Extension Factory Builder
10/07/2012 à 18:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Abel Kouvouama, Professeur franco-congolais d'anthropologie à l'université de Pau. Abel Kouvouama, Professeur franco-congolais d'anthropologie à l'université de Pau. © DR

Entretien avec Abel Kouvouama, professeur franco-congolais d'anthropologie à l'université de Pau, auteur de "Modernité africaine. Figures du politique et du religieux" et de "Sorcellerie, écrits, images", à paraître, aux éditions Paari.

Jeune Afrique : Quelle est selon vous l'importance des pratiques occultes dans les milieux du pouvoir ?

Abel Kouvouama : La question sorcellaire a toujours été au coeur des logiques de puissance, et le sacré a toujours côtoyé le pouvoir. Dans l'Afrique traditionnelle, la religion, la politique et le sacré ne sont que des instances qui organisent la relation de l'individu au monde. Dit autrement, la sorcellerie est un langage des conflits sociaux. La question n'est pas d'y croire ou non, cela peut être une mise en scène ou une pratique assumée... Quoi qu'il en soit, ces récits traduisent une tension au sein de la société et interagissent sur les comportements des individus. 

Quand ces pratiques sont-elles les plus fréquentes ?

Dès lors qu'il y a une lutte pour le pouvoir. Il peut s'agir d'élections, mais je me souviens également des réunions du comité central de l'ancien parti unique au Congo-Brazzaville, les rumeurs de sacrifices humains abondaient. Aujourd'hui, selon les enquêtes que j'ai menées, ces pratiques reposent essentiellement sur des sacrifices d'animaux, ou bien à partir d'ossements humains. Le sacrifice humain est exceptionnel, car la surveillance des organisations de défense des droits de l'homme est très dissuasive. 

Les décideurs politiques sont-ils instigateurs ou victimes ?

Ces pratiques occultes sont plutôt le fait des entourages. Par tactique, le décideur politique laisse faire tant que cela ne va pas à l'encontre de ses intérêts. Il ne faut jamais oublier que les luttes politiques peuvent entraîner des conflits sorcellaires... Et ça, tout le monde le redoute. 

Au-delà d'une réalité sociologique, pensez-vous que ce recours à la magie parasite le discours politique ?

Bien évidemment. La politique consiste à organiser le vivre-ensemble. Si les acteurs ne sont plus des citoyens actifs mais des agents sous influence, c'est dangereux. Cela dit, si la sorcellerie vise à intimider l'adversaire ou l'électeur, elle ne pèse pas lourd face à un déferlement populaire. Dans les années 1990, les dirigeants et leurs marabouts n'ont rien pu faire contre les Conférences nationales...

Aujourd'hui, les nouvelles générations cherchent à s'affranchir de ces pratiques, car elles ont conscience que le rapport des forces politiques - ou éventuellement militaires - est beaucoup plus opérant. Les dynamiques occultes ou magiques qui perdurent ne remettent pas en question la modernité africaine.

___

Propos recueillis par Philippe Perdrix

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Boson de Higgs : complètement à la masse

Article pr�c�dent :
"Les féticheurs-coachs"

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Nigeria : Abuja annonce avoir repris 29 localités à Boko Haram

Nigeria : Abuja annonce avoir repris 29 localités à Boko Haram

Le gouvernement fédéral nigérian a donné jeudi une liste de localités reprises par l’armée au groupe islamiste Boko Haram. Au total, 29 villes dans le Nord-Est seraient repassé[...]

Rwanda : le Dr Gasakure, ex-médecin personnel de Kagamé, meurt dans un commissariat

Le docteur Emmanuel Gasakure, qui fut le médecin personnel du président rwandais Paul Kagamé, est mort en détention à Kigali le 25 février. Présenté comme dépressif,[...]

Afrique du Sud : que nous apprend le scandale des "Spy Cables" ?

Des documents révélant les échanges entre les services secrets sud-africains et leurs homologues étrangers et publiés depuis lundi par la chaîne Al-Jazeera et le quotidien britannique The[...]

Afrique du Sud : au moins sept "non-Blancs" dans la sélection du Mondial de rugby

La fédération sud-africaine de rugby a annoncé un plan de transformation stratégique. Objectif : intégrer davantage les Noirs dans les équipes du sport national. Lors du Mondial 2015, les[...]

Fespaco : l'imbroglio "Timbuktu"

Le film "Timbuktu", qui a raflé sept prix lors de la dernière cérémonie des Césars, dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur pour Abderrahmane Sissako, sera-t-il [...]

Nord du Nigeria : deux attentats suicides font des dizaines de victimes

Deux gares routières situées à Kona et à Biu, au nord du Nigeria, ont été la cible d'attentats suicides à deux jours d'intervalle. Au total, plus d'une cinquantaine de personnes[...]

RDC : Kinshasa fustige les critiques du ministre belge De Croo envers le régime de Kabila

Le gouvernement congolais s'est dit "choqué" et  "fatigué des donneurs de leçons" après avoir essuyé les critiques frontales d'Alexander De Croo, le ministre belge de la[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade, égaré entre "esclaves" et "anthropophages"

Abdoulaye Wade a publiquement taxé Macky Sall, mardi, de "descendant d'esclaves" et d'"anthropophages" dont les parents "mangeaient les bébés". Une sortie unanimement[...]

Côte d'Ivoire : les frondeurs du PDCI n'iront pas au congrès du parti

La crise consécutive à "l'appel de Daoukro" n'en finit pas de secouer le PDCI. Quatre opposants au leadership d'Henri Konan Bédié ont annoncé jeudi qu'ils boycotteront le prochain[...]

Cinéma : le Fespaco dans l'ère numérique

Alors que le pouvoir burkinabè a changé de mains, le principal festival de cinéma du continent change de patron et évolue... dans la continuité.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2686p024-033_02.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2686p024-033_02.xml0 from 172.16.0.100