé : "Je ne conseille à personne de se mêler des affaires intérieures du Rwanda"

Démocratie, justice, France, Afrique du Sud, RD Congo, présidentielle de 2017... Le chef de l'État rwandais Paul Kagamé répond sans ambages à toutes les questions, même[...]

Déjà, en 1963, à Gikongoro...

*Jean-Paul Kimonyo est politologue. "Qui est génocide ?" C'est par cette formule un peu étrange que le président Grégoire Kayibanda ponctue, en mars 1964, l'un des plus [...]

"Les faits sont têtus"

Buzz : terme anglais signifiant bourdonnement d'insecte et technique de marketing viral consistant à amplifier l'effet d'un événement ou d'un produit. En recevant J.A. le 27 mars au matin,[...]

Génocide rwandais : pour Le Drian, "certaines accusations ne peuvent rester sans réponse"

Jean-Yves Le Drian a tenu vendredi à défendre l'"honneur" de l'armée française lors de l'opération Turquoise en 1994, après les accusations de complicité de[...]

Génocide rwandais : Claude Muhayimana arrêté et écroué en France

Interpellé mercredi à son domicile à Rouen, le Franco-Rwandais Claude Muhayimana a été mis en examen et écroué, selon des sources judiciaires sur place. Il est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers