Extension Factory Builder
10/07/2012 à 18:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abel Kouvouama, Professeur franco-congolais d'anthropologie à l'université de Pau. Abel Kouvouama, Professeur franco-congolais d'anthropologie à l'université de Pau. © DR

Entretien avec Abel Kouvouama, professeur franco-congolais d'anthropologie à l'université de Pau, auteur de "Modernité africaine. Figures du politique et du religieux" et de "Sorcellerie, écrits, images", à paraître, aux éditions Paari.

Jeune Afrique : Quelle est selon vous l'importance des pratiques occultes dans les milieux du pouvoir ?

Abel Kouvouama : La question sorcellaire a toujours été au coeur des logiques de puissance, et le sacré a toujours côtoyé le pouvoir. Dans l'Afrique traditionnelle, la religion, la politique et le sacré ne sont que des instances qui organisent la relation de l'individu au monde. Dit autrement, la sorcellerie est un langage des conflits sociaux. La question n'est pas d'y croire ou non, cela peut être une mise en scène ou une pratique assumée... Quoi qu'il en soit, ces récits traduisent une tension au sein de la société et interagissent sur les comportements des individus. 

Quand ces pratiques sont-elles les plus fréquentes ?

Dès lors qu'il y a une lutte pour le pouvoir. Il peut s'agir d'élections, mais je me souviens également des réunions du comité central de l'ancien parti unique au Congo-Brazzaville, les rumeurs de sacrifices humains abondaient. Aujourd'hui, selon les enquêtes que j'ai menées, ces pratiques reposent essentiellement sur des sacrifices d'animaux, ou bien à partir d'ossements humains. Le sacrifice humain est exceptionnel, car la surveillance des organisations de défense des droits de l'homme est très dissuasive. 

Les décideurs politiques sont-ils instigateurs ou victimes ?

Ces pratiques occultes sont plutôt le fait des entourages. Par tactique, le décideur politique laisse faire tant que cela ne va pas à l'encontre de ses intérêts. Il ne faut jamais oublier que les luttes politiques peuvent entraîner des conflits sorcellaires... Et ça, tout le monde le redoute. 

Au-delà d'une réalité sociologique, pensez-vous que ce recours à la magie parasite le discours politique ?

Bien évidemment. La politique consiste à organiser le vivre-ensemble. Si les acteurs ne sont plus des citoyens actifs mais des agents sous influence, c'est dangereux. Cela dit, si la sorcellerie vise à intimider l'adversaire ou l'électeur, elle ne pèse pas lourd face à un déferlement populaire. Dans les années 1990, les dirigeants et leurs marabouts n'ont rien pu faire contre les Conférences nationales...

Aujourd'hui, les nouvelles générations cherchent à s'affranchir de ces pratiques, car elles ont conscience que le rapport des forces politiques - ou éventuellement militaires - est beaucoup plus opérant. Les dynamiques occultes ou magiques qui perdurent ne remettent pas en question la modernité africaine.

___

Propos recueillis par Philippe Perdrix

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Boson de Higgs : complètement à la masse

Article pr�c�dent :
"Les féticheurs-coachs"

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Abidjan : plus de 4 500 personnes aux Assemblées de la Banque africaine de développement

Abidjan : plus de 4 500 personnes aux Assemblées de la Banque africaine de développement

Six chefs d'État, un vice-président et deux Premiers ministres ont participé à l'ouverture officielle des Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement, le 26 mai. Avec deux[...]

Burundi : l'EAC convoque un nouveau sommet dimanche, Nkurunziza incertain

La Communauté d'Afrique de l'Est (EAC) a annoncé mardi la tenue d'un nouveau sommet sur le Burundi ce dimanche 31 mai à Dar es Salaam. Mais l'incertitude demeure sur la présence de Pierre Nkurunziza qui[...]

Mali : un Casque bleu bangladais tué dans une attaque à Bamako

Selon des sources sécuritaires maliennes, un Casque bleu de la Minusma été tué et un autre grièvement blessé par des tirs d'assaillants non identifiés dans la nuit de lundi à[...]

Exhumation du corps de Sankara : le Burkina retient son souffle

Après l'ouverture, lundi, des tombes de deux de ses compagnons, l'exhumation du corps supposé de l'ex-président burkinabè Thomas Sankara, assassiné en 1987 lors d'un coup d'État, aura lieu[...]

Tanzanie : les élections présidentielle et législatives auront lieu le 25 octobre

L'annonce a mis fin aux rumeurs prêtant à l'actuel gouvernement du président Jakaya Kikwete, à qui la Constitution interdit de se représenter, l'intention de se maintenir au pouvoir après[...]

Nigeria : 10 personnes tuées à la machette par Boko Haram

"Les assaillants sont arrivés dans le village (...) pendant que les habitants dormaient encore, et ils ont utilisé des machettes pour attaquer leurs victimes", a assuré un responsable local.[...]

Burundi : un manifestant tué par la police en province

Une personne a été tuée et deux blessées par des tirs de la police lundi dans la province de Bururi, dans le sud du Burundi.[...]

Nigeria: raid des islamistes de Boko Haram, plusieurs civils tués

Les islamistes ont fait irruption dans la nuit de samedi à dimanche dans Gubio, située à 95 km au nord de Maiduguri.[...]

Football : l'Ivoirien Copa Barry passé du rôle de bouc émissaire à celui de héros de la CAN

Héros d’une finale qu’il ne devait pas jouer, Boubacar Copa Barry a inscrit le tir au but qui a offert la Coupe d’Afrique des nations 2015 (CAN) à la Côte d’Ivoire face au Ghana en[...]

JO-2016 : Claude Le Roy accuse le Ghana de tricher sur l'âge des joueurs

Le sélectionneur du Congo Brazzaville Claude Le Roy, a accusé dimanche le Ghana d'avoir aligné des joueurs trop âgés samedi lors de la défaite (1-0) de son équipe en qualifications[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers